Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri171 (LVII | III)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850Aa. Vv., Madame de Staël et le Gr...

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Aa. Vv., Madame de Staël et le Groupe de Coppet. Coppet, correspondances et réseaux épistolaires

Catherine Thomas
p. 612-613
Notizia bibliografica:

Aa. Vv. Madame de Staël et le Groupe de Coppet. Coppet, correspondances et réseaux épistolaires, «Cahiers staëliens», n. 62, 2012, pp. 228.

Testo integrale

1Le numéro 62 des «Cahiers staëliens», présenté par Florence Lotterie (pp. 7-11), revient après quinze années sur la question des correspondances, déjà abordée dans le volume 38. Les trois premiers articles reprennent trois conférences prononcées lors de la Journée de Coppet organisée par la Société des études staëliennes à l’occasion de la publication, en 2008, du tome VII de la Correspondance générale de Germaine de Staël. Ce volume supplémentaire, édité par Othenin d’Haussonville, porte sur la période comprise depuis l’éloignement de Benjamin Constant jusqu’à la fuite de Coppet: sa tonalité sombre, désespérée, est analysée par Stéphanie GenandPlus j’aime, plus je détourne ma pensée de ce dont il faut me séparer»: correspondance et séparation chez Mme de Staël, pp. 13-28). L’auteur y étudie les procédés qui dans les lettres «transforment la complainte de l’exil en théâtre du sujet souffrant». Ensuite Jean Goldzinc (Comment ne pas écrire de lettres à la postérité, pp. 29-33) s’appuie sur les lettres de jeunesse de l’écrivain pour souligner l’aspect essentiellement pragmatique de cette correspondance, qui ne révèle en rien l’auteur que deviendra Germaine de Staël, ni même la femme d’esprit qu’elle était alors. Enfin Marie-Claire Hoock-Demarle (L’Europe ou le défi épistolaire de l’exil, pp. 35-51) montre comment Germaine de Staël sut peu à peu faire de son exil un instrument de conquête, le parcours qui mène à la connaissance de l’autre et le lieu où s’élabore grâce aux réseaux épistolaires «une opinion publique à l’échelle européenne».

2Le numéro se poursuit par deux études fort utiles consacrées à la correspondance de Benjamin Constant et à celle de Sismondi: Paul Rowe (pp 53-76) s’intéresse aux échanges entre Constant et ses correspondants britanniques, tandis que Francesca Sofia (pp. 77-89) étudie Trois lettres d’Auguste et Albertine de Staël à Sismondi après 1817. Suivent quatre articles de Varia, dont le premier, Staël et la culture de la célébrité moderne, par Marie-Ève Beausoleil (pp. 93-116), montre comment la notion de gloire chez Mme de Staël est intimement liée au contexte postrévolutionnaire, «qui en fait avant tout une question de devenir collectif plutôt que de succès individuel». Laure Hennequin (pp. 117-134) envisage ensuite la question de l’amitié à travers la correspondance entre Mme de Staël et le philosophe Joseph de Gérando, qui s’éloigne de l’écrivain à mesure qu’il se rapproche de l’empereur. Frédéric Jaunin (pp. 135-149) s’interroge quant à lui sur le choix du prénom «Ellénore» par Benjamin Constant dans Adolphe. Enfin Ayse Yuva (pp. 151-176), maniant habilement les paradoxes, montre à travers l’étude de De la Littérature et De l’Allemagne comment les littératures étrangères peuvent jouer un rôle dans l’élaboration d’une littérature nationale, et en quoi De l’Allemagne peut avoir en France une portée politique. Le volume s’achève sur une série de comptes rendus d’ouvrages relatifs à Mme de Staël mais aussi, de manière plus générale, à la première période romantique.

3Adoptant des perspectives variées autour d’un même corpus, les trois premiers articles présentent des vues pertinentes sur la personnalité et l’œuvre de Germaine de Staël ainsi que sur le groupe de Coppet, mais proposent aussi, grâce encore aux deux articles qui suivent et à celui de Laure Hennequin, des réflexions intéressantes sur la question des correspondances: quels rôles tiennent-elles dans l’œuvre littéraire? dans quelle proportion appartiennent-elles à la sphère publique et à la sphère privée? de quelle façon participent-elles à la constitution d’une histoire des idées? Autant de questions fondamentales très précisément abordées.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Catherine Thomas, « Aa. Vv., Madame de Staël et le Groupe de Coppet. Coppet, correspondances et réseaux épistolaires »Studi Francesi, 171 (LVII | III) | 2013, 612-613.

Notizia bibliografica digitale

Catherine Thomas, « Aa. Vv., Madame de Staël et le Groupe de Coppet. Coppet, correspondances et réseaux épistolaires »Studi Francesi [Online], 171 (LVII | III) | 2013, online dal 30 novembre 2015, consultato il 29 novembre 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/2791 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.2791

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search