Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Judith Still, Enlightenment Hospitality: Cannibals, harems and adoption

Jean-Paul De Nola
p. 317-318
Notizia bibliografica:

Judith Still, Enlightenment Hospitality: Cannibals, harems and adoption. Oxford, Voltaire Fondation, 2011, pp. 310.

Testo integrale

1En français un seul mot, hôte, indique l’invitant (angl. the host) aussi bien que l’invité (angl. the guest). Le gros volume de Judith Still aborde, dans le sillage de Jacques Derrida (De l’hospitalité, 1997), toute la problématique de l’hospitalité active et passive, dans sa forme peut-être idéale: le caravansérail (chambres gratuites, ni meublées, ni équipées, victuailles facultatives), mais surtout dans ses déviations et caricatures au xviiie siècle: le cannibalisme, les harems, le colonialisme, l’esclavage, l’adoption de mineurs finalisée aux abus sexuels («sexual predation»)… L’«inhospitalité» peut se référer au maître de maison qui s’arroge des droits sur la personne accueillie et sur l’invité ingrat qui, symboliquement, «crache dans la soupe»! Le couple sémantique host/hostage (frs. hôte/otage) ne découlerait-il pas d’un croisement étymologique: lat. class. hospes (hôte), hostis (étranger, puis ennemi) et lat. vulg. obses (otage)? Deux importants chapitres concernent les rapports diplomatiques franco-turcs et franco-persans au Siècle des Lumières, liés, comme ils le sont, à des échanges d’hôtes officiels.

2Il s’agit donc plutôt d’une étude d’anthropologie culturelle que d’un essai littéraire. Mais les références aux lettres françaises sont abondantes et précises: depuis l’Encyclopédie (surtout Jaucourt), Rousseau, Voltaire, Diderot, Bougainville, Montesquieu, Buffon (cités dans l’ordre de leur implication dans le discours de J. Still), jusqu’ à d’autres auteurs peut-être moins connus (Lafitau, Lahontan, Chardin, Maubert de Gouvest) pour déboucher sur l’analyse de trois romans d’«écrivaines»: Histoire d’une Grecque moderne (1740) de Charlotte-Elisabeth Assé, Trois Femmes (posth., 1981) de Belle de Charrière, Ourika (1823) de Claire de Duras. L’ouvrage de Judith Still, un peu prolixe et discursif, est excellemment documenté et ouvre d’intéressantes perspectives d’études.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Jean-Paul De Nola, « Judith Still, Enlightenment Hospitality: Cannibals, harems and adoption »Studi Francesi, 167 (LVI | II) | 2012,  317-318.

Notizia bibliografica digitale

Jean-Paul De Nola, « Judith Still, Enlightenment Hospitality: Cannibals, harems and adoption »Studi Francesi [Online], 167 (LVI | II) | 2012, online dal 30 novembre 2015, consultato il 27 février 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/4055

Torna su
  • OpenEdition Journals