Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri191 (LXIV | II)Rassegna BibliograficaNovecentoHenri Bosco, Lettres à quelques a...

Rassegna Bibliografica
Novecento

Henri Bosco, Lettres à quelques amis écrivains

René Corona
p. 439
Notizia bibliografica:

Henri Bosco, Lettres à quelques amis écrivains, éd. A. Tassel, Paris, Classiques Garnier, 2019, 136 pp.

Testo integrale

1Le volume s’ouvre sur un exergue de Lamartine, que nous citerons, à notre tour, mais seulement la première phrase: «On ne sait rien d’un homme tant qu’on n’a pas lu sa correspondance», et il est vrai que ce recueil de lettres enrichit la connaissance que l’on peut avoir du romancier Henri Bosco. Ce qui est intéressant dans ce choix assez limité de lettres, c’est que les quatre écrivains choisis, et placés par ordre alphabétique, représentent quatre facettes de l’amitié. Le premier correspondant est un jeune débutant, Henry Bonnier, encore incertain sur ses choix et la route à prendre, cherchant dans son aîné des réponses et des conseils bienveillants. Il s’agit d’une correspondance assez dense qui va de septembre 1955 à juillet 1968, avec des lettres assez intéressantes: Bosco donnant des instructions à son cadet pour préparer un dossier afin d’obtenir une bourse, ou bien lisant avec attention la première tentative de roman du jeune homme, roman auquel Bonnier, à la fin, renoncera. L’homme Bosco montre une générosité désintéressée, preuve de son estime pour Bonnier. Avec Gabriel Marcel, les rapports semblent beaucoup plus formels et les propos sont d’ordre moral voire religieux; Bosco paraît ici moins à l’aise et cherche à satisfaire au moindre désir du philosophe existentialiste. La correspondance avec les Duhamel, femme et mari s’alternant dans les réponses, montre l’écrivain des Pasquier au sommet de sa gloire qui intervient pour faire obtenir à Henri Bosco des prix littéraires. Il s’agit d’un rapport d’admiration réciproque, mais surtout, comme l’écrit Bosco, Georges Duhamel représente pour lui «un écrivain d’amitié». Le quatrième et dernier correspondant est Joseph Peyré, et ici les lettres sont différentes, preuve que les rapports amicaux ne sont pas les mêmes avec les autres correspondants. Peyré et Bosco ont presque le même âge et les échanges sont plus légers, comme deux vieux copains qui partagent les mêmes préoccupations. On découvre un Bosco ironique, affable et beaucoup plus à son aise. Toutefois, l’aspect qui sous-tend l’ensemble de cette correspondance est celui de la création. Ce qui le préoccupe le plus c’est l’acheminement progressif de son œuvre vers une certaine perfection; l’écriture d’un roman l’exténue, mais il en a besoin, et chaque jour il remet son ouvrage sur le métier.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

René Corona, «Henri Bosco, Lettres à quelques amis écrivains»Studi Francesi, 191 (LXIV | II) | 2020, 439.

Notizia bibliografica digitale

René Corona, «Henri Bosco, Lettres à quelques amis écrivains»Studi Francesi [Online], 191 (LXIV | II) | 2020, online dal 01 septembre 2020, consultato il 21 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/32218; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.32218

Torna su

Autore

René Corona

Articoli dello stesso autore

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search