Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri196 (LXVI | I)Rassegna bibliograficaLetterature francofone extraeurop...Jean-Claude Charles, 1949-2008. L...

Rassegna bibliografica
Letterature francofone extraeuropee a cura di Elena Pessini

Jean-Claude Charles, 1949-2008. La «voix fêlée, comme une hirondelle grippée», dir. Y. Chemla et A. Pessini

Stéphane Saintil
p. 212-214
Notizia bibliografica:

Jean-Claude Charles, 1949-2008. La «voix fêlée, comme une hirondelle grippée», dir. Y. Chemla et A. Pessini, “Francofonia, Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese” 80.

Testo integrale

1Le 80e numéro de la revue italienne “Francofonia” qui vient de paraître sous la direction d’Alba Pessini et d’Yves Chemla, autour du titre Jean-Claude Charles 1949-2008, la «voix fêlée comme une hirondelle grippée», marque un tournant considérable dans la réception de cet écrivain, longtemps ignoré et/ou méconnu, notamment en Haïti, son pays natal. En effet, depuis leur réédition progressive par Mémoire d’encrier à partir de 2015, ses écrits jouissent d’un regain d’intérêt au sein de la critique universitaire: en 2018, le Winthrop-King Institute de la Florida State University lui avait consacré un colloque rassemblant des chercheurs, écrivains et artistes d’horizons divers autour du thème «Écrire le blues: Jean-Claude Charles et la littérature caribéenne contemporaine»; ce colloque fut à la fois un hommage et un exercice de pensée consistant à évaluer l’œuvre d’«un des plus talentueux et toutefois des moins lus ou compris écrivains haïtiens». Trois ans plus tard, la parution de ce 80e numéro arrive à point nommé et concrétise les efforts déployés depuis 2015 pour le sortir de la marge.

2De prime abord, la diversité des approches et des outils théoriques mobilisés nous invite à penser que Jean-Claude Charles a construit une œuvre d’une grande complexité qui ne se laisse saisir que par l’entrecroisement de plusieurs regards. S’il est possible de dégager des airs de famille entre les articles, il n’en demeure pas moins que chaque contributeur aborde ses écrits suivant un angle permettant de révéler des aspects qui étaient jusque-là imperceptibles. Loin de vouloir restituer in extenso leur complexité, nous les survolerons afin de faire ressortir leurs lignes de force.

3C’est l’éditeur et poète Rodney Saint-Éloi qui donne le ton et ouvre la marche après la présentation du numéro par Yves Chemla et Alba Pessini. Dans son article pouvant se lire comme un témoignage, le passeur de Mémoire d’encrier trace le portrait de cet écrivain hors-piste, qui a cheminé loin de cette vision de l’haïtianité consistant «à voir le monde en noir et blanc, en vainqueur.e et vaincu.e, entre grand.e et petit.e» (p. 14). Il évoque en filigrane les combats qui ont été les siens et revient sur le fait qu’il a été incompris, lui qui se définissait comme un nomade aux pieds poudrés, à une époque où «le territoire physique était l’un des fondamentaux dans la définition de la littérature nationale» (p. 11). Au fur et à mesure qu’on lit son texte-témoignage, on voit se dessiner la grande silhouette de Jean-Claude Charles, slalomant entre les choses et les gens avec un air de blues dans les yeux.

4Partant de la politique de la littérature théorisée par Jacques Rancière, Yolaine Parisot considère les textes (De si jolies petites plages, Bamboola Bamboche, Baskets) de Jean-Claude Charles comme «des écrits matriciels pour la fiction francophone ultra-contemporaine» (p. 15). Selon elle, l’éclatement des cloisonnements littéraires, le brouillage des genres et des frontières linguistiques repérables dans ces textes précités sont les signes d’un régime discursif attentif aux enjeux politiques du monde contemporain. Le projet de l’enracinerrance porterait un potentiel politique insoupçonné dans le sens qu’il appellerait de nouvelles manières de faire littérature et d’être ensemble, la libre circulation des hommes, des idées et des créations selon les mots de Charles. En ce sens, son œuvre garde, selon Parisot, toute sa pertinence dans le contexte post-colonial marqué par la migration des murs pour paraphraser le poète James Noël.

5Abordant la question du lyrisme ironique et de la dérade dans ses essais, Alix Florian révèle, de son côté, qu’il y a une «tension entre l’essayiste et le lyrique, entre une écriture qui défait les lieux communs et une autre qui repose sur l’investissement affectif du sujet» (p. 38). Cette tension donnerait lieu à ce qu’il désigne comme étant «une dramaturgie du tragique ironique» (p. 38). Son propos recoupe celui de Michaël Ferrier qui, lors du colloque organisé en 2018, avait déjà signalé la place de l’humour dans l’univers charlien. En effet, Alix Florian n’est pas le seul à déceler ce recours à l’humour dans les écrits de Jean-Claude Charles, Yves Chemla remarque que son écriture opte délibérément pour «le pas de côté et le décalage» (p. 65) et Dieulermesson Petit-Frère évoque également sa portée «ludique» (p. 86). L’humour et l’ironie seraient dans son cas un art de vivre par temps de catastrophe pour reprendre Albert Camus.

6Analysant son essai Le Corps noir paru en 1980, Yves Chemla signale que Jean-Claude Charles répertorie les supports d’une «essentialisation négative» (p. 45), s’opérant à partir des phénotypes, et débusque la logique raciste qui en est à l’œuvre. Il s’attaque, selon lui, à ce qu’il considère comme «les modèles blancs de la représentation du noir». Cependant, son travail ne se résume pas à ne traquer le racisme que chez les colons et leurs descendants, il semble plutôt avoir fait sienne l’idée de Pierre-André Taguieff selon laquelle «la critique du racisme ne saurait se contenter de formules incantatoires et conjuratoires et se doit de débusquer les failles du discours araciste et antiraciste» (p. 49). En d’autres termes, il ne suffit pas de faire de manière unilatérale le portrait du colonisateur sans s’attarder sur celui du colonisé. En ce sens, Le Corps noir plonge le lecteur dans le discours raciste dont il traque la présence aussi bien dans des productions culturelles européennes que dans des discours censés le contrer. Pour s’en convaincre, il suffit de voir comment Jean-Claude Charles dévoile la non-pertinence des arguments de Fodé Diawara, qui croyant défendre les noirs dans son texte Le manifeste de l’homme primitif n’avait fait que reprendre à son compte «la langue et l’accent du maître». In fine, il nous semble qu’il ne serait pas abusif de lire Le Corps noir en l’inscrivant dans la brèche qu’avait creusée Fanon («Ô mon corps fais de moi toujours un homme qui interroge»), laquelle a rendu possible l’avènement de la corpo-politique décoloniale. Si le corps a été le terrain sur lequel le racisme s’exerce, il est indéniable qu’il devrait être également au cœur des offensives antiracistes. Jean-Claude Charles serait-il un décolonial avant la lettre?

7Prenant pour support le roman Manhattan Blues et les récits de voyages compilés dans son livre posthume Baskets, Stève Puig, pour sa part, nous invite à voir comment il se démarque des précédents auteurs qui ont avant lui écrit sur New-York. Loin d’une certaine fascination pour le rêve américain, Jean-Claude Charles nous fait rencontrer, par l’entremise de son double Ferdinand, les gens de tous les jours qui sont les carburants de cette grosse machine qu’est New-York. Délaissant l’attrait pour la démesure des gratte-ciels, la ville acquiert une dimension de texte à déchiffrer et de concentré de signes dans son œuvre, révèle Stève Puig.

8Dans le même sillage, l’éditeur et critique littéraire Dieulermesson Petit-Frère livre une analyse de la question de l’espace, de son appropriation et de sa représentation dans Manhattan Blues et Ferdinand je suis à Paris. Croisant les réflexions de Maurice Blanchot, Gérard Genette et Tzvetan Todorov, il fait une lecture structurale de ces romans en questionnant le lien entre espace et exil, tout en essayant de voir comment ce lien informe la représentation de l’espace. Cependant, si ces questions sont centrales dans l’œuvre de Charles, Petit-Frère nous dit qu’il «n’est pas pour autant un écrivain de l’exil ou en exil, mais plutôt un écrivain à la fois du dedans et du dehors […]» (p. 85). Ainsi, Petit-Frère arrive à définir «l’enracinerrance comme un désir d’appartenir au monde non dans l’idée de s’implanter dans un cadre spatial donné mais plutôt dans une dynamique de mouvance, de mobilité à en juger par la multiplicité systématique des sites» (p. 87).

9Son article peut se lire en écho à celui d’Alessia Vignoli qui entreprend une analyse sémiotique du déplacement dans les deux romans précités. Vignoli part du postulat que Ferdinand est l’alter ego de Jean-Claude Charles et qu’il y aurait comme un effet de miroir entre leurs pérégrinations. Selon elle, la question du déplacement trouve sa forme fictionnelle et théorique dans l’enracinerrance qui se décline suivant trois modalités: la présence d’Haïti, la question identitaire et la représentation de l’espace. L’enracinerrance s’érige alors, selon Vignoli, comme une utopie qui concilierait les deux extrêmes de sa vie: son origine ou ses racines et sa vocation à l’errance. Au-delà de leurs approches différentes, ces trois articles révèlent le traitement des questions relatives à l’espace, l’exil et à l’identité chez l’auteur.

10En présentant Jean-Claude Charles, on oublie souvent de mentionner qu’il avait un grand intérêt pour le cinéma, ce qui l’a porté à réaliser des documentaires pour la télé et à travailler avec le cinéaste Raoul Peck comme scénariste. Cet intérêt pour le septième art transparaît également dans son œuvre. En effet, dans son article intitulé “Manhattan blues”: roman, partition ou scénario, Eliana Vãgãlãu s’intéresse à «la manière dont le regard cinématographique de la nouvelle vague est également incorporé dans le récit charlien» (p. 118). Son analyse dévoile les rapports de métatextualité entre Manhattan blues et Pierrot le fou et invite à lire le roman comme un hypertexte du film de Jean-Luc Godard; elle révèle la centralité du questionnement sur le rapport à l’espace traversant les deux textes. Mais au-delà des similarités entre les techniques filmiques de la nouvelle vague et le roman, Vãgãlãu semble attirer notre attention sur le refus de l’étanchéité et du cloisonnement chez Charles. Elle nous montre qu’il est animé par un désir de faire tomber les murs et de brouiller les frontières. Et comme l’affirmait Parisot, «si la littérature est omniprésente, si la musique a sa part, le récit est aussi celui des arts scéniques et visuels qui racontent et que l’écriture imite dans une perspective phénoménologique […]» (p. 22). Ce qui finalement nous donne l’impression que Jean-Claude Charles écrit en présence de tous les genres, de tous les médiums et de toutes les cultures.

11Analysant son roman Bamboola Bamboche auquel Charles accorde une grande importance et qu’il présente comme une porte d’entrée dans son œuvre, Jasmine Claude-Narcisse revient sur la question de l’auto-référentialité et de son rôle dans la construction de la trame narrative de ce roman. Selon elle, l’auteur mobilise une série de procédés lui permettant de fictionnaliser sa vie: distorsion de temporalité, simultanéité des voix, multiplication d’espaces narratifs et discursifs. Elle établit une distinction entre autobiographie et autofiction en évoquant la portée thérapeutique de cette dernière. On comprend alors que l’écriture s’apparenterait à une thérapie de soi et aurait une dimension cathartique pour Jean-Claude Charles. N’est-ce pas Ferdinand, son double, qui affirme dans Manhattan blues que la vie a beaucoup plus d’imagination que lui, une façon de signifier qu’il n’écrit qu’à partir de son vécu.

12Dans son article sur l’usage du carnet qui clôt ce volume, Alba Pessini nous fait pénétrer dans l’intimité de l’écrivain en dévoilant des traces qui étaient jusque-là non disponibles au public. Au fil des lignes, on la suit qui nous fait visiter l’atelier de l’écrivain; on accède à des documents de sa vie quotidienne qui témoignent de sa pratique d’écriture et qui nous donnent une idée des tergiversations qui ont précédé à l’unité de ses livres. L’intérêt de cet article, s’inspirant de la méthode génétique, réside dans le fait qu’il nous permet de renouer avec les phases de tâtonnement, de rature et réécriture qui préfigurent tout travail de création. Selon Pessini, plus d’une cinquantaine de carnets, s’étalant sur plusieurs années, soit de 1997 à 2007, ont été retrouvés dans ses valises, ce qui constitue un grand chantier qui mériterait d’être exploré par les critiques.

13Rien de surprenant au fait que la critique journalistique et universitaire haïtienne ne soit pas à l’avant-garde de ce tournant réceptif. Comme l’avait déjà signalé Pierre Raymond Dumas, «l’œuvre de Jean-Claude Charles a été poussée sous silence». Plusieurs contributeurs de ce numéro ont évoqué la réception ambivalente de ses écrits. Son éditeur Rodney Saint-Éloi se remémore d’une atmosphère d’incompréhension voire d’hostilité envers la figure hors-piste qu’il a pu représenter dans le tournant des années 1980. Faut-il rappeler que Jean Jonassaint l’avait désigné comme étant l’écrivain haïtien le plus autobiographique? De son côté, Yolaine Parisot renchérit en affirmant que Bamboola Bamboche peut être lu comme la première fiction d’auteur caribéenne (p. 18). Autobiographie et fiction d’auteur sont autant de catégories auxquelles le champ littéraire des années 1980 semblait être rétive, ce qui pouvait, – peut encore? – s’expliquer par la teneur des rapports entre écrivain et société, notamment par la dimension – pour ne pas dire mission – sociale dont la fonction auctoriale est investie en Haïti.

14Cependant, si la réception de son œuvre en Haïti s’enlise dans l’ambivalence, plusieurs mémoires de master lui ont été consacrés en Italie. Et ce nouveau numéro de “Francofonia” s’inscrit dans ce qu’on pourrait considérer comme une tradition sinon une attention constante à ses écrits de l’autre côté des Alpes. Espérons qu’il suscitera de nouvelles pistes de recherche et de nouvelles lectures du domaine Jean-Claude Charles…

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Stéphane Saintil, «Jean-Claude Charles, 1949-2008. La «voix fêlée, comme une hirondelle grippée», dir. Y. Chemla et A. Pessini»Studi Francesi, 196 (LXVI | I) | 2022, 212-214.

Notizia bibliografica digitale

Stéphane Saintil, «Jean-Claude Charles, 1949-2008. La «voix fêlée, comme une hirondelle grippée», dir. Y. Chemla et A. Pessini»Studi Francesi [Online], 196 (LXVI | I) | 2022, online dal 01 avril 2022, consultato il 20 avril 2024. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/49158; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.49158

Torna su

Diritti d'autore

CC-BY-NC-ND-4.0

Solamente il testo è utilizzabile con licenza CC BY-NC-ND 4.0. Salvo diversa indicazione, per tutti agli altri elementi (illustrazioni, allegati importati) la copia non è autorizzata ("Tutti i diritti riservati").

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search