Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a)

Julien Pasteur, Les Héritiers contrariés. Essai sur le spirituel républicain au xixe siècle

Lise Sabourin
p. 579
Notizia bibliografica:

Julien Pasteur, Les Héritiers contrariés. Essai sur le spirituel républicain au xixe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2018, «Essais», 503 pp.

Testo integrale

1Cet important ouvrage issu d’un doctorat de philosophie soutenu en 2015 intéressera les littéraires, car Julien Pasteur cherche à supprimer l’élision que nous faisons souvent du xixe siècle entre le monde actuel et l’héritage des Lumières transmis par la Révolution française, qui nous semble familier par sa liberté de ton (ironie voltairienne) et la persistance de son apport politique (mutation sociale rousseauiste, séparation des pouvoirs de Montesquieu). Intitulé Les Héritiers contrariés. Essai sur le spirituel républicain au xixe siècle, il s’interroge en effet sur le sentiment d’impuissance, d’inefficacité qu’ont éprouvé les penseurs de ce temps face aux soubresauts multiples qui ont marqué de décennie en décennie l’évolution de la société française, pourtant décisive après l’écroulement de l’Ancien Régime. C’est que, pense Julien Pasteur, l’opposition d’une théologie, d’une foi collective, n’existait plus pour trouver le chemin d’un nouveau type de pouvoir avec effectivité réelle après la libération initiée par le branle-bas de 1789-1793.

2En trois parties, Julien Pasteur étudie donc le besoin d’une croyance anthropologique nouvelle pour fonder le système républicain.

3La première va de Joseph de Maistre à Auguste Comte (pp. 31-185). La tentation du retour en arrière comme antidote au désordre moral et politique créé par la «boîte noire» de la Révolution française est grande, mais l’avancée est irréversible, sans que pour autant ait été trouvé le chemin vers une nouvelle foi collective: or nulle révolution n’est vraiment possible sans principe spirituel conférant une unité au peuple désireux de construire un nouveau réel.

4La deuxième partie étudie les libéraux mélancoliques et les républicains contrariés que sont Tocqueville et Michelet (pp. 187-317). Le premier, par l’excursus américain mais aussi par sa réflexion sur la Révolution, constate le glissement de la servitude d’Ancien Régime à la servilité moderne d’un peuple privé d’estime pour ses gouvernants. Le second s’efforce de laver le peuple de la parole terroriste de 93 pour le transfigurer. Tous deux appellent à un spirituel républicain mais se heurtent au vide de sens sur les mots-clés (liberté, raison) qui génère périodiquement des poussées de fureur impuissante ou la récurrente suspicion de trahison.

5La troisième partie sonde la science sociale et le socialisme, notamment chez Durkheim, en quête d’un spirituel républicain qui permette au peuple de faire société (pp. 319-448). En tâchant de recycler l’héritage chrétien dans une époque de machinisme, la sociologie tente de refonder une morale collective qui empêche l’individualisme de pratiquer l’indifférence envers autrui, qui permette à la parole de n’être pas que rhétorique sophiste mais inscription de l’action dans la durée.

6Ce livre qui étudie aussi bien donc Comte que Durkheim, Maistre et Tocqueville que Leroux, Michelet et Quinet que Péguy et Marx, est d’une très grande richesse réflexive comme le démontre sa puissante conclusion (pp. 449-479) qui, en bien de ses pages et formules, semble même traiter nos problèmes politiques et sociaux actuels, sans pourtant tomber dans l’anachronisme. Confrontant ainsi des citations de Quinet et Leroux, il analyse l’immobilisme, l’état de langueur, voire de dégénérescence ressentis par ces penseurs. Ils déplorent l’impuissance pratique à mettre en œuvre ce que pourtant la Révolution a fait savoir au peuple et soulignent le danger idéologique qui consiste à feindre de ne pas voir ce qui est pourtant patent, préférant entretenir l’illusion en substituant au temporel les vertus du spirituel absent. Faute de proposer, évidemment, des solutions, ce qui n’est pas son objectif, cette thèse donne vraiment à réfléchir lorsque Julien Pasteur souligne, par exemple, que la religion du bien-être ne saurait suffire à fonder une république qui a besoin d’une forme neuve de sacré laïc.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Julien Pasteur, Les Héritiers contrariés. Essai sur le spirituel républicain au xixe siècle »Studi Francesi, 189 (LXIII | III) | 2019, 579.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Julien Pasteur, Les Héritiers contrariés. Essai sur le spirituel républicain au xixe siècle »Studi Francesi [Online], 189 (LXIII | III) | 2019, online dal 01 mars 2020, consultato il 30 mars 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/21331

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals