Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri192 (LXIV | III)Rassegna bibligraficaMedioevoLe scribe d’archives dans l’Occid...

Rassegna bibligrafica
Medioevo

Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval. Formations, carrières, réseaux, dir. X. Hermand, J.-F. Nieus, É. Renard

Graziella Pastore
p. 631
Notizia bibliografica:

Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval. Formations, carrières, réseaux, dir. X. Hermand, J.-F. Nieus, É. Renard, Turnhout, Brepols, 2019 («Utrecht Studies in Medieval Literacy» 43), XV+530 pp.

Testo integrale

1Ce volume, issu d’un colloque international organisé par le centre de recherche Pratiques culturelles de l’écrit de l’Université de Namur (2-4 mai 2012), constitue une contribution importante aux études concernant les écritures pragmatiques et documentaires dans l’Occident médiéval. Loin de vouloir suggérer une définition univoque du ‘scribe d’archives’ durant le Moyen Âge, le concept est utilisé en tant que «étiquette commode pour désigner de façon générique tous les acteurs de la pratique scripturaire dans le champ immense du document d’archives» (p. 1). Comme le souligne Paul Bertrand dans les conclusions, «Les scribes ou scripteurs à l’œuvre sont tous différents selon les dossiers» (p. 521): l’ensemble des contributions met en évidence la grande variété des profils des scripteurs dans un espace européen médiéval assez riche comprenant l’Italie, la péninsule Ibérique, la France, la région historique des Pays-Bas et l’Angleterre. Si certains scribes relèvent du monde ecclésiastique, la majorité des contributions porte sur les scribes liés aux administrations laïques (princières et urbaines) et une place importante est réservée au développement du notariat.

2Le volume rassemble vingt-quatre contributions articulées en cinq sections thématiques: 1. «Solutions ecclésiastiques» (pp. 7-101); 2. «Administrations princières» (pp. 103-298); 3. «Notaires» (pp. 299-400); 4. «Contextes urbains» (pp. 401-468); 5. «Écritures comptables» (pp. 469-520).

3Plusieurs articles concernent l’aire française, dont en particulier: Chantal Senséby (Les scribes au travail à Saint-Aubin d’Angers (France de l’Ouest, xie- xiie siècles), pp. 35-62) s’intéresse à l’intense activité du scriptorium bénédictin de Saint-Aubin en soulignant comment les scribes d’archives pouvaient aussi assumer des tâches complémentaires (diplomatiques, scolaires etc.), ainsi que copier des manuscrits de bibliothèques.

4En s’appuyant sur la base de données Diplomata Belgica et sur une analyse prosopographique, Els De Paermentier identifie et livre le profil de trois scribes actifs à la chancellerie comtale de Flandre (Les scribes comtaux au service de Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut (1212-1244). Une approche pluridisciplinaire: diplomatique, paléographie et prosopographie, pp. 187-202).

5Dans Clercs, notaires, professionnels. Le personnel de la chancellerie des comtes de Hainaut sous les Avesnes (1280-1345), pp. 217-236, Valeria Van Camp s’intéresse à l’intense activité de la chancellerie comtale de Hainaut, à sa composition, à ses pratiques et à son évolution sous les Avesnes.

6Mathias Bouyer (Les secrétaires du duc de Bar Robert Ier: l’exemple de Clarin de Crépey (fin xive-début xve siècle), pp. 265-278) retrace la formation juridique et la brillante carrière d’un des plus notables scribes de l’administration barroise.

7En prenant appui sur l’ensemble des professionnels identifiés lors de ses recherches doctorales, Isabelle Bretthauer étudie la formation et la carrière des gardes des sceaux et des tabellions dans la société bas-normande, notamment à travers l’exemple de la famille Tropafeves (Figures de notaires bas-normands: profils sociaux et choix de carrière (1280-1520), pp. 363-388).

8Par l’étude prosopographique des notaires ayant exercé en Béarn, Dominique Bidot-Germa montre que leurs fonctions scripturaires pouvaient s’accompagner de travaux d’élaboration et de vulgarisation de la norme juridique, ainsi que de la rédaction de chroniques dans un souci de glorification du prince (Les scribes d’archives et de Cort Major dans la principauté de Béarn à la fin du Moyen Âge, pp. 389-400).

9Sébastien Hamel et Serge Lusignan s’intéressent enfin à la formation linguistique des clercs de ville chargés de la rédaction des chirographes échevinaux et des cartulaires urbains: ces professionnels disposaient d’une maîtrise réfléchie de l’écriture en français leur permettant de passer aisément d’une scripta à l’autre et prirent une part de plus en plus active dans la rédaction des chirographes (Chirographes et compétences linguistiques des clercs des villes francophones du Nord, pp. 425-440).

10On regrette l’absence d’un index des noms, qui aurait permis au chercheur d’accéder à ce volume touffu par d’autres voies que par la seule lecture linéaire des contributions.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Graziella Pastore, «Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval. Formations, carrières, réseaux, dir. X. Hermand, J.-F. Nieus, É. Renard»Studi Francesi, 192 (LXIV | III) | 2020, 631.

Notizia bibliografica digitale

Graziella Pastore, «Le scribe d’archives dans l’Occident médiéval. Formations, carrières, réseaux, dir. X. Hermand, J.-F. Nieus, É. Renard»Studi Francesi [Online], 192 (LXIV | III) | 2020, online dal 01 mars 2021, consultato il 15 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/41868; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.41868

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search