Navigation – Plan du site

AccueilNuméros190 (LXIV | I)Testi inediti e documenti rariLa “Laus Pisonis” traduite par Si...

Testi inediti e documenti rari

La “Laus Pisonis” traduite par Simon de Hesdin: la première traduction française d’un texte très rare. Quelques problèmes d’orientation du premier humanisme français

Alessandro Vitale-Brovarone
p. 77-83

Résumé

Simon de Hesdin cites his translations of several classical Latin texts, but is only known to us through his translation and extensive commentary of the first books of Valerius Maximus’ Factorum dictorumque memorabilium libri, with its dedication to Charles V, based in part on the commentary by Dionigi da Borgo Sansepolcro. Some years later Nicolas de Gonesse completed the translation and commentary, citing Boccaccio and Petrarch, considered to be the fathers of Italian Humanism. A widely held view holds that Simon de Hesdin is emblematic of mediaeval culture, whereas Nicolas de Gonesse is considered to display the marks of a nascent Humanism originating in Italy. Evidence is provided that shows that Simon de Hesdin shares the same points of view and very similar methods, and that these originate not in Italy but in northern France, some found in Vincent de Beauvais, and others in lesser known sources. Such for instance is the Laus Pisonis, an extremely rare text of remarkable literary quality: Simon de Hesdin drew it from a source similar to the Florilegium Gallicum. The text is not cited by Vincent de Beauvais in France, nor is it referred to by either Petrarch or Boccaccio. A number of scholars in Northern France began to explore and recognize the value of old and rare texts such as the Laus Pisonis, also translating them: a kind of Humanism before Humanism, which suggests that we need to re-consider some over-rigid historiographical models.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2021.

Aperçu du texte

Le but de ce travail n’est pas de dire du nouveau sur la Laus Pisonis en soi. Son attribution à Lucain, à Calpurnius et à d’autres, et même l’impossibilité d’une attribution sûre, ainsi que ses rapports avec d’autres textes, ont fait l’objet d’une excellente analyse par S. Di Brazzano.

La tradition manuscrite du texte latin est très pauvre: le texte, en tout ou en partie, est conservé dans un petit nombre de florilèges, auxquels il faut ajouter un manuscrit perdu. Aucun manuscrit le transmettant comme texte isolé n’est parvenu jusqu’à nous, à supposer qu’ils aient jamais existé. Le témoignage externe le plus intéressant connu jusqu’à présent est celui de Guglielmo da Pastrengo, qui fait mention de la Laus Pisonis dans son De viris illustribus, mais les sources qu’il utilise n’ont pas encore été identifiées.

Pétrarque et Boccace ne la citent pas, même si la quantité de mss. qu’ils ont pris en considération, dans des milieux différents, a été importante. La diffusion du texte semble auj...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Vitale-Brovarone, « La “Laus Pisonis” traduite par Simon de Hesdin: la première traduction française d’un texte très rare. Quelques problèmes d’orientation du premier humanisme français »Studi Francesi, 190 (LXIV | I) | 2020, 77-83.

Référence électronique

Alessandro Vitale-Brovarone, « La “Laus Pisonis” traduite par Simon de Hesdin: la première traduction française d’un texte très rare. Quelques problèmes d’orientation du premier humanisme français »Studi Francesi [En ligne], 190 (LXIV | I) | 2020, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/22099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.22099

Haut de page

Auteur

Alessandro Vitale-Brovarone

Università degli Studi di Torino

Haut de page
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search