Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Théophile Gautier, Œuvres complètes. Romans, contes et nouvelles, tome 7, Contes et nouvelles, 2

Lise Sabourin
p. 201-202
Notizia bibliografica:

Théophile Gautier, Œuvres complètes. Romans, contes et nouvelles, tome 7, Contes et nouvelles, 2, textes établis, présentés et annotés par A. Montandon, A. Geisler-Szmulewicz, F. Brunet, P. Tortonese, É. Stead, V. Bui, M. Lavaud, Paris, Champion, 2018, 856 pp.

Testo integrale

1Poursuivant l’édition chronologique des contes et nouvelles de Gautier, ce second tome contient des œuvres parues de 1837 à 1866, alternant des récits assez accessoires avec quelques-uns de ses chefs-d’œuvre les plus reconnus.

2Une Nuit de Cléopâtre (pp. 7-51), présentée par François Brunet (pp. 7-12), résulte d’un projet avorté de livret de ballet pour Marie Taglioni en 1837. Nourri de La Tour de Nesle dumasienne comme des Lettres écrites d’Égypte et de Nubie par Champollion, Gautier imagine les amours de la rusée Cléopâtre comme une «nouvelle chorégraphie» sur fond de visites au Louvre et de consultations des planches de la Description de l’Égypte.

3La Toison d’or (pp. 53-111), introduite par Alain Montandon (pp. 53-60), au contraire propose une blonde héroïne, après le voyage en Belgique de 1836 et la contemplation de Rubens à la cathédrale d’Anvers: cette Gretchen goethéenne a pourtant les yeux noirs de la byronienne Haydée.

4L’Âme de la maison (pp. 113-143), présentée par François Brunet (pp. 113-118), est une «aimable bluette» de 1839, écrite sur une base prêtée à Richter par Nerval, et constitue une sorte de réécriture du Bonheur à la maison de 1831: merveilleux et poésie du quotidien marquent cette idylle tragique.

5Le Chevalier double (pp. 145-163), introduite par Paolo Tortonese (pp. 145-152), présente en 1840 le motif du dédoublement moral d’origine diabolique cher à Gautier, qui s’inspire en l’occurrence de contes scandinaves (après Ampère et Marmier), de chants danois de Heine et de récits traditionnels sur la femme-cygne et l’homme-corbeau.

6Le Pied de momie (pp. 165-183), présenté par Alain Montandon (pp. 165-169), également de 1840, passe du réalisme au fantastique, sur le thème du jeune homme amoureux d’une belle morte promis à tant de développements chez l’auteur: le dandy désinvolte pour le moment exerce sa fantaisie fétichiste grâce aux détails donnés par Vivant Denon sur la tombe de Ramsès III dans son Voyage dans la Basse et la Haute Égypte.

7Deux acteurs pour un rôle (pp. 185-199), introduit par Alain Montandon (pp. 185-188), s’inspire des Amours de Vienne de Nerval, entre Katy et Heinrich, double ténébreux du Robert le diable de Meyerbeer.

8La Mille et deuxième nuit (pp. 201-251), présentée par Évanghélia Stead (pp. 201-224), méconnue exotique, a souvent déplu par sa fin tragique puisque cette arabesque à structure gigogne abolit la puissance créatrice de Sheherazade.

9Une Visite nocturne (pp. 253-261), introduite par Alain Montandon (pp. 253-255), recourt de nouveau à Nerval pour satisfaire à une demande de Karr pour Les Guêpes par un rêve lunaire.

10Le Berger (pp. 263-285), présenté par François Brunet (pp. 263-265), est un conte inspiré d’une histoire rapportée par Vasari sur le don qui permit à un jeune homme doué pour le paysage de devenir célèbre en peignant sur le motif comme le pratiquait l’école de Barbizon en 1844.

11Le Roi Candaule (pp. 287-393), introduit par Anne Geisler-Szmulewicz (pp. 287-332), sur sources empruntées à Hérodote, Platon et Pline, explore avec humour l’érotisme païen cher à Gautier, mais aussi le motif de la femme fatale prise entre deux hommes.

12Feuillets de l’album d’un jeune rapin (pp. 395-427), présentés par Anne Geisler-Szmulewicz (pp. 395-409), est une œuvre quasi ignorée, alors qu’elle traite du motif bien personnel à Gautier de l’apprentissage artistique, malgré l’incompréhension publique, du peintre porté par son individualité créatrice, dût-elle le laisser sans gloire.

13L’Oreiller d’une jeune fille (pp. 429-441), introduit par Alain Montandon (pp. 429-431), est également paru avec vignettes, dans un keepsake à tonalité religieuse de 1845, plus rare chez cet auteur.

14Le Club des Hachichins (pp. 443-471), présenté par Alain Montandon (pp. 443-444), relate quelques expériences de drogue vécus par Gautier en 1843-1845, retraçant la fantasia visuelle et sensitive d’une extase qu’il préféra vite arrêter pour reprendre la maîtrise de ses motifs hoffmanniens.

15Le Pavillon sur l’eau (pp. 473-509), introduit par Véronique Bui (pp. 473-489), montre bien tout l’intérêt de Gautier pour la Chine, en l’occurrence nourri de contes traduits par Rémusat, mais aussi de son rêve de voyage transmis par la Société asiatique.

16L’Enfant aux souliers de pain (pp. 511-523), présenté par Alain Montandon (pp. 511-514), reprend une légende bohémienne rapportée par Grimm à laquelle en 1849 Gautier donne une tournure esthétique pour un public d’enfants.

17Arria Marcella (pp. 525-583), introduite par François Brunet (pp. 525-537), émerge évidemment du lot, typique des années mystiques de 1852-1856, après le voyage en Italie de 1850 qui permit à Gautier de rêver sur l’empreinte sensuelle d’une Pompéienne conservée au musée de Naples que l’amour fait ressurgir comme dans Le Roman de la momie.

18Avatar (pp. 585-683), présenté par François Brunet (pp. 585-590), autre moment fort de cette période fantastique, n’oublie pas l’humour sur fond d’angoisse existentielle, avec son trio d’amants sous la baguette du redoutable échangeur d’âmes: autre preuve de l’ouverture indianiste de Gautier, aussi bien quand il lit la traduction de Sacountala que quand il voit les bayadères danser à Paris ou l’exposition exotique du Crystal Palace.

19Jettatura (pp. 685-777), introduit par François Brunet (pp. 685-691), reprend en 1856 un souvenir napolitain, cumulant pour cette tragédie fataliste l’ambiguïté rationaliste et la transposition pittoresque des superstitions méditerranéennes.

20Mademoiselle Dafné (pp. 779-843), présentée par Martine Lavaud (pp. 779-801), de 1866, donne une tonalité assez grotesque au motif de la courtisane corrompue tout en libérant l’imaginaire piranésien des souterrains romains.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Théophile Gautier, Œuvres complètes. Romans, contes et nouvelles, tome 7, Contes et nouvelles, 2 »Studi Francesi, 190 (LXIV | I) | 2020, 201-202.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Théophile Gautier, Œuvres complètes. Romans, contes et nouvelles, tome 7, Contes et nouvelles, 2 »Studi Francesi [Online], 190 (LXIV | I) | 2020, online dal 01 mai 2020, consultato il 12 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/22996

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals