Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri199 (LXVII | I)Rassegna bibliograficaQuattrocento a cura di Maria Colo...Sarah Fourcade, La noblesse à la ...

Rassegna bibliografica
Quattrocento a cura di Maria Colombo Timelli e Paola Cifarelli

Sarah Fourcade, La noblesse à la conquête du livre, France, v. 1300 - v. 1530

Maria Colombo Timelli
p. 143-144
Notizia bibliografica:

Sarah Fourcade, La noblesse à la conquête du livre, France, v. 1300 - v. 1530, Paris, Champion, 2021, 716 pp.

Testo integrale

1Œuvre d’une historienne, ce beau livre rendra de précieux services aux spécialistes du «long xve siècle», en leur offrant un panoramique vaste et approfondi du rapport qui unit la noblesse et le livre entre ca 1300 et ca 1530; c’est en effet grâce à ce genre d’ouvrages – on rappellera la thèse de Céline Van Hoorebeeck consacrée aux fonctionnaires bourguignons (Livres et lectures des fonctionnaires des ducs de Bourgogne (ca 1420-1520), Turnhout, Brepols, 2014: “Studi francesi” 177, 2015, p. 569) – que des passerelles sont posées entre plusieurs disciplines: histoire du livre, histoire des collections, histoire des textes et de leur production et diffusion.

2Après avoir illustré et défini son objet et sa méthode, Sarah Fourcade organise son ouvrage en trois parties. La première est consacrée à la «noblesse lettrée», à savoir à ces nobles qui ont non seulement possédé des collections de livres, mais qui en ont aussi écrit, qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, historiques ou d’écrits privés; l’accent porte ensuite sur le milieu familial, où l’enfant est éduqué et instruit, aspect fondamental du moment que le patrimoine, aussi bien matériel que culturel, se transmet d’une génération à l’autre; les usages au sein de ce milieu à la fois noble et cultivé font l’objet d’un dernier chapitre, qui souligne le rapport entre la noblesse et le prince – entre imitation, intégration et distinction – et les modes de circulation des livres (achat, prêt, héritage), ainsi que les marques qui y sont apposées parfois (notes de possession).

3La deuxième partie se concentre sur la «culture de la noblesse», ses lectures, les traits communs et distinctifs des collections, le rapport avec la culture du passé, celle de l’Antiquité d’abord, mais aussi celle du présent, composée à la fois de textes récents et de l’expérience même des nobles, qui se traduit elle aussi en œuvres écrites (mémoires, traités cynégétiques par exemple); si l’histoire, ancienne et moderne, s’avère être sans surprise l’objet principal de cette culture, les nobles ne dédaignent pas de composer des œuvres littéraires, en recherchant peut-être «un remède aux malheurs du temps» (p. 256).

4On en vient enfin à la «place du livre dans l’identité nobiliaire»: l’interrogation principale porte sur les relations que les nobles entretiennent avec le livre et surtout avec l’écriture. Le manuscrit est un objet proche, par sa localisation dans les demeures nobiliaires, mais aussi parce qu’il est le produit des activités du noble, la «littérature» se révélant comme une charge assumée parallèlement à la vie active, au service du prince ou des intérêts particuliers, notamment dans les mémoires. Au-delà des profondes différences individuelles, S.F. montre bien que l’inconciliabilité entre métier des armes et métier des lettres est certainement une image à nuancer.

5Rapide, la Conclusion (pp. 347-349) a le mérite de revenir sur le titre de l’ouvrage, en soulignant le sens à donner au mot «conquête», car au cours de la période envisagée un processus s’observe, au cours duquel une véritable «appropriation du livre» (p. 349) s’accomplit chez les nobles, tant sur le plan matériel – acquisition de manuscrits, constitution de librairies – que sur le plan intellectuel – production d’ouvrages et création d’une culture laïque.

6En occupant presque la moitié du volume, les Annexes constituent un trésor de documentation; sont d’abord recensés les «Possesseurs de manuscrits», le classement par ordre alphabétique permettant un repérage rapide des notices, qui comprennent les informations biographiques et une liste précieuse des manuscrits que ces nobles ont possédés (pp. 351-510); une deuxième liste réunit les «lettrés nobles», répartis entre propriétaires d’une collection, écrivains, collaborateurs de recueils et de correspondances poétiques, rédacteurs d’écrits privés (pp. 511-606); une dernière annexe donne la liste des collections comprenant plus de vingt volumes, en spécifiant le contenu de chacune (pp. 607-624). Les Index en deviennent d’autant plus précieux pour croiser les informations concernant les manuscrits cités (pp. 671-689), les auteurs, poètes et traducteurs (pp. 691-702), les œuvres anonymes et collectives (pp. 703-709). La Bibliographie est imposante: séparant les sources (manuscrites et éditées), les «instruments de travail» (catalogues et dictionnaires), et la bibliographie critique, elle couvre plus de quarante pages (pp. 625-669).

7Un seul regret: S.F. fonde souvent ses argumentations sur des études à la valeur incontestable (l’article de Jacques Monfrin, «La connaissance de l’Antiquité et le problème de l’humanisme en langue vulgaire dans la France du xve siècle», 1972, n’a rien perdu de sa fraîcheur et de sa validité), mais quelques études et éditions récentes lui auraient fourni des matériaux de première main: on pense notamment à l’édition de La Bouquechardière dirigée par Catherine Gaullier-Bougassas (quatre volumes parus depuis 2020), ou à celle de la traduction du De Amicitia de Cicéron par Laurent de Premierfait, éditée par Olivier Delsaux en 2016 dans les «CFMA».

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, «Sarah Fourcade, La noblesse à la conquête du livre, France, v. 1300 - v. 1530»Studi Francesi, 199 (LXVII | I) | 2023, 143-144.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, «Sarah Fourcade, La noblesse à la conquête du livre, France, v. 1300 - v. 1530»Studi Francesi [Online], 199 (LXVII | I) | 2023, online dal 01 juin 2023, consultato il 14 juillet 2024. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/52469; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.52469

Torna su

Diritti d'autore

CC-BY-NC-ND-4.0

Solamente il testo è utilizzabile con licenza CC BY-NC-ND 4.0. Salvo diversa indicazione, per tutti agli altri elementi (illustrazioni, allegati importati) la copia non è autorizzata ("Tutti i diritti riservati").

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search