Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri179 (LX | II)Rassegna BibliograficaMedioevoLe Pélerinage de l’âme de Guillau...

Rassegna Bibliografica
Medioevo

Le Pélerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville (1355-1358). Regards croisés, éds. Marie Bassano, Esther Dehoux et Catherine Vincent

Maria Colombo Timelli
p. 303-304
Notizia bibliografica:

Le Pélerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville (1355-1358). Regards croisés, Marie Bassano, Esther Dehoux et Catherine Vincent (éds), Turnhout, Brepols, 2014, «Répertoire iconographique des la Littérature du Moyen Âge. Les études du RILMA» 5, 235 pp. + 16 planches en couleur.

Testo integrale

1Ce qui caractérise ce nouveau recueil consacré à l’œuvre de Guillaume de Digulleville, c’est la «complémentarité des regards» (Avant-propos, p. 7): il réunit en effet les actes d’un colloque qui s’est déroulé en mars 2012, et dont le but était de revenir dans une perspective interdisciplinaire sur le Pèlerinage de l’âme, deuxième volet d’un immense triptyque qui comprend, comme l’on sait, le Pèlerinage de vie humaine en amont, et le Pèlerinage de Jésus Christ en aval; récit visionnaire complexe, le PA est ici soumis aux interprétations des historiens de plusieurs disciplines – droit, politique, pratiques religieuses, littérature, images –, ce qui permet de redécouvrir la richesse de l’œuvre, la culture de son auteur, l’importance de sa réception.

2Une première section, «Princes et sujets», comprend quelques lectures “politiques”. Stéphanie Le Briz et Géraldine Veysseyre montrent l’intérêt d’une copie précoce du PA (ante 1380), qui a appartenu à la bibliothèque de Charles V et qui était sans doute destinée au roi lui-même. Plus de 150 gloses marginales en latin y renvoient à des passages peu connus de la Bible ou à des auteurs antiques, en révélant en creux la culture du destinataire; par ailleurs, la qualité de cette copie est telle qu’elle mérite d’être prise en considération comme texte de base pour l’édition critique (Les notes marginales du manuscrit Paris, BNF, fr. 1648: quand un clerc glose le PA de GdeD, pp. 21-37). Certains passages du PA contiennent une véritable dénonciation de la situation politique française et peut-être aussi l’allusion à quelques épisodes précis de la vie normande des années mêmes de la rédaction du poème; Aurelle Levasseur relève en particulier les prises de position quant à l’organisation territoriale des provinces et à l’administration de la justice: Guillaume dessine l’opposition du tyran et du prince, dénonce la tyrannie de la cour et propose un remède possible dans la figure du Chevalier. Sans être juriste, son discours est politique, et, s’il ne prétend pas rédiger un traité de droit, il n’hésite pas à exposer ses propres convictions (Dénoncer la tyrannie. Le jeu de l’antagonisme entre l’étranger et le naturel dans le PA de GdeD, pp. 39-48). La statue composite décrite aux vv. 7205-8344 du PA représente les différents groupes sociopolitiques du règne de France; la lecture qu’en propose Gilles Lecuppre permet de reconnaître un premier niveau d’interprétation (le roi, son lignage, le conseil, les représentants du souverain), puis l’écho de certains évènements du milieu du xive siècle, et enfin la vision politique de Guillaume, fidèle au roi Jean II et invitant son pays à l’unité en période de crise (La société statufiée. L’idéal politique de GdeD, pp. 49-59). Consacrée au conseil du roi, figuré par la poitrine de cette même statue, la contribution de Valérie Ménès-Redorat révèle les opinions de Guillaume sur le bon et le mauvais conseil, sur les vertus requises aux bons conseillers et, par contraste, sur les vices des mauvais. Au courant des débats politiques et des opinions de son temps, Guillaume exprime sa préoccupation pour le bien commun ainsi qu’une invitation pressante au roi pour qu’il vigile constamment sur ses collaborateurs (Conseil et conseillers chez Digulleville ou la préoccupation du gouvernement par conseil dans la littérature médiévale, pp. 61-69). La question du roi législateur est elle aussi au centre de la réflexion politique de Guillaume; Marie Bassano en met en relief deux aspects: le lien étroit entre la norme royale et la norme divine, et l’obéissance que les sujets doivent au roi et aux lois qui en émanent. Conformément à la réalité du xive siècle, dans le PA le pouvoir législatif du roi ne fait pas de doute; ce qui importe à Guillaume, c’est alors de mettre en garde contre sa mauvaise pratique et les conséquences de celle-ci («Aussi toujours est cremue l’ordenance que fait le roy». Pouvoir législatif et autorité royale dans le PA, pp. 71-79).

3Un deuxième volet, «Dieu et pèlerins», concerne les aspects religieux. Toponyme rare dans la littérature visionnaire du Moyen Âge, Jérusalem est la destination de l’Âme dans le deuxième Pèlerinage de Guillaume: Matthieu Rajohnson souligne la double nature de cette ville, voire son ambivalence; cité céleste certainement, elle garde néanmoins quelques traits concrets de la «cité d’outremer», but du Grand Voyage de tout chrétien et dont la reconquête anime, au xive siècle encore, l’esprit de croisade (L’ambivalence du tropisme de Jérusalem dans les “Pèlerinages” de GdeD, pp. 83-94). François Bœspflug examine l’iconographie de Dieu dans quelques manuscrits parisiens du PA, illustrés entre la fin du xive siècle et 1450. Il peut ainsi décrire – en dehors de tout rapport avec le texte qu’elles accompagnent – quelques représentations de Dieu le Père, de Dieu le Christ, et de la Trinité, et constate pour conclure la rareté relative de ces images, surtout en contraste avec l’omniprésence des saints, des anges, des vertus (Note sur la figure de Dieu dans les miniatures de quelques manuscrits du PA de GdeD, pp. 95-100). Très bien informé sur l’aspect doctrinal, Guillaume est surtout un excellent pasteur et divulgateur: comme le montre Catherine Vincent, il en donne la preuve dans le tableau qu’il dresse des pratiques religieuses de son temps et des croyances sur les deux jugements (individuel post mortem et collectif à la fin des temps), sur les pénitences possibles (peines de satisfaction, pénitence publique, indulgences) et sur le rôle des saints, appelés dans le PA à chanter la gloire de Dieu plutôt qu’à intercéder pour le pèlerin (Nova et vetera: le PA de GdeD et les pratiques religieuses du temps, pp. 101-112). Associant registre du quotidien et réseau symbolique, Guillaume de Digulleville fait de l’eau tant l’élément concret qui permet de laver le corps humain et les vêtements qui le recouvrent, que l’élément hautement symbolique et allégorique propre à la tradition chrétienne; aux yeux de Karin Ueltschi, son originalité réside justement dans cette association entre corps et âme, dont les frontières semblent abolies (Une pédagogie de la buanderie. Le jeu avec les registres référentiels de l’eau, pp. 113-122).

4Trois contributions sont encore réunies sous l’intitulé «Corps et âmes». La petite scène où Doctrine lèche un pèlerin par sa langue pendante s’avère riche en informations sur les lectures possibles du PA: Fabienne Pomel y décèle les traces du bestiaire médiéval, et notamment celles de l’ourse léchant ses petits, mais surtout les échos de spéculations augustiniennes, les enjeux sotériologiques au centre du Pèlerinage et en même temps une réflexion sur l’écriture allégorique (La langue de Doctrine et l’âme difforme du pèlerin: enjeux théologiques, didactiques et littéraires d’une scène allégorique du PA, pp. 125-136). La visée pastorale est au centre des préoccupations de Guillaume lorsqu’il décrit les corps difformes rencontrés par la Pèlerin; comme l’indique Bénédicte Sère, l’homme, formé à l’image de Dieu, puis dé-formé par le péché, peut espérer en une re-formation réparatrice: une fois de plus, Guillaume s’avère au fait des débats théologiques de son temps et désireux d’en faire part à ses lecteurs (Forme, déformation, réformation: les corps difformes et la théologie de l’image de Dieu en l’homme dans le PA, pp. 137-143). Le débat entre le corps et l’âme, au centre des réflexions de Sebastian Riedel, doit lui aussi être contextualisé, tant à l’égard des positions platoniciennes et aristotéliciennes, qu’au sein de l’œuvre de Guillaume et en relation avec la tradition latine du PA en particulier (Der Streit zwischen Körper und Seele im Spiegel der lateinischen Pèlerinage-Rezeption, pp. 145-162).

5Une dernière section concerne spécialement les aspects juridiques convoqués dans le PA («Juges et jugements»). Le procès auquel doit se soumettre l’âme du protagoniste, qui ouvre le PA, présente des analogies nombreuses et précises avec la procédure judiciaire médiévale; cela amène Raphaël Eckert à s’interroger sur les origines du motif du jugement particulier de l’âme à partir du xiie siècle (Legenda aurea, exempla, Advocacie Nostre Dame), pour évaluer ensuite la portée de ce procès en rapport avec la finalité didactique et édifiante de l’œuvre et l’effort de Guillaume pour concilier le principe de la justice divine et la primauté de la miséricorde («Devant li vien, droit te fera et justement tout jugera». Remarques sur le modèle judiciaire du procès du PA, pp. 165-173). À sa suite, Delphine Connes examine les connaissances juridiques dont ce procès de l’âme témoigne: elle montre comment Guillaume met en scène un procès hybride, ni vraiment coutumier ni précisément canonique, et explique ce mélange par la période de rédaction du PA, où une évolution dans les procédures est en cours, par la culture de l’auteur et par la nature d’une œuvre dont le but est la glorification de la miséricorde divine (L’influence coutumière dans la procédure de GdeD, pp. 175-184). Le même épisode est analysé par Esther Dehoux à la lumière de l’iconographie dans une dizaine de manuscrits illustrés entre 1390 et la fin du xve siècle: les rôles assumés par saint Michel, par ses «assistants» et par saint Pierre, révèlent l’importance, d’une part, du respect de la norme, et de l’autre la valeur des grâces dispensées par le pape, représentant de Dieu sur terre (Des saints au tribunal. Juges et experts à la cour du Paradis, pp. 185-198). Une dernière contribution porte sur deux images monumentales du Jugement dernier; pour la première en particulier, un vitrail réalisé vers la fin du xve siècle, l’influence de Guillaume de Digulleville avait pu être avancée: selon Françoise Perrot, aucune preuve ne peut en être apportée (Le Jugement dernier: de la cathédrale de Coutances (Manche) au prieuré-curé Saint-Loup d’Asnois (Nièvre), pp. 199-209).

6Ce beau volume, qui témoigne une fois de plus de la richesse de l’œuvre du moine de Chaalis et de l’intérêt renouvelé de la critique, comporte encore des index (noms de personnes, pp. 229-232; noms de lieux, p. 233; manuscrits cités, p. 235) et 16 reproductions en couleur (enluminures et vitraux de la cathédrale de Coutances).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, «Le Pélerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville (1355-1358). Regards croisés, éds. Marie Bassano, Esther Dehoux et Catherine Vincent »Studi Francesi, 179 (LX | II) | 2016, 303-304.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, «Le Pélerinage de l’âme de Guillaume de Digulleville (1355-1358). Regards croisés, éds. Marie Bassano, Esther Dehoux et Catherine Vincent »Studi Francesi [Online], 179 (LX | II) | 2016, online dal 01 septembre 2016, consultato il 21 avril 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/4304; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.4304

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search