Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Préfaces et manifestes du xixe siècle, textes réunis par José-Luis Diaz

Lise Sabourin
p. 327
Notizia bibliografica:

Aa. Vv., Préfaces et manifestes du xixe siècle, textes réunis par José-Luis Diaz, Presses Universitaires de Lille 3-Septentrion, «Revue des sciences humaines», 295, 3-2009, pp. 211.

Testo integrale

1La préface, discours cérémonieux obligé à l’époque classique, suspect d’amour-propre auctorial sous le masque de la politesse, prend à l’époque romantique valeur de communication et d’action. À l’origine asservie à l’œuvre qu’elle propose, elle se fait, par son autonomisation en livre séparé parfois, déclaration de principe et, signée d’un chef de file, mot d’ordre rénovateur à une génération nouvelle. Pré-manifeste, elle le devient quasiment par l’invention du vocable de «préface-manifeste» dès 1832; elle en reste cependant distincte en fin de siècle, quand l’éclatement en chapelles de l’histoire littéraire multiplie les divers manifestes d’écoles divergentes.

2C’est à cette évolution que José-Luis Diaz, en charge de ce numéro de la «Revue des sciences humaines», consacre la réunion d’onze articles, répartis en trois temps au fil du xixe siècle: «L’acte-préfaciel» (pp. 17-77), «Au temps des quasi-manifestes» (pp. 79-131), «L’âge des manifestes» (pp. 133-206), dont les deux premiers concernent notre champ de recension, le troisième la période naturaliste et symboliste.

3Dans la première partie, Daniel Sangsue juge les Préfaces parodiques (pp. 19-35) typiques de la démarche anti-romanesque adoptée par la seconde génération romantique; José-Luis Diaz analyse le périlleux équilibre recherché par les Préfaces de 1830: entre aversion, principe de plaisir et happening (pp. 37-54), entre profession de foi activiste et provocation ludique; Aurélie Loiseleur étudie dans La préface et le travail du temps (pp. 55-65) le dialogue avec l’histoire, la tentative de dépassement de soi vers la postérité; Pascal Durand perçoit, dans Don et déprédations: à propos de l’«Avant-dire» au Traité du verbe (pp. 67-87), les prémices de l’acte préfaciel vers la démarche de théorisation.

4José-Luis Diaz ouvre la deuxième section sur la distinction opérée au temps des «Manifestes» romantiques (pp. 81-98) entre critique des critiques et critique des créateurs qui prélude à l’acte quasi-manifestaire; Maxime Georgen voit les interférences entre Manifestes romantiques et propagande socialiste: “Aux artistes” d’Émile Barrault et le “Discours aux artistes” de Pierre Leroux (pp. 99-113); Paolo Tortonese montre comment Gautier saute le pas dans La préface de “Mademoiselle de Maupin”, entre manifeste et pamphlet (pp. 115-131).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Préfaces et manifestes du xixe siècle, textes réunis par José-Luis Diaz », Studi Francesi, 167 (LVI | II) | 2012, 327.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Préfaces et manifestes du xixe siècle, textes réunis par José-Luis Diaz », Studi Francesi [Online], 167 (LVI | II) | 2012, online dal 30 novembre 2015, consultato il 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/4083

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals