Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri192 (LXIV | III)Rassegna bibligraficaOttocento a) dal 1800 al 1850George Sand, Œuvres complètes

Rassegna bibligrafica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

George Sand, Œuvres complètes

Lise Sabourin
p. 684
Notizia bibliografica:

George Sand, Œuvres complètes, dir. B. Didier, 1854 Adriani, éd. critique par A. Calderone, Paris, Honoré Champion, 2019, 259 pp.

Testo integrale

1Alors qu’elle est très prise par ses créations théâtrales, notamment Le Pressoir au Gymnase, George Sand entreprend en septembre 1853 le roman de l’artiste qu’est Adriani, paru en 1854 d’abord en Belgique où s’est exilé Hetzel depuis le coup d’État, puis en feuilleton au «Siècle» et finalement chez Cadot. La romancière retrouve là bon nombre de ses thèmes favoris même si l’écriture de ce bref roman, incommodée par de fortes céphalées, lui donne quelque fil à retordre. Mais le projet était en soi complexe, puisque d’abord envisagée comme rédigée par le valet du héros, l’œuvre se mue progressivement en une mosaïque entrecroisant journal du domestique Comtois, narrations omniscientes assumées indirectement par l’auteur, lettres échangées ou non expédiées entre les personnages et dialogues quasi théâtralisés.

2L’intrigue est simple: Adrien d’Argères se trouve hébergé chez son ami, le baron de West, épris d’archéologie et de littérature, mais qui doit s’absenter de sa propriété de Mauzères, en Vivarais. Pour s’occuper, le héros se promène dans la région et découvre une propriété dénommée La Désolade, du fait de son occupation par une veuve inconsolable qui passe pour «folle» en fuyant tout lien avec la société. Retenu par sa servante Toinette, toute dévouée à sa maîtresse qu’elle voudrait sauver de cette absence à elle-même, il noue progressivement relation avec la belle attristée qui partage son goût de la musique. C’est qu’en fait cet homme bien né d’origine italienne, d’où son pseudonyme d’Adriani, a été un chanteur qui a connu un certain succès dans les salles parisiennes, mais préféré s’éloigner de la vaine agitation liée au monde du spectacle. Peu à peu, les deux personnages vont se reconstruire l’un l’autre, non sans traverser des doutes sur la possibilité de leur amour, et des aléas de fortune ou d’entraves sociales, principalement liées au personnage de la tante de Laure, qui est aussi sa belle-mère, incarnation du devoir résumé à une froide «science des égards». La fin, en bonheur familial assumé malgré les préjugés, signe le tournant pris depuis les années 1850 par George Sand concernant la condition de l’artiste: tout en restant indépendant d’esprit, désormais le musicien peut réintégrer une vie sociale honorable digne du drame bourgeois, tout en assumant par son expiation quasi christique la part d’idéal à laquelle le voue sa pratique du chant.

3Ce roman qui n’eut que peu d’échos est resté méconnu, mais Amélie Calderone qui en assure annotation et présentation (pp. 9-54) montre bien qu’il met en jeu beaucoup des enjeux sandiens: analyse psychologique opérée au scalpel du cœur, éthique du travail, égalité des êtres au-delà des conditions sociales, recherche d’authenticité artistique dans une simplicité vraie, quête d’un amour accessible tout en restant sublimé.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, «George Sand, Œuvres complètes»Studi Francesi, 192 (LXIV | III) | 2020, 684.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, «George Sand, Œuvres complètes»Studi Francesi [Online], 192 (LXIV | III) | 2020, online dal 01 mars 2021, consultato il 16 juin 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/42753; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.42753

Torna su

Autore

Lise Sabourin

Articoli dello stesso autore

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search