Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Hishani Mizuno, Gérard de Nerval et la poésie en vers. Des odelettes aux sonnets

Lise Sabourin
p. 198
Notizia bibliografica:

Hishani Mizuno, Gérard de Nerval et la poésie en vers. Des odelettes aux sonnets, Paris, Champion, 2018, 388 pp.

Testo integrale

1Le professeur Hishani Mizuno adopte un point de vue différent de bien des commentaires sur l’œuvre poétique de Nerval: il veut «établir un dialogue face à face avec Nerval, et non le lire par le biais des images de la folie, du mysticisme ou du mythe personnel». C’est dire que sa position de critique extérieur aux habitudes franco-françaises lui permet d’éclairer tout simplement l’œuvre pas à pas, par l’élucidation des allusions érudites de Nerval et la mise en situation au cœur des débats contemporains sur la poésie.

2La première partie (pp. 19-105) étudie les Odelettes de 1830 à 1834: outre l’état de la production poétique à l’époque des trois Glorieuses, notamment chez Hugo, H. Mizuno discerne bien dans celles de 1831 l’abandon des motifs héroï-comiques au profit de l’influence des poètes de la Pléiade remis en visibilité par Sainte-Beuve, puis explore le cheminement vers le renouveau dans celles de 1834.

3La deuxième partie (pp. 109-235) se penche sur les sonnets de 1842 à 1845, là aussi mis dans le contexte de la pratique de cette forme en 1840 et étudiant les sonnets du manuscrit Dumesnil de Gramont, ceux inclus dans une lettre à Victor Loubens, qui reflètent certes l’état psychique de leur auteur en 1841, mais aussi les discussions de ce début de décennie sur la poésie. La reprise de quelques sonnets en 1844-1845, en lien avec le réveil du sentiment religieux, aboutit aux sonnets initiés par «Le Christ aux Oliviers» et aux Vers dorés de 1844-1845.

4Enfin la troisième partie (pp. 239-344) s’élance de La Bohême galante et des Petits Châteaux de Bohême en 1852, qui cherchent à s’affranchir des habitudes poétiques, jusqu’aux ultimes Chimères, intégrées à la prose musicale des Filles du feu, qui accomplissent sa poétique personnelle: Nerval ne renonce pas à ces formes concentrées, finalement persistantes des odelettes aux sonnets, mais y introduit le mystère de l’unicité de l’être à travers les métamorphoses du moi.

5La méthode s’avère très payante: le lecteur peut utiliser le commentaire de chaque poème, vers après vers, en le confrontant aux recueils, dans l’ordre de composition des œuvres, et discerner de ce fait avec précision l’itinéraire nervalien en lien et en écart à la fois avec ses confrères. Il ne s’agit pas d’une rupture avec son époque, ni avec ses débuts de traducteur de la littérature germanique, mais d’un approfondissement des liens secrets entre les chants du xiie siècle, les poésies de Ronsard et l’univers magique des chansons populaires, avec leur pratique de la rime, de l’assonance et du hiatus. Comme le «fou sublime» qu’est le second Faust goethéen, mais dans une inspiration intimiste, Gérard scrute l’immédiateté de l’instant, la force du souvenir, la griserie de la sensation, la fusion avec la nature, lorsque ses visions parviennent à la faire entrer en communion avec le monde des esprits.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Hishani Mizuno, Gérard de Nerval et la poésie en vers. Des odelettes aux sonnets »Studi Francesi, 190 (LXIV | I) | 2020, 198.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Hishani Mizuno, Gérard de Nerval et la poésie en vers. Des odelettes aux sonnets »Studi Francesi [Online], 190 (LXIV | I) | 2020, online dal 01 mai 2020, consultato il 06 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/22956

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals