Navigation – Plan du site

AccueilNuméros194 (LXV | II)Préambule

Préambule

Aurélia Cervoni et Andrea Schellino
p. 271-272

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en août 2022.

Aperçu du texte

«Je ne connais rien de plus compromettant que les imitateurs et je n’aime rien tant que d’être seul», écrit Baudelaire à sa mère, à la fin de sa vie. Irrité par la «racaille moderne», contre laquelle il récrimine dans Mon cœur mis à nu et dans Le Spleen de Paris, le poète revendique le «droit naturel de choisir ses frères». Son cénacle idéal, au premier rang duquel figurent Eugène Delacroix, Edgar Poe et Joseph de Maistre, rassemble des écrivains, des artistes et des musiciens qu’il a pu rencontrer, et des inspirateurs, qui furent parfois des modèles, avec lesquels il entretient une connivence poétique, esthétique, spirituelle.

La tradition baudelairienne a très tôt entrepris d’explorer ces affinités électives, comme en témoignent plusieurs ouvrages et éditions critiques – Baudelaire et Joseph de Maistre (1957), par Daniel Vouga; Baudelaire et Hugo (1970), par Léon Cellier; Baudelaire et Delacroix (1973), par Armand Moss; Baudelaire et Hoffmann (1979), par Rosemary Lloyd; les édition...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Cervoni et Andrea Schellino, « Préambule »Studi Francesi, 194 (LXV | II) | 2021, 271-272.

Référence électronique

Aurélia Cervoni et Andrea Schellino, « Préambule »Studi Francesi [En ligne], 194 (LXV | II) | 2021, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/44510 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.44510

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search