Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Quattrocento

Le «Dit des trois morts et des trois vifs». Éditions, traductions et études des versions médiévales (essai de «translatio» collective), Études réunies par C. Galderisi et J.-J. Vincensini

Maria Colombo Timelli
p. 152
Notizia bibliografica:

Le «Dit des trois morts et des trois vifs». Éditions, traductions et études des versions médiévales (essai de «translatio» collective), Études réunies par C. Galderisi et J.-J. Vincensini. Postface de J.-C. Schmitt, Turnhout, Brepols, 2018, «Bibliothèque de Transmédie» 6, 216 pp.

Testo integrale

1Issu d’un projet d’action de recherche collaborative qui a réuni le CESCM et le CESR, ce volume offre cinq versions médiévales du Dit des trois morts et des trois vifs (française, anglaise, italienne, latine, allemande), chacune accompagnée d’une traduction en français moderne: seule manque à l’appel la version en néerlandais, faute de spécialistes en ce domaine au sein du séminaire de Poitiers. Au-delà de la mise à disposition d’un corpus homogène, ce recueil permet de cerner de près les variantes et les invariants d’un motif cher aux sensibilités médiévales et, parallèlement, de réfléchir sur la possibilité de traduire, au sens premier du terme, en une langue et une forme modernes des textes poétiques produits entre le xive et le xve siècle.

2Le Tour d’horizon proposé en ouverture par Claudio Galderisi (pp. 19-50) constitue un panorama chronologique et géographique de la tradition européenne du motif: sont ainsi évoquées les versions littéraires dans les différentes langues, puis les représentations iconographiques (enluminures et fresques). À côté de la thématique commune – la rencontre des trois morts et des trois vifs, éventuellement en présence d’un témoin-narrateur –, des particularités se reconnaissent dans les trois aires linguistiques concernées: française, italienne, germanique. Même sans apporter des éléments originaux, cette introduction offre une utile mise au point prenant en compte tant les études les plus anciennes que la bibliographie récente.

3Présentée par Jean-Jacques Vincensini, qui discute surtout quelques difficultés de traduction et les choix adoptés, la Section française (pp. 52-79) comprend le Dit de Baudouin de Condé (162 vers), selon l’édition de Stefan Glixelli (1912) et la version en français moderne, en octosyllabes, publiées en regard: les notes en bas de page réunissent les commentaires sur celle-ci; s’y ajoute un petit glossaire. La version en moyen-anglais est publiée à partir de l’édition Whiting (1931); le texte (143 vers), transmis par un manuscrit unique du xve siècle, est accompagné d’une double traduction: en anglais moderne et en français, celle-ci en vers, ainsi que d’un glossaire (Section anglaise, pp. 81-109). Suit le Detto campano (12 quatrains), seul témoignage italien du Dit, qui remonte à la première moitié du xive siècle; publié selon l’édition Monaci (1878), il est lui aussi accompagné de deux traductions, en italien moderne et en français, toutes les deux en vers (Section italienne, pp. 111-127). Le poème latin reproduit ici est le résultat d’un montage qui combine les deux fragments conservés (manuscrits du xve siècle), dans le but de fournir une version complète du texte: 52 quatrains au total, avec traduction en français moderne (Section latine, pp. 129-155).

4Ce florilège plurilingue est suivi de quelques pages de synthèse où Caroline Lacebert et Vladimir Agroroaei relèvent les invariants du motif et leurs déclinaisons dans les textes présentés, évoquent quelques représentations iconographiques et soulignent les traditions, chrétienne et orientale, auxquelles il se rattache.

5En annexe on trouvera la version en vieil allemand, éditée par H. Tervooren et J. Spicker (2010), avec une traduction en octosyllabes, à la fois proche du texte original et très soignée (pp. 180-199).

6L’ouvrage est encore enrichi d’une Postface de Jean-Claude Schmitt (pp. 201-209) qui permet de rattacher la légende et ses éléments constitutifs au schéma initiatique reconnu par les anthropologues et les ethnologues.

7On reconnaîtra volontiers à ce recueil un double mérite; s’il renonce à toute prétention philologique à proprement parler (aucun texte n’est ici (ré)édité critiquement), il remplit pleinement le but traductologique visé, grâce à la collaboration d’un groupe élargi de savants: de jeunes chercheurs, dont on a renoncé de citer tous les noms, et des spécialistes achevés, qui ont œuvré ensemble afin d’offrir à un public vaste un corpus de textes aussi riche qu’homogène. Nous nous permettons néanmoins d’exprimer un regret quant au grand nombre de coquilles et de fautes de tout genre qui déparent quelques pages; s’il serait fastidieux et ingrat d’en fournir la liste, quelques exemples en donneront l’idée: p. 41 «Nous n’entendons pas de décrire ici…»; p. 53 «… exposer <…> qui ont guidé notre traduction collective»; p. 101, v. 111 «Si tu crois dans le Christ et comprend sa parole»; p. 105, v. 143 «Puisses-tu nous délivrer du mal, seigneur, Amen»; p. 151, quatrain XLII «Qui te pousses à t’énorgueillir?»; quatrain XLIV «Pense à l’entrain qui t’as fait naitre…».

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Le «Dit des trois morts et des trois vifs». Éditions, traductions et études des versions médiévales (essai de «translatio» collective), Études réunies par C. Galderisi et J.-J. Vincensini »Studi Francesi, 190 (LXIV | I) | 2020, 152.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Le «Dit des trois morts et des trois vifs». Éditions, traductions et études des versions médiévales (essai de «translatio» collective), Études réunies par C. Galderisi et J.-J. Vincensini »Studi Francesi [Online], 190 (LXIV | I) | 2020, online dal 01 avril 2020, consultato il 05 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/22322

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals