Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri193 (LXV | I)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850Chateaubriand, Voyage en Amérique

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Chateaubriand, Voyage en Amérique

Lise Sabourin
p. 224
Notizia bibliografica:

Chateaubriand, Voyage en Amérique, éd. S. Baudoin, Paris, Gallimard, 2019, «Folio classique», 749 pp.

Testo integrale

1Cette édition en format de poche du Voyage en Amérique est remarquablement préfacée (pp. 7-51) par Sébastien Baudouin, qui fournit aussi, après les notes de Chateaubriand lui-même, sa lettre à Malesherbes de 1791 et des textes restés en marges, un dossier (pp. 529-742) comprenant une chronologie, une notice sur l’épopée du manuscrit peut-être composé durant l’exil anglais (1793-1800), sur la genèse jusqu’en 1827, une étude de la réception discrète et controversée et de la fortune du texte entre émules et admirateurs, une bibliographie sélective, un répertoire des voyageurs évoqués par Chateaubriand et d’abondantes notes.

2L’aventure américaine, exacerbée par ses conversations d’enfance avec des capucins missionnaires, puis de jeune lieutenant sans emploi avec l’érudit Malesherbes, a représenté pour Chateaubriand l’espérance d’accomplir une tâche utile (la découverte du passage nord-ouest), mais surtout nourri son aspiration à l’infini, par la rencontre des tribus autochtones envisagées comme archétype de l’état de nature qu’avait rêvé le lecteur de Rousseau et d’Homère. La réalité ayant rapidement conduit l’explorateur en herbe à ravaler ses prétentions, le poète y trouva sa voie, grâce au sublime de terreur et aux souvenirs picturaux et architecturaux que réveilla en lui le paysage des plaines et des fleuves du Nouveau Monde.

3Là s’élabore déjà la ligne si essentielle de sa pensée: témoin cultivé d’un passé déjà ruiné, assister au présent en cherchant à discerner une espérance pour l’avenir d’une société en mutation. Le quêteur de «liberté primitive» se sent, en descendant d’une aristocratie désormais dévaluée, plus proche de la chasse, de la guerre et de la religion des Indiens dénaturés, mais il pressent aussi, dans cette civilisation neuve dont les rectilignes cités industrieuses l’effraient, le monde de demain qui se lève également dans la France postrévolutionnaire.

4L’élaboration tardive par récupération de pages abandonnées des Natchez, en une mosaïque de documents intégrés à ses fiches anciennes, explique l’excroissance d’avertissement, préface, conclusion et fin qui encadrent l’itinéraire proprement dit, souvent flou dans ses dates et parfois fictif dans les lieux prétendument visités (telle la Floride). Il n’empêche qu’après l’Itinéraire de Paris à Jérusalem et parallèlement aux Mémoires d’outre-tombe, ce Voyage en Amérique relève bien, selon sa technique spécifique de membra disjecta, de l’opus magnum de Chateaubriand.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, «Chateaubriand, Voyage en Amérique»Studi Francesi, 193 (LXV | I) | 2021, 224.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, «Chateaubriand, Voyage en Amérique»Studi Francesi [Online], 193 (LXV | I) | 2021, online dal 01 juillet 2021, consultato il 23 septembre 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/43964; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.43964

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search