Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri143 (XLVIII | II)Rassegna bibligraficaNovecento a) dal 1900 al 1950, a ...Aa. Vv., «Que vlo‑ve?»

Rassegna bibligrafica
Novecento a) dal 1900 al 1950, a cura di Emanuele Kanceff

Aa. Vv., «Que vlo‑ve?»

p. 410
Notizia bibliografica:

«Que vlo‑ve?», 42 serie, 21, janv.‑mars 2003, pp. 1‑28; 22, avril juin 2003, pp. 29‑56; 23, juillet-sept. 2003, pp. 57‑84; oct.‑déc. 2003, pp. 85‑112.

Testo integrale

1Le premier fascicule est occupé (pp. 5‑27) par une communication d’Henri Béhar au Séminaire Apollinaire (à la Sorbonne nouvelle): La Jambe et la roue ‑‑ Apollinaire et le surréalisme. Dans sa conclusion l’A. dit qu’il s’agit d’un «inventaire». C’est la citation d’à peu près tous les passages des oeuvres de Tzara, Aragon et Breton, où il est question d’Apollinaire, selon trois chapitres: I - Merveilleux quotidien. II ‑ La transmutation du réel. III ‑ Le surréel. Dès sa première phrase, l’a. se dit «confus de n’avoir rien à dire de neuf’; mais son travail est très utile.

2Dans le second fascicule, on trouve d’abord une note de Claude Debon (dans la chronique Une rose à qui?) avec de nouveaux renseignements sur le sculpteur et peintre Auguste Agero (p. 29‑30; photographie de la tête de Picasso sculptée par Agero, p. 31) ‑ Vient ensuite la note d’André Fonteyne sur Hugo Claus traducteur d’Apollinaire (pp. 32‑35) ‑ Puis, Willard Bohn publíe une lettre d’Apollinaire à Pierre Albert‑Birot, écrite vraisemblablement après le 23 octobre 1916, jour où un écho du joumal L’Œuvre s’en prenait au texte d’Apollinaire publié dans SIC de juillet 1916 (pp. 36-37) ‑ Dans la rubrique Comptes rendus (pp. 46‑54), parmi les dix ouvrages recensés, je signale celui de Peter Read sur le Cubisme et Apollinaire (c.r. par W. Bohn) et celui d’Adrian Hicken (Apollinaire, Cubisme and Orphisme; c.r. par P. Read); mais pourquoi le c.r. de 1’ouvrage d’Ylva Lindberg sur Ondes ne signale‑t‑il pas qu’il est impossible de mettre ensemble Les Fenétres (poèmeconversation de 1913) et Les Collines (qui est del 917 et en quintils bien sages de bien sages octosyllabes)?

3Le troisième fascicule, après une présentation par Michel Décaudin (pp. 58‑60) de l’exposition à Stavelot (du 26 juin au 30 aoút 2003) de reproductions de dessins et peintures d’Apollinaire, contient des notes (avec de nombreuses illustrations) sur le collège des Marianistes de Monaco, sur Notre‑Dame de Laghet, etc.

4Dans le quatrième fascicule, Gérard Goutierre publie deux brèves lettres d’Apollinaire, datées du 8 et du 14 février 1914; les allusione à une pièce de théâtre, que le poète intitule mal, mais qui est Les Cinq messieurs de Francfort (traduction d’une pièce de 1’autrichien Carl Roeszler) permettent de préciser qu’elles ont été envoyées à Lugné‑Poe; et l’allusion, dans la seconde, à un «écho» «publié dans l’Intran», a fait retrouver dans L’Intransigeant, sous la signature collective du «Wattman», un écho du 14 février et un autre du 17 février, relatifs à cette représentation et où Apollinaire signale le talent de dessinateur de Lugné‑Poe (pp. 85‑87) ‑ Vient ensuite l’article d’Adrian Hicken sur Apollinaire en hongrois (pp. 88‑90), consacré aux cinq livraisons de la revue Periszkop en 1925, avec la traduction de Tour en mars, de la Jolie rousse en mai, et de La Colombe poignardée et le jet d’eau (reproduisant le calligramme) en juin juillet; il y a des renvois à la revue hongroise MA, publiée à Vienne, qui a donné la traduction de la première partie des Peintres cubistes en 1919 (aux pp. 91‑93, trois reproductions) ‑ Dans la section Varia, Michel Décaudin publie un écho, paru dans Gil Blas du 9 avril 1913, énumérant des publications jamais réalisées qui pourraient étre le programme de la collection inaugurée par Figuière avec Méditations esthétiques; il y est question aussi du projet de la revue Zones, auquel Cendrars n’est pas étranger, mais on ignore pourquoi le projet a échoué. Ensuite Michel Décaudin repère la présence (bien mince) d’Apollinaire dans la revue d’Edouard Dujardin, Les Cahiers idéalistes français (1917‑18), puis Les Cahiers idéalistes (1921-28). Enfin, Victor Martin‑Schmets a retrouvé dans les pages de «Bibliographie» de la revue La Belgique artistique et littéraire les annonces pour La Poésie symboliste (dans le n° de janvier 1909), pour Le Théâctre italien (dans le n° de septembre 1910), pour Les Peintres Cubistes (dans le n° du 1° mai1913). Dans la section Comptes rendus (pp. 101‑107) sont recensés cinq ouvrages. Dans la section Nos Amis disparus (pp. 108-110) est évoquée la mémoire de Maciej Zurowski, de Daniel Briolet, de Léon Somville.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

«Aa. Vv., «Que vlo‑ve?»»Studi Francesi, 143 (XLVIII | II) | 2004, 410.

Notizia bibliografica digitale

«Aa. Vv., «Que vlo‑ve?»»Studi Francesi [Online], 143 (XLVIII | II) | 2004, online dal 30 novembre 2015, consultato il 16 juillet 2024. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/39797; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.39797

Torna su

Diritti d'autore

CC-BY-NC-ND-4.0

Solamente il testo è utilizzabile con licenza CC BY-NC-ND 4.0. Salvo diversa indicazione, per tutti agli altri elementi (illustrazioni, allegati importati) la copia non è autorizzata ("Tutti i diritti riservati").

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search