Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Yolande de Pontfarcy, Lau-delà au Moyen Âge. Les visions du chevalier Tondal de David Aubert et sa source la Visio Tnugdali de Marcus

Barbara Ferrari
p. 301
Notizia bibliografica:

Yolande de Pontfarcy, L’au-delà au Moyen Âge. ‘Les visions du chevalier Tondal’ de David Aubert et sa source la ‘Visio Tnugdali’ de Marcus. Édition, traduction et commentaires, Berne, Peter Lang, 2010, pp. 205.

Testo integrale

1Le récit du voyage de l’âme du chevalier Tungdal dans l’au-delà, mis par écrit en 1149 par le moine irlandais Marcus à la demande de l’abbesse d’un couvent bénédictin de Ratisbonne, a connu un succès de longue durée témoigné par différentes rédactions latines et de très nombreuses traductions qui se sont succédé jusqu’à la fin du moyen âge. La version réalisée par David Aubert en 1475 pour Marguerite d’York, femme de Charles le Téméraire, nous est parvenue dans un superbe manuscrit richement décoré et illustré par vingt enluminures attribuées à Simon Marmion; ce précieux témoin, entré au Paul Getty Museum de Los Angeles en 1987, et maintenant accessible sur le site du Musée (http://www.getty.edu/​art/​gettyguide/​artObjectDetails?artobj=1771), a suscité l’intérêt des historiens de l’art, mais le texte de David Aubert est resté longtemps inédit. Cette lacune a été comblée dernièrement par deux éditions: la première, due à Mattia Cavagna, a paru en 2008 («CFMA», 159); deux ans plus tard, Yolande de Pontfarcy a publié chez Peter Lang le volume dont il est question ici. En citant l’édition de son devancier, elle souligne: «Notre approche est différente» (p. XI, note 4), sans précisions ultérieures; en effet M. Cavagna a publié, outre les Visions de David Aubert, deux autres versions françaises de la Visio Tnugdali: celle de Jean de Vignay (1320-1330), et le Baratre infernal de Regnaud le Queux (1480); Y. de P., pour sa part, ne s’intéresse qu’à la version de David Aubert, mais son édition, outre la traduction des Visions en français moderne, donne aussi, très utilement, le texte de la source latine.

2Dans l’Introduction (pp. XI-XLVII), bien documentée, Y. de P. met d’abord en relief le rôle de mécène joué par Marguerite d’York, commanditaire de plusieurs manuscrits de luxe renfermant des ouvrages de dévotion, présente rapidement l’artiste auquel sont attribuées les miniatures et discute le rôle de David Aubert dans la «production» des Visions. Différemment de M. Cavagna, qui ne voit pas de raisons sérieuses pour refuser à David Aubert la paternité de la traduction ni la réalisation du manuscrit (cf. éd. cit., pp. 123-124), elle conclut que sa «fonction exacte […] reste floue» (p. XX); cependant, son emploi constant de l’expression ‘ms. de David Aubert’ (alors que l’auteur de la version française est toujours dénommé ‘le traducteur’) fait penser qu’Y. de P. considère le ms. du Getty Museum comme autographe. En le décrivant, elle réserve une attention particulière au système de ponctuation et à la mise en page. L’étude de la langue n’est pas systématique, mais relève les principales particularités graphiques et phonétiques et quelques phénomènes morphosyntaxiques (repris dans les notes au texte); l’ensemble renvoie à une scripta présentant les caractéristiques générales du moyen français avec des traits picards.

3La seconde partie de l’Introduction est consacrée principalement à la source latine et à son rapport avec la version française: choix du manuscrit le plus proche de celui qui aurait servi de modèle au traducteur (Gand, Universiteitsbibliotheek, 316, ex S.-G. 446, contenant aussi le Purgatorium S. Patricii), étude des modifications apportées à la structure du modèle (importance des rubriques dans l’interprétation française de l’au-delà, avec introduction explicite du purgatoire), présentation du contexte monastique et politique dans lequel ouvra Marcus et de l’évolution de l’idée de peregrinatio au cours du moyen âge.

4L’édition (pp. 1-151) présente, sur la page de gauche, le texte des Visions, accompagné, en bas de page, de la Visio Tnugdali selon la rédaction du ms. de Gand; sur la page de droite figurent la traduction en français moderne et un ample appareil de notes. Le texte est édité avec soin; Y. de P. déclare que la comparaison entre sa transcription et celle de M. Cavagna lui a permis de corriger ses propres erreurs (p. XI), mais elle signale aussi une cinquantaine de lectures fautives dans l’édition des «CFMA», indiquées dans l’apparat. Le choix inusuel de numéroter les lignes de chaque folio et de signaler la présence des petites capitales par le caractère gras se justifie par l’intention «de conserver le plus possible la particularité visuelle du manuscrit» (p. XLV, mais la table des rubriques, qui précède le texte dans le codex, est ici publiée à la fin: pp. 153-156). La même attitude très conservatrice se reflète dans le respect des particularités graphiques et des leçons du manuscrit. Les interventions sont rares et toujours signalées en apparat; à la p. 20, f.10vb/17-18, l’intégration me semble nécessaire: yssir vouloit <du> corps (la correction opérée par M. Cavagna p. 171, r. 318, qui ne la signale pas, est indiquée comme fautive). Ailleurs, des leçons conservées par M. Cavagna sont corrigées ici; je me limite à deux exemples: p. 6, f. 8ra/10, l’éditrice remplace Climas par Dunens sur la base de la leçon latine Dunensis (Down, Ulster), mais ce n’est pas le seul point où le traducteur s’éloigne du modèle latin et la leçon Climas, comme le rappelle M. Cavagna (p. 331), pourrait être le fruit d’une corruption du texte source; p. 86, f. 28ra/15: que tu voulsisses est corrigé en que il voulsisse parce que dans ce passage le traducteur transforme le style direct du latin en style indirect, mais le mélange des deux à l’intérieur d’une même phrase n’est pas rare en moyen français. Je signale enfin une inexactitude commune aux deux éditeurs: p. 62, f. 22ra/14 (éd. Cavagna, p. 188, r. 834), enlever l’accent à coigniés fém. plur. (trait picard).

5Heureusement, la traduction en français moderne n’a pas comporté la suppression du glossaire, qui est même assez riche (pp. 157-178); l’édition est complétée d’une table des noms propres (pp. 179-180) et d’une riche bibliographie (pp. 181-205).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Barbara Ferrari, « Yolande de Pontfarcy, Lau-delà au Moyen Âge. Les visions du chevalier Tondal de David Aubert et sa source la Visio Tnugdali de Marcus », Studi Francesi, 167 (LVI | II) | 2012, 301.

Notizia bibliografica digitale

Barbara Ferrari, « Yolande de Pontfarcy, Lau-delà au Moyen Âge. Les visions du chevalier Tondal de David Aubert et sa source la Visio Tnugdali de Marcus », Studi Francesi [Online], 167 (LVI | II) | 2012, online dal 30 novembre 2015, consultato il 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/3997

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals