Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Barbara Wahlen, LÉcriture à rebours. Le Roman de Meliadus du xiiie au xviiie siècle

Mariagrazia Ricci
p. 294-295
Notizia bibliografica:

Barbara Wahlen, L’Écriture à rebours. Le “Roman de Meliadus” du xiiie au xviiie siècle, Genève, Droz, 2010, pp. 516.

Testo integrale

1Le Roman de Meliadus, constitue, avec Guiron le Courtois, une sorte de «suite rétrospective» au Lancelot en prose et au Tristan en prose; comme l’on sait, l’auteur y narre les aventures des pères des héros arthuriens: Meliadus de Leonnoys justement, Guiron, le Bon Chevalier sans Peur, Lac et d’autres encore. B.W. propose ici une ample étude du Roman de Meliadus, transmis par 17 manuscrits, preuve d’une bonne diffusion, de sa Continuation (un seul ms.: Ferrell 5), et de sa fortune postmédiévale, des imprimés du xvie siècle jusqu’à la Bibliothèque Universelle des Romans.

2La première partie du volume (Pactes de lecture, pp. 15-67) prend en considération surtout les aspects formels du RdeM et de la C: la lecture approfondie du prologue et la réflexion sur son «impossible clôture» (p. 39) soulignent la richesse de deux œuvres qui, tout en tirant épisodes et personnages d’autres romans arthuriens (le Lancelot en prose et le Tristan en prose, en particulier), multiplient à l’infini les possibilités de création littéraire.

3Dans les deux sections suivantes (La fabrique du “Roman de Meliadus”, pp. 71-174, et La “Continuation” du “Roman de Meliadus”, pp. 177-280), l’analyse porte plus spécifiquement sur le contenu des textes. L’intertextualité du RdeM et de la C est toujours au centre de la réflexion de B.W., qui met en relief les procédés de compilation d’une œuvre qui emprunte motifs et personnages à la tradition arthurienne pour leur donner de nouveaux développements. En guise d’exemple, Lac, père d’Erec, est présenté dans Meliadus selon une «relecture du fils par le père» (p. 206): le roi, qui possède les mêmes vertus qu’Erec, et notamment la loyauté, s’oppose d’une certaine manière à un fils qui, dans la tradition postérieure à Chrétien de Troyes, pour tenir foi à la parole donnée, ira jusqu’à tuer sa sœur. Lac incarnerait donc une «chevalerie civilisatrice et pacificatrice» (p. 207), celle des pères, qui est exaltée dans le RdeM et la C justement parce qu’elle sera irrémédiablement perdue par la génération des fils.

4La dernière partie (Du “Roman de Meliadus” au “Meliadus de Leonnois” de la Bibliothèque Universelle des Romans (1776), pp. 283-377) examine la fortune de cette œuvre après le Moyen Âge: le passage à l’imprimé (Meliadus de Leonnoys est publié par Galliot du Pré en 1528 et par Denis Janot en 1532), sa disparition après cette date (le roman n’est pas cité pendant la querelle des romans de chevalerie) et sa réapparition sous forme de «miniature» dans la BUR en février 1776 seulement.

5Le volume est enrichi d’une série importante d’annexes: outre l’Analyse sommaire du “Roman de Meliadus” (pp. 387-392) et l’Analyse détaillée de la “Continuation” du “Roman de Meliadus” (ms. Ferrell 5) (pp. 393-416), l’Auteur présente un Tableau récapitulatif des manuscrits du “Roman de Meliadus” et de leur contexte manuscrit (pp. 417-420) et un schéma résumant Les récits métadiégétiques de la “Continuation” (pp. 421-425) qui aident le lecteur à repérer les aspects saillants de cette tradition aussi fortunée que complexe. Suivent encore: une section intitulée Du manuscrit à l’imprimé (pp. 427-433), qui contient un résumé des chapitres 127-172bis des éditions du xvie siècle (les chapitres précédents «correspondent aux paragraphes 1 à 48 de l’analyse de Roger Lathuillère», p. 427); deux tableaux de Concordances et identification des textes compilés (pp. 432-433), rapportés aux chapitres des imprimés du xvie siècle de Guiron et de Meliadus; un Répertoire des insertions versifiées du “Roman de Meliadus” (pp. 435-438), dont certaines sont éditées dans le Choix de textes qui suit (pp. 439-478): l’Édition du “Lai de Meliadus” (insertion n. II) dans les trois versions conservées (A, BnF., fr. 350; H, BnF., fr. 355; BUR), la Lettre de Méliadus à Pharamond (insertion n. XV); une Transcription des insertions (n. XVI à XXI) de la “Continuation” et Les prologues de l’imprimé (éd. Galliot du Pré, 1528, et Janot, 1532); ces textes sont accompagnés d’un Glossaire tout à fait précieux. La Bibliographie sélective (pp. 479-497) contient les études citées plus d’une fois dans le volume; elle est organisée en sections: les Répertoires, catalogues et index, les Sources manuscrites et imprimées, les Études sur “Guiron le Courtois” (Tradition manuscrite et langue et Études littéraires) et les autres; enfin, l’Index des auteurs, des œuvres et des manuscrits (pp. 499-503) et l’Index des personnages (pp. 505-509) rendront de précieux services pour toute recherche thématique.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Mariagrazia Ricci, « Barbara Wahlen, LÉcriture à rebours. Le Roman de Meliadus du xiiieau xviiiesiècle », Studi Francesi, 167 (LVI | II) | 2012, 294-295.

Notizia bibliografica digitale

Mariagrazia Ricci, « Barbara Wahlen, LÉcriture à rebours. Le Roman de Meliadus du xiiieau xviiiesiècle », Studi Francesi [Online], 167 (LVI | II) | 2012, online dal 30 novembre 2015, consultato il 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/3966

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals