Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri196 (LXVI | I)discussioni e comunicazioniSe dire à travers l’autre: pratiq...

discussioni e comunicazioni

Se dire à travers l’autre: pratique de la citation dans les textes autobiographiques de Gérard Genette

Pedro Pardo Jiménez
p. 129-138

Abstract

The goal of this article is to show that the most original aspect of Gérard Genette’s autobiographical writing is the regular – not to say systematic – resort to quotation, which in the case of the French author is associated to three main functions that are an accurate reflection of his personality and vision of the world. Thus, argumentative quotation mainly appears in Genette’s reflection about literature and art, though his use of it is not conventional. Also, memories generate quotations of testimonial value in which both the past and his loved ones are described through expressions that were their own, a task in which the author exhibits an acute sensitivity towards his contemporaries’ linguistic uses. Finally, quotation often takes on a purely ludic character, not only because it narrates more or less funny anecdotes, but because of the way in which Genette exploits the countless variants arising from the very act of reproducing others’ discourses. Deep down, the recurring presence of quotation reflects the fact that Genette – who does not have an individual but a collective view of human knowledge – knows that the best way to know oneself is to recognize oneself in the other’s word.

Torna su

Testo integrale

  • 1 G. Genette, Apostille, Paris, Seuil, 2012, «Fiction & Cie», p. 93.
  • 2 Id., Postscript, Paris, Seuil, 2016, «Fiction & Cie», p. 11.

1Dans Apostille, Gérard Genette retraçait sa trajectoire récente dans le domaine des lettres en ces termes: «À ce point, aucun autre horizon ne se dessine, aucune nouvelle transgression ne se propose, sinon peut-être celle-ci: déjà passé, en fait de littérature, d’une relation critique à une relation théorique, passer enfin (comme ici?) à une relation pratique»1. On sait en effet que, dans la dernière période de sa vie, Genette délaisse la recherche académique pour se consacrer à l’écriture personnelle, passage qui aboutit à ce qu’il appelle sa «suite bardadraque»2. Composée de Bardadrac (2006), Codicille (2009), Apostille (2012), Épilogue (2014), enfin de Postcript (2016) – qui précède de deux ans la mort de l’auteur –, cette série autobiographique rassemble, sous la forme du dictionnaire informel, des sujets très divers, trop divers en tout cas pour en dresser la liste ici. À titre de résumé, on peut reproduire la quatrième de couverture de Bardadrac:

Autant dire qu’on trouve de tout dans ce livre: réflexions sur la société contemporaine, ses discours, ses stéréotypes, souvenirs d’enfance, et d’une jeunesse marquée par quelques engagements politiques; évocation de grandes figures intellectuelles, comme Roland Barthes ou Jorge Luis Borges; goût des villes, des rivières, des femmes et de la musique, classique ou jazzy; rêveries géographiques; considérations sur la littérature et sur le langage, avec un éclairage corrosif du dialecte des médias; et autres surprises.

2Par sa nature, par les circonstances de sa publication, la suite bardadraque met la critique actuelle face à un problème plutôt gênant: quel statut attribuer en effet à cet ensemble autobiographique, issu de l’un des plus grands critiques et théoriciens de l’art du xxe siècle qui, pourtant, dans ce que nous appelons d’habitude la littérature, reste un débutant? Dans son compte rendu de Bardadrac, Marc Cerisuelo répond à cette question en ces termes:

  • 3 M. Cerisuelo, La zarzuela d’un amateur, “Critique” 725, 2007, p. 759. Voir à ce propos D. Turgeon, (...)

Considérer Bardadrac comme une «divine surprise» de la part d’un «fossoyeur de la littérature» est tout simplement inacceptable. Énoncer qu’«avec ce livre, Gérard Genette devient écrivain» relève d’un niveau d’ânerie que l’on renonce à qualifier: d’une part parce que le savant n’a jamais «prétendu» à la littérature – il cite souvent l’expression de Schlegel sur «le ridicule d’être écrivain»; de l’autre, parce que ce fort avis témoigne d’une remarquable surdité à la diction genettienne, à la saveur d’une clarté dont on se demande bien pourquoi elle serait exclue de la littérature3.

3Comme Cerisuelo, nous croyons que, avec Bardadrac, Genette ne devient pas écrivain, il le reste, en même temps qu’il reste, en passant de la théorie à la pratique de la littérature, à la hauteur de sa production antérieure. À notre avis, loin de traiter la suite bardadraque comme une œuvre à caractère mineur ou simplement anecdotique, il convient de l’assimiler, en termes de valeur littéraire, à celle de certains prédécesseurs illustres évoqués par l’auteur lui-même:

  • 4 G. Genette, Bardadrac, Paris, Seuil, 2006, «Fiction & Cie», p. 7.

Fut un temps où l’on savait ce qu’est un dictionnaire […]. De celui-ci, les types implicites sont plutôt chez Voltaire (Dictionnaire philosophique), chez Flaubert (Dictionnaire des idées reçues), chez Ambroise Bierce (Dictionnaire du Diable), chez Roland Barthes (par Roland Barthes), ou, dans un autre désordre, chez Montaigne bien sûr, chez Lichtenberg, chez Mark Twain, dans les notes de voyage de Stendhal, le journal de Renard, les chroniques de Vialatte, les souvenances de Perec, les dessins de Sempé4.

  • 5 Ibidem, p. 353.
  • 6 G. Genette, Apostille cit., p. 213. De sa part, il défend avec insistance – surtout à partir de Fi (...)

4Nous nous arrêterons un moment sur le choix du genre, qui dans le cas de Genette obéit à des raisons particulières et, pour notre propos, très révélatrices. D’abord parce qu’il constitue une revendication des formes non narratives, car, à plusieurs reprises, Genette s’est prononcé contre la tendance actuelle qui réduit le champ de la littérature à celui de la fiction, voire à celui du roman: «Au temps pour Montaigne, pour Pascal, pour La Bruyère, pour Saint-Simon et pour quelques autres»5. Et plus tard: «Tant pis pour Retz et Saint-Simon, mais aussi pour Thucydide, Tacite, Machiavel, Chateaubriand, Michelet, Braudel et consorts»6. Ensuite, parce que cette revendication collective n’est pas du tout étrangère aux goûts de l’auteur, qui se placent très clairement entre les différentes variantes de l’essai et de l’écriture de l’expérience:

  • 7 G. Genette, Codicille cit., p. 251.

le fait est que je donnerais volontiers non seulement, comme tout un chacun, la Nouvelle Héloïse pour une (certaine) page des Confessions, et bien entendu Les Natchez, Atala et René pour à peu près n’importe quelle autre des Mémoires d’outre-tombe ou de la Vie de Rancé, mais aussi, de façon peut-être un peu plus déviante, Les Misérables pour Choses vues, Madame Bovary pour quelques chapitres de Par les champs et par les grèves, et peut-être même Le Rouge et le Noir pour Rome, Naples et Florence ou les Mémoires d’un touriste7.

  • 8 Connaisseur de la théorie de l’autobiographie en général et des catégories de Philippe Lejeune en (...)
  • 9 I. el Sérafi, D’un moi l’autre. Les autoportraits de Roland Barthes et de Gérard Genette ou l’art (...)
  • 10 G. Genette, Codicille cit., p. 133.

5Enfin la formule du dictionnaire informel aux dépens de l’autobiographie classique présente pour Genette deux avantages majeurs: il dispense l’auteur des impositions de la chronologie8, mais sans doute aussi d’une autre servitude non moins contraignante, à savoir celle qui consiste à parler tout le temps de soi-même sous la forme d’un «je» souvent encombrant. L’écriture fragmentaire, par contre, lui permet de flâner librement au milieu de ses souvenirs et de ses impressions et, surtout, d’incorporer à cet autoportrait «aux frontières éclatées» – l’expression est d’El Sérafi9 – tout ce que sa créativité doit à la connaissance d’autrui: «Selon une comparaison éculée qui ne me convient que trop bien, j’opère comme l’huître, qui ne produit sa perle qu’autour d’un grain de sable venu d’ailleurs»10. Ce grain de sable est très souvent un discours, antérieurement écrit ou prononcé par un autre et maintenant reproduit par l’auteur: de là le recours régulier – pour ne pas dire systématique – à la citation, pratique qui témoigne de l’originalité de la suite bardadraque par rapport à d’autres textes auto(bio)graphiques, et à laquelle est consacrée la présente étude.

  • 11 Voir A. Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, «Poétique», p (...)

6Même si, comme Antoine Compagnon l’affirme, «la citation peut satisfaire un large éventail de fonctions»11, sa récurrence dans la suite bardadraque se trouve clairement associée à trois dominantes principales. Ainsi, la citation argumentative apparaît de préférence, comme on peut s’y attendre, dans la réflexion sur le monde contemporain ou sur la littérature et l’art: cela dit l’emploi qu’en fait Genette n’est pas du tout conventionnel. Ensuite, le souvenir fait surgir des citations à valeur testimoniale, qui cherchent à décrire la nature des événements ou le caractère des individus à partir des expressions qui leur sont propres, et cela dans des passages où l’auteur fait preuve d’une très fine sensibilité envers les usages linguistiques de ses contemporains. Enfin la citation peut remplir une fonction pure et simplement ludique, et cela non seulement par le récit d’anecdotes plus ou moins savoureuses, d’ailleurs assez nombreuses, mais aussi par les variantes infinies qui entourent l’acte même de rapporter les mots d’autrui et que l’auteur aime à exploiter.

  • 12 Voir par exemple G. Genette, Bardadrac cit., p. 436. Seulement dans les deux derniers livres de la (...)

7Dans ses textes autobiographiques, Genette ignore presque complètement la question idéologique: sur ce point, il se borne à se moquer de lui-même en se rappelant avec ironie certaines anecdotes arrivées au militant enthousiaste qu’il fut pendant sa jeunesse12. Puis, pour ce qui est de la morale, elle est tout simplement absente. En conséquence, la citation que nous avons appelée, faute de mieux, «argumentative» est, quoiqu’assez fréquente, d’une portée plutôt restreinte à la défense de certaines convictions artistiques, et même ici on a l’impression que Genette, comme si c’étaient des goûts personnels, cherche plus à exposer ses idées qu’à en persuader ses lecteurs.

  • 13 G. Genette, Bardadrac cit., p. 116. Sauf indication contraire, c’est l’auteur cité qui souligne.
  • 14 Ibidem, p. 38.
  • 15 D’autres cas dans G. Genette, Codicille cit., p. 95 (sur les éditeurs) ou dans G. Genette, Postcri (...)

8On pourrait ranger ici certaines citations qui ne peuvent être considérées argumentatives que dans la mesure où elles relèvent de la dispositio du discours: c’est le cas de celles qui, au lieu de servir de preuve à une idée déjà exprimée ou à venir, fonctionnent comme de simples points de démarrage. Il est ainsi de celle-ci, placée en tête de l’entrée «Dédicace», et qui ne sert qu’à entamer la réflexion sur une pratique sociale assez étendue parmi les écrivains: «Un jour, disait amèrement William Golding, quelqu’un découvrira un exemplaire d’un de mes romans non dédicacé, et il vaudra une fortune»13. A cette même logique répond la phrase d’ouverture de l’entrée «Bibliothèques»: «Roland Barthes disait volontiers: “Je me suis fait structuraliste pour ne plus avoir à aller en bibliothèque, mais voilà que le structuralisme est devenu lui-même une bibliothèque”»14. Et Genette de décliner, pendant plus de quatre pages, les volumes hébergés par la bibliothèque de ses parents, le livre préféré de sa mère, les séances de lecture de son enfance15

9Le caractère argumentatif de ces citations inaugurales apparaît plus clairement lorsqu’elles possèdent une valeur illustrative. Certes elles sont là moins pour démontrer que pour montrer, mais leur efficacité rhétorique n’en est pas moins évidente:

  • 16 Id., Bardadrac cit., p. 149. Voir aussi l’échange, trop long pour être reproduit ici, entre Italo (...)

«J’éprouve une admiration infinie pour votre génie. – Pourquoi cette restriction?». Ce dialogue, dont j’ai oublié la source, illustre assez bien le caractère inextinguible de la susceptibilité artistique. Quand vous complimentez un auteur sur son œuvre, évitez d’en mentionner […] un mérite particulier: il jugera aussitôt, parfois non sans raison, que vous dédaignez tous les autres16.

  • 17 F. Wagner, Fragments d’un abécédaire genettien, “Poétique” 185, 2019, p. 43.
  • 18 G. Genette, Épilogue cit., pp. 56-61.

10Cela dit, la citation à fonction argumentative n’apparaît pas toujours isolée, au contraire, d’autant plus que, comme Frank Wagner le rappelle: «Dans les cinq volumes en cause, critique et théorie n’ont absolument pas disparu, mais insistent, avec toujours la même acuité intellectuelle: en attestent, parmi bien d’autres exemples, les entrées «Malentendus» de Bardadrac […] ou «Art» de Codicille»17. À ces exemples on pourrait en effet ajouter beaucoup d’autres, parmi lesquels, dans Épilogue, cette réflexion prolongée sur la relation entre l’espace et le temps dans la musique et la peinture, au cours de laquelle Genette reproduit plusieurs passages, parfois très longs, de Le Pays fertile de Pierre Boulez, et qui se termine – car il y a aussi des citations finales, et en bon nombre –, avec une phrase de Kant plus ou moins forgée par Genette lui-même: «La perfection n’est pas une qualité esthétique»18.

11C’est que, très souvent, Genette accumule plusieurs phrases provenant de sources différentes, en sorte que, dans la suite bardadraque, on s’habitue à lire d’une citation l’autre:

  • 19 G. Genette, Codicille cit., pp. 269-270. D’autres cas ibidem, pp. 287-288 (sur la question du styl (...)

On ne dit pas toujours ce qu’on veut dire, et on ne sait pas toujours ce qu’on voit. Picasso disait: «Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je sais». Cette maxime, si elle n’est pas apocryphe, est exactement contraire à celle que l’on prête à Turner: «Mon affaire est de dessiner ce que je vois, non ce que je sais», à quoi fait écho le mot d’ordre de Mallarmé: «peindre non la chose, mais l’effet qu’elle produit» (on sait aussi, et je répète à tout bout de champ, que Courbet, une fois peint de chic un objet lointain, envoyait négligemment un assistant l’identifier: «Ce sont des fagots. – Ah bon, alors: des fagots»)19.

  • 20 A. Trouvé, Le roman de la lecture: critique de la raison littéraire, Sprimont, Mardaga, 2004, p. 1 (...)
  • 21 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, «Poétique», p. 132.

12À part le fait évident que Genette possède une très vaste connaissance des discours des autres – «la citation fait aussi émerger un écrivain lecteur», dit Alain Trouvé20 –, ces longs développements montrent qu’il a besoin de prolonger, les partageant, la circulation de ces mêmes discours, sans doute en raison d’une conception très ouverte de ce que d’habitude nous appelons «nos savoirs». Sur ce point, on peut rappeler que, dans Seuils déjà21, il recommandait vivement à son lecteur un article d’Eliseo Verón où l’on peut lire:

  • 22 E. Verón, …Qui sait?, “Communications” 36, 1982, p. 71.

On pense souvent «posséder» des connaissances: ce fantasme de propriétaire n’est bien entendu qu’une illusion, même (et surtout) si elle nourrit les droits d’auteurs et les mandarinats universitaires. «Je sais», «je connais» sont des expressions qui désignent mes rapports à certains textes, à certains discours, rapports qui n’existent comme savoir que si je les réalise dans ma propre parole. Et si je produis du savoir, si je suis, comme on dit, un «chercheur», mon savoir ne s’accomplit que dans la reprise que d’autres feront de mon discours (ou moi-même par la suite). Mon savoir est dans la parole des autres et ce qui est dans ma parole, c’est le savoir des autres. Brecht cité par Barthes: «Il pensait dans d’autres têtes; et dans la sienne d’autres que lui pensaient»22.

  • 23 Dans Figures II, Paris, Seuil, 1969, «Tel Quel», pp. 223-294.
  • 24 Nous pensons d’ailleurs que la relation stylistique entre les deux auteurs est plus étroite qu’on (...)
  • 25 Voir G. Genette, Bardadrac cit., p. 26.
  • 26 Ibidem, p. 25.

13La citation peut également remplir une fonction testimoniale qui, dans notre corpus, touche aussi bien la forme que le contenu du discours rapporté. On sait que, dans Proust et le langage indirect23, Genette a autrefois analysé la maîtrise dont fait preuve l’auteur de la Recherche à l’heure de retenir et de reproduire la façon de parler de ses personnages. Peut-être par une influence inévitable, liée à des années de lecture récurrente, on retrouve dans la suite bardadraque cette même sensibilité24, en raison de laquelle le souvenir étend son domaine non seulement aux personnes, mais aussi aux usages linguistiques qui leur sont propres comme autant de traits définitoires de leur personnalité – c’est-à-dire à leur idiolecte. C’est le cas déjà de cette Jacqueline qui se trouve à l’origine de plusieurs expressions passées dans la langue familière de l’auteur, parmi lesquelles celle de «Ça me fait un charme», qui désignait toute forme de réminiscence inexplicable25 et, bien sûr, celle de «Bardadrac», mot qui donne titre au premier volume de la série: «Par ce vocable de sa façon, Jacqueline désignait un sac aussi vaste qu’informe […] qui contenait trop de choses pour qu’elle pût jamais y en trouver une seule […] et le mot s’appliquait par métonymie à toute espèce de désordre»26. C’est le cas également de l’ami de jeunesse Yvon Albussac, et de son invariable repartie face à la sonnerie qui autrefois annonçait la fin imminente de la communication dans les téléphones publics:

  • 27 G. Genette, Codicille cit., p. 13.

Yvon […] ne manquait pas de saluer ces signaux en me disant, de l’autre bout du fil: «Tiens, tu en as encore pour trente centimes». Je ne garantis ni la durée, ni le coût, mais j’avoue, au titre de la nostalgie, que ces scansions sonores et leur commentaire me manquent un peu aujourd’hui27.

  • 28 Voir par exemple les entrées «Paye» (G. Genette, Bardadrac cit, p. 325) ou «Boudille» (G. Genette, (...)
  • 29 G. Genette, Postscript cit., p. 29.
  • 30 Ibidem, p. 30.

14Et c’est le cas surtout des gens les plus proches de l’auteur: la mère bien sûr28, mais surtout le père, évoqué pendant toute la série – plus longuement dans Postscript – comme quelqu’un de circonspect mais aussi d’enjoué, et avec un certain goût de la maxime: «Dans ces cas-là, mon père, toujours lui, disait volontiers: “Quand on a un pied dans la tombe, il vaut mieux savoir où l’on met l’autre”»29. Ou plus tard: «De même source paternelle […]: “La destinée, c’est cinq pour cent de chance. – Et les quatre-vingt-quinze qui restent? – Eh bien, naturellement, c’est la malchance”»30.

  • 31 Pour cette notion, et pour le fonctionnement de la visée testimoniale en général, voir K. Haddad, (...)
  • 32 G. Genette, Bardadrac cit., p. 395.

15En tant que biographème31, la parole possède une valeur affective et sentimentale évidente, source d’un plaisir de la remémoration qui touche non seulement des individus concrets, mais aussi les temps révolus de l’enfance et de la jeunesse. Ce plaisir est à l’origine de l’entrée «Souvenances», promue au rang de section car répétée dans les trois premiers volumes de la série, et dans laquelle la reproduction de certaines expressions d’époque n’est pas rare. À titre d’exemple on peut retenir celle-ci: «Je me souviens de la manière dont on fustigeait l’arrogance et la présomption: “Il croit que c’est arrivé”; on ne savait pas quoi, et ce n’était pas nécessaire»32; ou bien cette autre, plus clairement datée:

  • 33 Id., Codicille cit., p. 278.

Je me souviens que, dans les années trente, l’appellation «Boche» pour désigner les Allemands, condamnée dans les milieux pacifistes comme inutilement injurieuse, se survivait toutefois, après un repas bien arrosé, dans l’exclamation: «Encore un que les Boches n’auront pas!» Elle revint (discrètement) en force sous l’Occupation, à la faveur du «marché noir»33.

16Curieusement, l’attachement profond de l’auteur envers ces mots d’antan rivalise avec son évidente aversion pour le langage actuel des médias, qui fait aussi objet d’une section indépendante – «Médialecte» – où Genette rapporte avec résignation et ironie des perles propres d’un emploi de la langue incorrect, souvent à force d’être prétentieux:

Altéralisme. Je ne trouve que ce mot pour désigner la manière dont on déguise aujourd’hui toute espèce de refus en proposition alternative non spécifiée: «Je ne suis pas contre l’Europe, je suis contre cette Europe, je suis [ici, prendre un air profond et compliqué] pour une autre Europe» […].

Amalgame. Méd. pour anathème: «Ce n’est pas à cause de quelques voyous qu’on doit jeter l’amalgame sur tout un quartier» […].

  • 34 G. Genette, Bardadrac cit, p. 223.

Anecdote. Méd. pour anicroche: «Il lui est arrivé quelques anecdotes avec la justice»34.

17Toutefois, et tel qu’on l’a annoncé plus haut, la citation testimoniale s’attache non seulement à la forme du discours rapporté – les précités idiolectes et sociolectes –, mais aussi à son contenu. La suite bardadraque étant en grande partie une somme de souvenirs, Genette dépasse régulièrement le niveau de la phrase pour reproduire des échanges complets correspondant à plusieurs anecdotes de son passé, parmi lesquelles celle, impayable, de son commentaire sur un sonnet de Baudelaire à l’oral de français du baccalauréat:

  • 35 Ibidem, p. 128. Inévitablement, la continuation – et la fin – de cette entrée est encore une citat (...)

Je glissai sans encombre sur les treize premiers vers, et pour finir en beauté je crus devoir me fendre au quatorzième d’une hypothèse un peu mimologiste, que j’argumentai d’une lecture particulièrement appuyée – Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche – avec un accent très fort sur les deux tends et sur la dernière marche. «On l’entend bien marcher», telle fut à peu près ma conclusion triomphante. Mon examinateur, qui m’avait suivi jusque-là avec indulgence, me coupe sèchement, et me demande comme une si douce nuit peut marcher d’un pas si martial. «Vous pourriez au moins comprendre que si l’on doit dire deux fois entends, c’est justement que l’on entend à peine!» […] Je venais de comprendre que le fameux accord entre le son et le sens est la tarte à la crème des poètes médiocres et des critiques en panne de finesse35.

  • 36 Ibidem, p. 436.
  • 37 Ibidem, pp. 78-79.
  • 38 Ibidem, p. 392.
  • 39 G. Genette, Codicille cit., p. 131. D’autres cas ibidem, p. 17 ou dans G. Genette, Apostille cit., (...)

18En général, et même lorsqu’il devient nostalgique, le souvenir des expériences vécues reste dans un ton souriant, voire enjoué, et sur ce point il suffit de lire le récit de l’entretien où Genette parle à Jean-François Lyotard de sa trajectoire politique36 ou celui de cette nuit blanche provoquée par le bruit de la machine à écrire d’un Jacques Derrida tapant le texte d’une communication à venir37. Ainsi que l’ont noté les premiers commentateurs de Bardadrac, dans ses textes autobiographiques Genette fait une grande place à l’humour et n’hésite pas à rapporter des reparties véridiques parfois désopilantes – «Un jeune homme à qui je demande pourquoi il avait fui le domicile familial me répond: “Parce que toutes les phrases que m’adressait mon père commençaient par: Je te signale que…”»38 – ou tout directement des histoires drôles qui lui plaisent, comme celle de l’entrée «Hypocondrie»: «Le médecin: “Votre mari se croit malade, il n’a rien”. Deux jours après, la femme appelle le médecin: “Docteur, venez vite, mon mari se croit mort” (Jules Renard)»39.

  • 40 Voir G. Genette, Codicille cit., p. 26 et G. Genette, Postscript cit., p. 84. Pour une analyse de (...)

19La présence de passages cherchant tout simplement à amuser le lecteur ne doit pas nous étonner chez quelqu’un qui a déclaré que, pour lui, la plaisanterie, et plus globalement le comique, sont des objets esthétiques40. Cela dit, Genette ne renonce pas à s’amuser lui-même, et dans cette tâche la citation lui offre un éventail infini de possibilités. C’est ce que nous avons appelé la fonction ludique de la citation, qui apparaît lorsque le but de l’auteur n’est pas de reproduire un texte antérieur plus ou moins proche du sujet traité, mais plutôt d’exploiter, de façon autotélique et pour ainsi dire intransitive, les variations que chacun des éléments qui interviennent dans le discours rapporté sont susceptibles de nous offrir.

  • 41 G. Genette, Codicille cit., p. 222.
  • 42 Ibidem, p. 220.
  • 43 G. Genette, Épilogue cit., p. 83.

20À commencer par la source de ce même discours. Si en général Genette se montre très sage à l’heure de citer, il lui arrive de camoufler avec désinvolture l’origine de ses emprunts – «Borges, ou l’un des siens, a dit… »41 –, et même de l’escamoter, ainsi qu’il arrive dans l’avant-propos de Bardadrac avec la phrase «Ce livre n’a jamais été fait, il a été récolté». Trois ans plus tard, dans Codicille, et après s’être étonné du fait que personne ne lui ait demandé la provenance de cette dernière citation, il préfère laisser planer le doute non sans donner quelques pistes au lecteur: «je précise que cette phrase n’est pas apocryphe, et, même s’il aurait bien pu l’écrire, qu’elle n’est pas non plus de Montaigne»42. Ce jeu de la devinette réapparaît dans Épilogue, où l’on consigne plusieurs passages d’une source non déclarée qu’on qualifie comme «du Stendhal tout craché»43, à cette différence près que, cette fois, la solution à l’énigme est découverte, sans doute parce qu’en dernière instance le tout appartient à l’ordre de la revendication:

  • 44 Ibidem, pp. 83-84. On peut trouver également la variante inverse, consistant à faire mention d’une (...)

Puisque vous avez donné votre langue au chat, je dénonce maintenant celle à qui l’on ne songe plus assez aujourd’hui: l’auteur de Corinne ou l’Italie (1807), cette Germaine de Staël que […] je croyais plus ennuyeuse […] Je découvre un peu tard cette femme extraordinaire et ce roman, le plus étrange et le plus violemment «romantique» qu’on écrivît jamais44.

21À part son caractère ludique, cette espèce d’enquête pour happy few provoque inévitablement une réflexion éclairante sur la question du style et, plus précisément, sur ce qu’on pourrait appeler l’appartenance commune de certains auteurs à un style d’époque. Genette lui-même déclare en avoir fait l’expérience avec un vers dont la source semblait jouer, à cache-cache cette fois, avec l’auteur:

  • 45 G. Genette, Apostille cit., p. 59.

[…] je me demande soudain dans quelle scène de Phèdre Hippolyte (je suppose) adresse à Aricie cet alexandrin si typiquement racinien:
Un je ne sais quel charme encor vers vous m’emporte…
Je relis trois fois les scènes où ce malheureux héros se répand en déclarations élégiaques – mais de ce vers nulle trace. Titus à Bérénice, peut-être? Pas mieux. Pyrrhus à Andromaque? Pas davantage […]. En désespoir de cause, langue au chat Google, dont le verdict est immédiat et sans appel: Polyeucte, acte II, scène 2 […]. Et c’est ainsi que le plus beau vers (pour moi, et qui le reste), forcément de Racine […], revient à Corneille […], en clin d’œil manifeste aux futures trouvailles de Pierre Bayard45.

  • 46 G. Genette, Postscript cit., p. 124.
  • 47 Voir respectivement ibidem, pp. 123-124 et G. Genette, Épilogue cit., pp. 164-165.
  • 48 Voir G. Genette, Codicille cit., pp. 113-114.

22L’intérêt de Genette se focalise également sur la phrase ou passage cités, en particulier sur la question de la fidélité à l’original: «la citation exacte est un art plus délicat qu’on ne pense»46, dit-il. En fait les rares cas d’autocitation qui se présentent dans la suite bardadraque se rattachent justement à des reprises non littérales que l’auteur tient à corriger, ainsi qu’il arrive avec certains vers de Baudelaire ou Victor Hugo47. De la même façon, il note parfois les altérations faites par des écrivains consacrés sur un texte de leurs confrères, Proust sur Le Capitaine Fracasse, par exemple48, ou bien un Paul Valéry faisant preuve de bons réflexes devant une situation peu commode:

Valéry donne au Vieux-Colombier, en 1928, une conférence qu’il ouvre par cette définition: «Les excellents vers se reconnaissent à ceci, qu’on n’y peut changer ni déplacer un seul mot». Pour exemple, il allègue ce célèbre distique de Victor Hugo:
Oh! quel tragique bruit font dans le crépuscule
Les chênes qu’on abat pour le bûcher d’Hercule!
Malheureusement, il trébuche sur le premier hémistiche, qu’il prononce
Oh! le tragique bruit…
Heureusement, son instinct métrique lui fait aussitôt rattraper ce lapsus pare ce deuxième hémistiche:
que font au crépuscule

  • 49 Ibidem, p. 59.

23Et Genette de conclure: «Les excellents vers se reconnaissent peut-être à ceci, que seul un excellent poète peut y changer quelques mots sans grands dégâts, voire à leur avantage»49.

  • 50 Voir G. Genette, Épilogue cit., pp. 180-181.

24Si citation en forme il y a, car, d’une part, Genette ne manque pas de flair pour détecter certains cas de reproduction non déclarés – mini-plagiat de Lamartine sur un vers de Racine50, par exemple –, et de l’autre il ne se gêne pas à l’heure de forger lui-même des discours qui prennent la forme de la citation, mais qu’il invente de toutes pièces, en général dans un but plaisant:

  • 51 Id., Bardadrac cit, p. 170.
  • 52 Id., Codicille cit., p. 269.

Incarnation. Marie: «Mais qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour avoir un enfant pareil?»51.
Souffrances. «Père, écartez de moi les souffrances physiques; les morales, j’en fais mon affaire» (Jésus-Christ)52.

25Enfin une dernière modalité de la fonction ludique consiste à citer une phrase pour simplement en exploiter les variations syntaxiques et sémantiques, selon une combinatoire assimilable à celle de l’ancien jeu de construction de pièces en bois ou, en plus moderne, le cube de Rubik:

  • 53 G. Genette, Bardadrac cit., p. 45.

De toute évidence, Austin n’a pas épuisé la combinatoire potentielle de sa célèbre formule: How to do things with words. How to do words with things, c’est la littérature classique; How to do words without things, c’est la littérature moderne; How to do things without words, c’est l’action sans phrases (la vraie); How to do things with things, c’est le bricolage; How to do words with words, c’est le mot-chimère; How to do words without words, c’est l’art du mime; How to do things without things, c’est le Big Bang. «Dieu, disait Valéry, a tout fait de rien. Mais le rien perce»53.

  • 54 Sur l’effet-liste dans la suite bardadraque voir M. Baudry, Le Désordre du discours, “Acta fabula” (...)
  • 55 Voir G. Genette, Codicille cit., p. 145.
  • 56 Id., Épilogue cit., pp. 94-95. En, dans le même sens: «Le commentaire critique, en tout cas, est s (...)
  • 57 Que penser sinon d’une entrée comme «Ultima», dont le titre fait référence aux ultima verba, c’est (...)
  • 58 Id., Postscript cit., p. 27.

26Dans les pages qui précèdent nous avons essayé de montrer que, dans la suite bardadraque, le trait le plus original de Genette, l’élément qui le distingue des écrivains antérieurs qui ont pratiqué l’écriture autobiographique, c’est le recours permanent, voire obsédant à la citation. Déjà, le choix du dictionnaire personnel n’est pas étranger à cette circonstance, dans la mesure où l’écriture fragmentaire laisse plus de liberté à l’auteur à l’heure d’intégrer dans son discours la parole de l’autre. L’auteur en profite largement, de manière parfois presque abusive, cédant à une espèce de pulsion consistant à épuiser, la partageant avec son lecteur, la liste complète de ses références culturelles sur le sujet en question54. À la libido classificandi et/ou nominandi qu’il assume comme une partie de sa personnalité55, on peut donc ajouter un autre appétit: une pulsion citationnelle que l’auteur reconnaît avoir du mal à contrôler – «Je réprime ici, dit-il, une nouvelle citation […] du chapitre IX de l’Amour, et une autre de Sous l’œil des Barbares qui n’est jamais très loin de mon répertoire»56 –, au point qu’on a parfois l’impression, et même la certitude, que le sujet traité est là pour faire passer la citation et non le contraire57. À notre avis, cette profusion procède en dernière instance de la perspective toute particulière que Genette adopte devant son autoportrait: «je me perçois […] moins souvent en acteur qu’en témoin d’autrui, voire […] d’un moi-même à “étudier” (Montaigne) comme une sorte d’autrui intérieur»58. Au fond, les trois fonctions évoquées dans les pages qui précèdent s’intègrent toutes dans une visée plus globale que la tradition académique appelle «gnoséologique», et qui consiste à chercher son identité au moyen de l’écriture. Dans le cas de Genette, la seule façon de se connaître est de se reconnaître dans la parole de l’autre.

Torna su

Note

1 G. Genette, Apostille, Paris, Seuil, 2012, «Fiction & Cie», p. 93.

2 Id., Postscript, Paris, Seuil, 2016, «Fiction & Cie», p. 11.

3 M. Cerisuelo, La zarzuela d’un amateur, “Critique” 725, 2007, p. 759. Voir à ce propos D. Turgeon, À propos du style de Genette, Montréal, Le Quartanier, 2019, pp. 17-32.

4 G. Genette, Bardadrac, Paris, Seuil, 2006, «Fiction & Cie», p. 7.

5 Ibidem, p. 353.

6 G. Genette, Apostille cit., p. 213. De sa part, il défend avec insistance – surtout à partir de Fiction et diction (1991) – la nécessité de revenir à une conception ouverte de la littérature capable d’intégrer tous les genres, y compris ceux dont la littérarité n’est que conditionnelle: «Je pense plutôt que quiconque écrit quoi que ce soit fait potentiellement œuvre littéraire, et que le passage de la puissance à l’acte dépend ici d’une simple décision esthétique du lecteur» (G. Genette, Codicille, Paris, Seuil, 2009, «Fiction & Cie», p. 35). Pour une récente révision de ces idées voir M. Charles, Le système, l’antisystème, “Poétique” 185, 2019, pp. 5-29.

7 G. Genette, Codicille cit., p. 251.

8 Connaisseur de la théorie de l’autobiographie en général et des catégories de Philippe Lejeune en particulier, Genette indique: «J’esquive le bio qui m’engagerait sur le chemin de ce récit rétrospectif et continu dont la seule idée me fait mourir d’ennui» (G. Genette, Apostille cit., 131).

9 I. el Sérafi, D’un moi l’autre. Les autoportraits de Roland Barthes et de Gérard Genette ou l’art de flirter avec le biographique, “Poétique” 182, 2017, p. 243.

10 G. Genette, Codicille cit., p. 133.

11 Voir A. Compagnon, La seconde main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, 1979, «Poétique», p. 99.

12 Voir par exemple G. Genette, Bardadrac cit., p. 436. Seulement dans les deux derniers livres de la série, il fait allusion à ses convictions politiques «actuelles», mais de façon très passagère et presque à titre d’inventaire (voir G. Genette, Épilogue, Paris, Seuil, 2014, «Fiction & Cie», p. 109 et G. Genette, Postscript cit., p. 73).

13 G. Genette, Bardadrac cit., p. 116. Sauf indication contraire, c’est l’auteur cité qui souligne.

14 Ibidem, p. 38.

15 D’autres cas dans G. Genette, Codicille cit., p. 95 (sur les éditeurs) ou dans G. Genette, Postcript cit., pp. 73-74 (sur les extrémismes idéologiques).

16 Id., Bardadrac cit., p. 149. Voir aussi l’échange, trop long pour être reproduit ici, entre Italo Calvino et Carlo Cassola à propos de Galilée, illustration parfaite de la puissance des idées reçues en matière de littérature (ibidem, pp. 195-196) ou, dans ce même livre, l’entrée «Langue», dans laquelle Genette rapporte des propos contradictoires de Roland Barthes sur la relation entre la langue et l’idéologie pour finalement ajouter cette chute ironique: «Mais pourquoi aller si loin, c’est Barthes lui-même qui écrit : “Les bêtises des gens intelligents sont fascinantes”» (ibidem, pp. 183-184).

17 F. Wagner, Fragments d’un abécédaire genettien, “Poétique” 185, 2019, p. 43.

18 G. Genette, Épilogue cit., pp. 56-61.

19 G. Genette, Codicille cit., pp. 269-270. D’autres cas ibidem, pp. 287-288 (sur la question du style) ou dans G. Genette, Bardadrac cit., p. 75 (sur la relation entre la pensée et l’identité).

20 A. Trouvé, Le roman de la lecture: critique de la raison littéraire, Sprimont, Mardaga, 2004, p. 184.

21 G. Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, «Poétique», p. 132.

22 E. Verón, …Qui sait?, “Communications” 36, 1982, p. 71.

23 Dans Figures II, Paris, Seuil, 1969, «Tel Quel», pp. 223-294.

24 Nous pensons d’ailleurs que la relation stylistique entre les deux auteurs est plus étroite qu’on ne pourrait le croire. À titre d’exemple, rappelons cette réflexion sur le caractère d’une jeune femme qui montrait sa réticence à l’auteur sans pour autant refuser son approche: «Cette réserve, et, découverts ou confirmés plus tard, ce goût du secret, ces réponses souvent évasives ou convenues, volontiers muettes ou différées, ces marques d’incuriosité, voire d’indifférence, je les interprétai d’abord comme autant de défenses contre mes initiatives, voire mes supposés sentiments. Puis me vint une autre hypothèse, d’ailleurs nullement exclusive de la première: la réticence peut être en elle-même un mode d’expression, et même de relation, comme une manière constante d’être et de s’exprimer, où les sentiments s’expriment à peine et, plus volontiers qu’en mots, par des actes silencieux ou des gestes sans paroles» (G. Genette, Épilogue cit., p. 161).

25 Voir G. Genette, Bardadrac cit., p. 26.

26 Ibidem, p. 25.

27 G. Genette, Codicille cit., p. 13.

28 Voir par exemple les entrées «Paye» (G. Genette, Bardadrac cit, p. 325) ou «Boudille» (G. Genette, Codicille cit., p. 41)

29 G. Genette, Postscript cit., p. 29.

30 Ibidem, p. 30.

31 Pour cette notion, et pour le fonctionnement de la visée testimoniale en général, voir K. Haddad, Annoter sa vie (Genette), “Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française” 67, 2020, pp. 90-101.

32 G. Genette, Bardadrac cit., p. 395.

33 Id., Codicille cit., p. 278.

34 G. Genette, Bardadrac cit, p. 223.

35 Ibidem, p. 128. Inévitablement, la continuation – et la fin – de cette entrée est encore une citation: «Quelques années plus tard, je trouvai chez Valéry cette confirmation sévère et définitive: “La puissance des vers tient à une harmonie indéfinissable entre ce qu’ils disent et ce qu’ils sont. Indéfinissable entre dans la définition. Cette harmonie ne doit pas être définissable. Quand elle l’est c’est l’harmonie imitative, et ce n’est pas bien”».

36 Ibidem, p. 436.

37 Ibidem, pp. 78-79.

38 Ibidem, p. 392.

39 G. Genette, Codicille cit., p. 131. D’autres cas ibidem, p. 17 ou dans G. Genette, Apostille cit., pp. 106-107.

40 Voir G. Genette, Codicille cit., p. 26 et G. Genette, Postscript cit., p. 84. Pour une analyse de la présence de l’humour dans l’œuvre antérieure de Genette voir Turgeon, À propos du style de Genette cit., pp. 187-198.

41 G. Genette, Codicille cit., p. 222.

42 Ibidem, p. 220.

43 G. Genette, Épilogue cit., p. 83.

44 Ibidem, pp. 83-84. On peut trouver également la variante inverse, consistant à faire mention d’une source qui n’est pas telle: «Comme ne disait pas Husserl, toute conscience est prescience d’autre chose» (ibidem, p. 36). Mais, en somme, cette dénégation de paternité ne fait que révéler que la phrase est tout simplement inventée…

45 G. Genette, Apostille cit., p. 59.

46 G. Genette, Postscript cit., p. 124.

47 Voir respectivement ibidem, pp. 123-124 et G. Genette, Épilogue cit., pp. 164-165.

48 Voir G. Genette, Codicille cit., pp. 113-114.

49 Ibidem, p. 59.

50 Voir G. Genette, Épilogue cit., pp. 180-181.

51 Id., Bardadrac cit, p. 170.

52 Id., Codicille cit., p. 269.

53 G. Genette, Bardadrac cit., p. 45.

54 Sur l’effet-liste dans la suite bardadraque voir M. Baudry, Le Désordre du discours, “Acta fabula” 4, 14, 2013. [consulté le 26-9-2020] <http://www.fabula.org/acta/document7870.php>.

55 Voir G. Genette, Codicille cit., p. 145.

56 Id., Épilogue cit., pp. 94-95. En, dans le même sens: «Le commentaire critique, en tout cas, est souvent – je peux en témoigner – le plus court chemin entre deux longues citations du texte commenté» (Id., Codicille cit., p 62).

57 Que penser sinon d’une entrée comme «Ultima», dont le titre fait référence aux ultima verba, c’est-à-dire, aux mots prononcés par des individus anonymes ou des personnages connus au moment même de rendre leur dernier soupir? (voir Id., Bardadrac cit., pp. 441-442).

58 Id., Postscript cit., p. 27.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Pedro Pardo Jiménez, «Se dire à travers l’autre: pratique de la citation dans les textes autobiographiques de Gérard Genette»Studi Francesi, 196 (LXVI | I) | 2022, 129-138.

Notizia bibliografica digitale

Pedro Pardo Jiménez, «Se dire à travers l’autre: pratique de la citation dans les textes autobiographiques de Gérard Genette»Studi Francesi [Online], 196 (LXVI | I) | 2022, online dal 01 avril 2023, consultato il 29 mai 2024. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/47910; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.47910

Torna su

Autore

Pedro Pardo Jiménez

Universidad de Cádiz

Torna su

Diritti d'autore

CC-BY-NC-ND-4.0

Solamente il testo è utilizzabile con licenza CC BY-NC-ND 4.0. Salvo diversa indicazione, per tutti agli altri elementi (illustrazioni, allegati importati) la copia non è autorizzata ("Tutti i diritti riservati").

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search