Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri195 (LXV | III)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850 a c...“Romanticismi”, IV, , Il Canone d...

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850 a cura di Lise Sabourin e Valentina Ponzetto

“Romanticismi”, IV, , Il Canone dei romantici, a cura di L. Colombo e F. Piva

Valentina Ponzetto
p. 613
Notizia bibliografica:

“Romanticismi”, IV, 2019, Il Canone dei romantici, a cura di L. Colombo e F. Piva, 296 pp., https://romanticismi rivistadelcrier.dlls.univr.it/issue/view/V.%204%20%282019%29

Testo integrale

1Ce quatrième numéro de la revue comparatiste en ligne “Romanticismi”, issu d’un colloque organisé à l’Université de Vérone en décembre 2017 par Laura Colombo et Franco Piva dans le cadre du CRIER (Centro di Ricerca Interdipartimentale sull’Europa Romantica), se propose l’objectif ambitieux de cerner Il Canone dei romantici tel que défini par les Romantiques eux-mêmes à travers toute l’Europe, de l’Angleterre à la Serbie, en passant par l’Allemagne, l’Espagne, la France, et l’Italie.

2En réalité, il serait même plus approprié de parler de «canons», au pluriel, car, comme le souligne Franco Piva dans sa Premessa (pp. 5-7), d’une part toute tentative d’établir ou d’imposer une norme canonique est forcément sujette à des facteurs arbitraires et fortement influencée par le contexte historique, social et culturel de ses fauteurs, et d’autre part la notion même de canon a été interprétée de manière différente par les treize contributeurs du volume, issus d’horizons différents et écrivant en quatre langues (anglais, espagnol, français et italien). Certains ont ainsi choisi de s’intéresser à l’ensemble d’œuvres et d’écrivains qui représentent pour les romantiques une référence explicite et incontournable, tels que Dante, Shakespeare (voir notamment les contributions de Peter Kofler et Alain Montandon sur les romantiques allemands), Milton, Gongora, mais aussi des grands contemporains comme Schiller et Hugo. D’autres ont en revanche focalisé leur attention sur les auteurs, les thèmes et les choix esthétiques que la critique historique et contemporaine a identifié comme typiquement romantiques.

3Trois articles sont consacrés au domaine français. José-Louis Diaz propose une intéressante «lecture spectrale du romantisme» tel qu’il apparaît «vu d’en face», c’est-à-dire par ses adversaires et détracteurs, à travers l’étude de quelques textes satiriques et critiques, en vers et en prose, parus à l’époque du plus fort de la «bataille romantique» («Code», «charte», «catéchisme», «système»: le romantisme sous le scalpel de la satire (1819-1852), pp. 183-201). Il en ressort avant tout que malgré son refus autoproclamé de toute règle, le romantisme obéit après tout à «un autre code littéraire qui ne s’avoue pas pour tel», mais qui serait «tout aussi formel et formalisable que le code classique» (p. 183). Quoique réductrices et polémiques, ces visions arrivent ainsi à présenter une image synthétique et cohérente du romantisme, «de son esthétique, de sa poétique, de ses thématiques mais aussi de son ethos, […] de ses protocoles d’énonciation et de ses mises en scènes auctoriales, ainsi que de ses tactiques pour investir le champ littéraire» (p. 201).

4Franco Piva choisit le point de vue privilégié de 1829, année à son avis cruciale, où le débat sur le romantisme en France se resserre autour de la question du théâtre et où sont créées quelques œuvres emblématiques dans l’évolution de l’esthétique théâtrale: Henri III et sa cour de Dumas, le More de Venise de Vigny et Marino Faliero de Casimir Delavigne. L’attention du critique se concentre surtout sur ce dernier auteur, salué comme représentant d’une sorte de médiation, sinon de fusion, entre esthétique classique et esthétique romantique, puisqu’il envisage une rénovation du théâtre français sans rupture violente et radicale avec le passé. L’accueil très favorable réservé à Marino Faliero par le public comme par la critique montre clairement, selon Piva, que Delavigne serait le meilleur interprète des changements de la société et des goûts de son temps, capable de proposer de réformes graduelles et progressives plutôt que de nouvelles révolutions (Il romanticismo visto dalla stampa francese del 1829, pp. 205-226).

5Enfin Béatrice Didier se penche sur Les normes de l’autobiographie romantique, genre récent et exclu des traités de rhétorique classique, bien qu’il puise ses racines dans l’âge classique et jusqu’à saint Augustin, en les étudiant au prisme du cas de George Sand (pp. 229-239). Elle montre que l’autobiographie est un genre où s’articulent, non sans tensions, «des normes morales et des normes esthétiques», soulevant, au nom du principe fondamental du rapport à la vérité, des questions telles que le choix du pronom personnel à adopter, ou de la ligne chronologique à privilégier, l’usage des digressions, ou celui de lettres et documents.

6Des contributions plus résolument transnationales ou une synthèse théorique et méthodologique auraient sans doute été les bienvenues. On conviendra cependant avec Franco Piva que le Romantisme est un courant bien plus complexe et protéiforme qu’on n’a tendance à le croire. Les contributions ici réunies, dans leur diversification, représentent donc une étape importante de réflexion, et on ne peut que souhaiter qu’elles deviennent aussi des tremplins pour des recherches futures.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Valentina Ponzetto, «“Romanticismi”, IV, , Il Canone dei romantici, a cura di L. Colombo e F. Piva»Studi Francesi, 195 (LXV | III) | 2021, 613.

Notizia bibliografica digitale

Valentina Ponzetto, «“Romanticismi”, IV, , Il Canone dei romantici, a cura di L. Colombo e F. Piva»Studi Francesi [Online], 195 (LXV | III) | 2021, online dal 01 décembre 2021, consultato il 21 mai 2022. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/47265; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.47265

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search