Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri194 (LXV | II)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850Théophile Gautier, Critique théât...

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. XIII septembre 1855-mars 1857

Lise Sabourin
p. 393
Notizia bibliografica:

Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. XIII septembre 1855-mars 1857, texte établi, présenté et annoté par P. Berthier, Paris, Honoré Champion, 2020, 785 pp.

Testo integrale

1Depuis son entrée au “Moniteur universel” en avril 1855, Gautier voit son champ de comptes rendus réduit au théâtre, puisque la chronique musicale de ce journal appartient à Fiorentino, alias A. de Rovray, jusqu’à son décès en 1864. C’est une frustration pour ce grand amateur de concerts et d’opéras, mais il la compense en consacrant plus de temps et de place dans sa “Revue dramatique” aux grands théâtres patrimoniaux que sont la Comédie-Française, l’Odéon (où l’on monte Le Cid) et le Théâtre-Italien (avec Médée). Ce qui ne l’empêche pas de fréquenter la Porte-Saint-Martin (pour L’Orestie revue par Dumas père ou la reprise de Marino Faliero), le Gymnase (où il analyse La Question d’argent de Dumas fils), le Vaudeville (avec La Fée d’Octave Feuillet), les Folies-Nouvelles (nom du futur théâtre Déjazet où succède à Deburau le mime Paul Legrand), mais aussi les courses de taureaux… et le Cirque, dont il aime toujours l’exotisme, par exemple quand il y contemple les éléphants de Ceylan.

2George Sand occupe alors les planches, puisque l’Odéon joue Maître Favilla et reprend Claudie, le Gymnase Lucie et Françoise, que le Théâtre-Français monte une adaptation sandienne du Comme il vous plaira shakespearien. Cela permet à Gautier d’y comparer la veine romanesque de Sand, notamment dans Le Château des désertes. Il n’oublie pas de rendre hommage aux amis créateurs qui disparaissent: Heine en février 1856, Théodore Chassériau en octobre.

3De septembre 1855 à mars 1857, le Théâtre-Français propose, notamment aux étrangers venus à Paris pour l’Exposition Universelle, toute une série de pièces classiques du répertoire: Tartuffe, Le Misanthrope, Les Femmes savantes, Amphitryon, mais aussi Les Fausses Confidences, Le Legs, Turcaret, Le Joueur, Le Mariage de Figaro, Zaïre, Le Cid encore, mais aussi quelques pièces contemporaines: Une Chaîne de Scribe, Pauvres d’esprit de Léon Laya, Guillery d’Edmond About. Tout cela fait réfléchir Gautier sur le jeu qu’il trouve peu naturel des comédiens français, mais aussi sur la structure cornélienne ou la spécificité voltairienne. Il se laisse aussi aller à plus de réflexions sur le théâtre en général, tel qu’il le conçoit idéalement (changement à vue, éclairage plus subtil, illusion des décors).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, «Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. XIII septembre 1855-mars 1857»Studi Francesi, 194 (LXV | II) | 2021, 393.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, «Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. XIII septembre 1855-mars 1857»Studi Francesi [Online], 194 (LXV | II) | 2021, online dal 01 septembre 2021, consultato il 04 décembre 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/45324; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.45324

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search