Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri194 (LXV | II)Rassegna bibliograficaQuattrocentoLe corpus des “Nefs des fous”: im...

Rassegna bibliografica
Quattrocento

Le corpus des “Nefs des fous”: imitatio, translatio et satire à l’aube de la Renaissance, dir. B. Renner

Martina Crosio
p. 354-355
Notizia bibliografica:

Le corpus des “Nefs des fous”: imitatio, translatio et satire à l’aube de la Renaissance, dir. B. Renner, “Cahiers de recherches médiévales et humanistes” 38, 2019, fasc. 2, pp. 387-448.

Testo integrale

1Centrée sur le corpus des Nefs des fous, premier grand succès européen de l’âge de l’imprimerie, cette section des “CRMH” s’ouvre par la mise au point de Bernd Renner, qui se concentre surtout sur l’ouverture comparatiste et l’approche satirique des études les plus récentes (Introduction, pp. 389-396).

2Objet d’une diffusion sans égale grâce à l’imprimerie, le Narrenschiff (1494) de Sebastian Brant s’est bientôt imposé sur le sol français, comme en témoignent les Stultiferae naves de Josse Bade et la Nef de folles, adaptation libre de ce dernier texte réalisée par Jean Drouyn et l’Anonyme de Marnef. Olga Anna Duhl analyse l’influence du renouveau de l’art de la prédication populaire sur la fortune des Nefs en France. Ouvrage destiné à instruire les femmes, la Nef des folles (1498-1500) inaugure une nouvelle tendance au sein du corpus et se distingue par sa moralisation du discours sur les cinq sens: faisant écho au Doctrinal de sapience, manuel de pastorale de la fin du xive siècle, le texte de Drouyn exploite en effet thèmes et formules empruntés à l’art du sermon (Du “Narrenschiff” aux nefs françaises. Traduction et prédication, pp. 397-414).

3La contribution d’Anne-Laure Metzger-Rambach s’attache à montrer l’emploi inédit du terme et du concept de ‘satire’ dans la Nef des folz de Jean Drouyn (1498), ainsi que ses conséquences pour la définition du genre. L’application de ce terme à un texte en prose et la double graphie, avec -i- ou -y-, s’insèrent dans l’histoire fictive du genre que Drouyn retrace dans les pages liminaires de son texte: en lui accordant des origines grecques, plus précisément une filiation théâtrale, le remanieur insiste sur sa dimension morale. La réflexion d’A.-L. M.-R. se prolonge par l’analyse des occurrences et du contexte d’insertion du mot et de ses substituts à l’intérieur de l’œuvre (Le terme de satire dans “La Nef des folz” de Jean Drouyn, 1498, pp. 415-427).

4La démarche comparatiste adoptée par Bernd Renner lui permet d’examiner la variété et les fluctuations de l’approche satirique qui caractérise le Narrenschiff de Sebastian Brant (1494), la version latine de Jakob Locher (1497) et l’adaptation anonyme française en prose (1530). Si l’original allemand privilégie la visée destructive et pessimiste du mode satirique par le recours à un ton comique et enjoué, dans la traduction latine de Locher, modèle des transpositions ultérieures, domine par contre une orientation plus austère et sérieuse qui combine avec équilibre l’indignation de Juvénal et l’intention curative horatienne («Quam satyram vocitare queo». La satire entre sérieux et comique dans les “Nefs des fols”, pp. 429-448).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Martina Crosio, «Le corpus des “Nefs des fous”: imitatio, translatio et satire à l’aube de la Renaissance, dir. B. Renner»Studi Francesi, 194 (LXV | II) | 2021, 354-355.

Notizia bibliografica digitale

Martina Crosio, «Le corpus des “Nefs des fous”: imitatio, translatio et satire à l’aube de la Renaissance, dir. B. Renner»Studi Francesi [Online], 194 (LXV | II) | 2021, online dal 06 septembre 2021, consultato il 04 décembre 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/44784; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.44784

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search