Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri193 (LXV | I)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850Marceline Desbordes-Valmore, Les ...

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Marceline Desbordes-Valmore, Les Pleurs

Lise Sabourin
p. 224-225
Notizia bibliografica:

Marceline Desbordes-Valmore, Les Pleurs, présentation d’E. Pinon, Paris, GF, 2019, 303 pp.

Testo integrale

1Les poèmes de Marceline Desbordes-Valmore sont souvent évoqués, mais rarement accessibles aux lecteurs: c’est pourquoi cette édition en format de poche des Pleurs, présentée par Esther Pinon (pp. 5-28), annotée et dotée d’un dossier (réception, parallèle d’autres voix féminines, aperçu sur la sociabilité romantique, chronologie, bibliographie, pp. 237-296), s’avère utile. Elle permet de lire vraiment cette œuvre minée par la déchirure d’une vie féconde en drames personnels.

2Rien ne destinait cette provinciale née juste avant la Révolution à devenir une figure marquante du romantisme, mais les événements familiaux comme sociaux se chargent de changer sa destinée. La sérénité enfantine douaisienne est vite compromise par la séparation de ses parents, l’entraînant sur les planches lilloises puis dans les Antilles au fil des tribulations de la carrière maternelle. Le retour s’avère encore plus rude, par la précarité financière comme par la solitude affective et la mort de ses premiers nés. Son mariage avec Prosper Valmore, la naissance de trois enfants ne sont que des répits, tout comme son amour trahi pour Henri de Latouche.

3Mais la souffrance engendre la poétesse, dès 1819 avec son premier recueil Élégies, Marie et Romances, puis en 1830 par ses Poésies, enfin avec ces Pleurs publiés chez Charpentier en 1833, avant une incursion dans le roman. Conjurer la douleur personnelle par l’échange avec la vie culturelle de son temps est une façon de voiler tout en révélant. Le papillon s’échappe du ver à soie en une transfiguration du réel digne de Louise Labé dont elle partage les élans passionnels tout en devant également les masquer. Mais le pittoresque s’invite aussi, dans la veine d’Aloysius Bertrand et de Thomas Moore, pour parler aux enfants qui sont sa consolation, hélas menacée par les deuils. Écriture chuchotée, versification souple, émotion retenue, transparence apparente caractérisent cette parole invaincue par sa fragilité assumée.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, «Marceline Desbordes-Valmore, Les Pleurs»Studi Francesi, 193 (LXV | I) | 2021, 224-225.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, «Marceline Desbordes-Valmore, Les Pleurs»Studi Francesi [Online], 193 (LXV | I) | 2021, online dal 01 juillet 2021, consultato il 23 septembre 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/43989; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.43989

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search