Navigazione – Mappa del sito
Rassegna Bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. X. novembre 1850-1852

Lise Sabourin
p. 202
Notizia bibliografica:

Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. X. novembre 1850-1852, texte établi, présenté et annoté par P. Berthier, Paris, Champion, 2018, 688 pp.

Testo integrale

1Ce dixième tome de la Critique théâtrale de Gautier, avec toujours index des noms, des œuvres scéniques, de celles de Gautier, des titres de périodiques et autres œuvres, ainsi que bibliographie, atteint le terme de l’édition en volume publiée chez Hetzel en 1859, très fautive et lacunaire, que Patrick Berthier a corrigée et complétée d’après les feuilletons parus originellement dans “La Presse”.

2Avec cette année novembre 1851-1852 s’accomplissent les quinze années de travail que Gautier a assurées quasiment sans interruption, si ce n’est avec l’aide de Nerval lors de ses voyages en Espagne et Italie auparavant, de Louis de Cormenin pour son voyage en Orient de juin à octobre 1852 en ce volume. Quelques «critiques blonds» l’ont bien sûr aidé également, notamment pour compléter de leurs connaissances musicales le mélomane qu’est Gautier, toujours sensible aux concerts, ballets et opéras, mais heureux d’être confirmé dans ses appréciations par des professionnels. Le bilan qu’il atteint en 1852 est impressionnant et permet de mesurer la faculté créatrice de l’époque puisque figurent à ce tableau de chasse, comme œuvres nouvelles, huit cents vaudevilles, quatre cents drames et mélodrames, deux cents comédies, quarante ballets, soixante-cinq opéras, plus de cent opéras-comiques, trente-sept tragédies, sans oublier les féeries, les pantomimes et les spectacles de cirque.

3Les recensions de ces deux années charnières autour du coup d’État napoléonien se font plus disertes, soit que le critique se lâche un peu la bride, soit qu’il lutte subrepticement avec son directeur par le retard dû à l’allongement de ses textes… Patrick Berthier discerne quelques pépites: l’analyse du Juif errant en rêverie cosmique, la comparaison à propos de Cinna entre le génie de Corneille et le plafond de la chapelle Sixtine, la prise de position sur la réforme tentée au Théâtre-Français par Arsène Houssaye grâce à la mise en scène du Mariage de Figaro, la reprise du Moïse de Rossini et l’appréciation nouvelle de Luisa Miller de Verdi à l’Opéra. Il note aussi combien Gautier sait préférer L’Imagier de Harlem de Nerval et l’émouvante Dame aux camélias de Dumas fils aux adaptations théâtrales un peu fades des romans de Sand et aux pièces trop prosaïques à ses yeux d’Augier.

4Comme toujours, cette édition offre aussi la perception du panorama théâtral de ce temps. En ce début du Second Empire, les spectateurs peuvent s’extasier devant les nombreux tableaux du Bonaparte en Égypte de Labrousse et Albert à l’ancien Cirque ou du Mémorial de Sainte-Hélène de Barbier et Carré à l’Ambigu-Comique, avant d’aller à l’Hippodrome ou au Cirque voir les habituelles acrobaties célèbres. On voit aussi le Gymnase reprendre la Bettine de Musset avant de jouer Le Mariage de Victorine et Les Vacances de Pandolphe de Sand, l’Ambigu-Comique interpréter Le Vampire de Dumas et Maquet, tandis que la Porte Saint-Martin représente le Benvenuto Cellini de Paul Meurice. De son côté, le Théâtre-Français reprend Horace, Cinna avec Il ne faut jurer de rien, Adrienne Lecouvreur, La Surprise de l’amour de Marivaux, Louise de Lignières de Legouvé et Dinaux, L’École des vieillards de Delavigne, mais crée Mlle de la Seiglière de Sandeau, le drame en vers Diane d’Augier et la comédie en un acte Le Bonhomme Jadis d’Henri Murger. L’Opéra reprend La Sylphide, Moïse et Le Bourgeois gentilhomme avec la musique de Lulli, et crée Le Juif errant d’Halévy sur livret de Scribe et Saint-Georges. L’Opéra-Comique reprend L’Irato de Méhul, crée Marco Spada d’Auber sur livret de Scribe et campe Grandeur et décadence de Joseph Prudhomme sous les plumes d’Henri Monnier et Gustave Vaëz. Enfin Gautier voit lever l’interdit de son journal et retourne avec joie recenser Otello et La Somnambula au Théâtre-Italien, où il pourra en 1853-1854 retrouver sa stalle pour admirer encore Giulia Grisi.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. X. novembre 1850-1852 »Studi Francesi, 190 (LXIV | I) | 2020, 202.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. X. novembre 1850-1852 »Studi Francesi [Online], 190 (LXIV | I) | 2020, online dal 01 mai 2020, consultato il 10 août 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/23001

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals