Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

George Sand, Œuvres complètes

Lise Sabourin
p. 342
Notizia bibliografica:

George Sand, Œuvres complètes, sous la direction de Béatrice Didier, 1836-1837, Simon, édition critique par Catherine Mariette-Clot, Lettres d’un voyageur, édition critique par Suzel Esquier, Paris, Honoré Champion, 2010, pp. 674.

Testo integrale

1Les deux œuvres de 1836-37 réunies dans ce tome des Œuvres complètes sont nées en un temps de crise: personnelle après la rupture avec Musset et l’officialisation de la séparation d’avec Maurice Dudevant, collective par le durcissement du régime de Louis-Philippe dû à la «semaine sanglante» de 1834 et à l’attentat de Fieschi. Mais l’espérance renaît aussi: face aux lois réactionnaires de 1836, l’engagement social de Sand se fait plus net, sans angélisme pourtant sur le peuple, malgré le républicanisme partagé avec Michel de Bourges et l’espérance d’une résurgence chrétienne portée par «l’ennemi du pape» qu’est Lamennais. La femme cherche aussi une nouvelle voie d’amour par l’utopie sociale d’un mariage choisi dans la réciprocité des sentiments et la complémentarité des esprits.

2C’est pourquoi Simon, plus intéressant que ne se plaît Sand à le présenter, tel un «pauvre petit roman» sans prétention ni grande portée, à l’ombre de Mauprat et Mattéa, offre un dénouement heureux au couple triomphant des mésalliances sur fond de retour des émigrés en 1825. Sa parution à la «Revue des deux mondes» en 1836 invite à réfléchir sur l’immobilité de l’histoire, les classes s’opposant toujours avec cynisme, même si quelques êtres d’exception, au-delà des barrières, accomplissent par leur liberté individuelle le rêve rousseauiste d’âge d’or.

3Les Lettres d’un voyageur, parues en 1834-36 à la «Revue des deux mondes», puis pour la dernière à la «Revue de Paris» en 1836, avant leur rassemblement remanié en 1837 chez Bonnaire, leur réédition avec préface chez Perrotin en 1843, constituent une avancée majeure dans l’écriture sandienne. D’un moi incertain et insaisissable qui tente de se cerner entre esprit d’enfance et vieillissement précoce, l’écrivain en arrive à composer une identité fictive à cent visages qui renouvelle pour des destinataires variés un genre hérité du xviiie siècle (lettres d’Italie, lettres polémiques ou philosophiques, sans oublier la parenté du roman épistolaire ou du journal intime). Entremêlant les sujets (souvenirs vénitiens, excursion à Valençay, traversée alpine sans idéalisme, mais aussi réflexion sur l’opéra, réponse à un critique peu élogieux), ces «lettres d’un oncle» qui se sont fondues dans celles «d’un voyageur» au fil de leur fictionnalisation opèrent la mutation d’écriture qui donnera naissance aux grands romans de la décennie suivante, par l’affirmation d’un manifeste féministe, mais aussi le réconfort trouvé auprès d’amis artistes, l’ancrage dans la maison familiale.

4Les deux éditrices critiques assurent, par leur claire présentation (Catherine Mariette-Clot, pp.9-28 pour Simon, Suzel Esquier, pp. 231-252 pour Les Lettres d’un voyageur), leur annotation méticuleuse, l’insertion en annexes de quelques articles de réception en 1836-37 et les index des noms de personnes et personnages, des noms de lieux, une bonne édition de ces œuvres marquantes de la résolution d’une crise qui a failli accabler Sand mais lui a finalement permis de se trouver une voix neuve.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « George Sand, Œuvres complètes », Studi Francesi, 167 (LVI | II) | 2012, 342.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « George Sand, Œuvres complètes », Studi Francesi [Online], 167 (LVI | II) | 2012, online dal 30 novembre 2015, consultato il 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/4119

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals