Navigation – Plan du site

AccueilNuméros180 (LX | III)Rassegna bibliograficaQuattrocentoOlivier Delsaux, Qu’est-ce qu’un ...

Rassegna bibliografica
Quattrocento

Olivier Delsaux, Quest-ce quun "escripvain" au Moyen Âge? Étude d’un polysème

Maria Colombo Timelli
p. 507
Référence(s) :

Olivier Delsaux, Qu’est-ce qu’un ‘escripvain’ au Moyen Âge? Étude d’un polysème, «Romania», 132, 2014, pp. 11-158.

Texte intégral

1Basée sur un corpus de 459 emplois de escripvain (17 du xiie siècle, 51 du xiiie, 165 du xive, 226 du xve) dans des textes littéraires et para-littéraires – historiques, didactiques, scientifiques –, cet article propose un examen de la polysémie du substantif et de son évolution au cours du Moyen Âge, le terminus ante quem, 1500, tout conventionnel, étant celui du Dictionnaire du Moyen Français.

2Un premier volet concerne les mots issus de l’étymon latin scrib- > (e)script: il s’agit de distinguer d’abord les deux sens principaux d’escripvain, ‘transcripteur de manuscrits’ (mais le terme peut désigner aussi, plus largement, un ‘artisan du livre’) et ‘rédacteur’ (parfois aussi un ‘compilateur’ ou un ‘traducteur’, voire un ‘historien’), bien que dans quelques cas l’interprétation demeure délicate sinon franchement incertaine; d’autres termes, transcripvain, (e)scripteur, escripveur, escripseur, escripvant, escrisant, scribe (emprunt savant et tardif), sont aussi examinés, formant un paradigme morphologique très vaste. Dans une deuxième partie sont convoqués les termes issus du verbe grec graphein: historiographe, historiographeur, tragediographe, agyographe, cosmographe, antigrafe, grafficateur. Les données réunies sont enfin interprétées dans la perspective plus vaste de la production du texte et du livre à la fin du Moyen Âge. L’ambiguïté d’escripvain exigeant «des extensions ou des épithètes» en contexte (p. 94) qui permettent d’opter pour l’un ou l’autre de ses signifiés principaux, c’est l’évolution au cours des siècles qui mérite de retenir l’attention: amorcée à partir de 1350, elle s’accentue vers la moitié du siècle suivant, lorsque escripvain désigne de plus en plus le ‘rédacteur’ d’un texte. Cependant, la production des œuvres et des manuscrits est difficilement dissociable, en particulier en milieu bourguignon, pour des personnalités comme Jean Miélot, Jean Wauquelin, Jean Duquesne, David Aubert et bien d’autres, le même mot pouvant encore désigner, vers la fin du xve siècle, à la fois des auteurs qui se font copistes et des copistes qui se font auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Colombo Timelli, « Olivier Delsaux, Quest-ce quun "escripvain" au Moyen Âge? Étude d’un polysème »Studi Francesi, 180 (LX | III) | 2016, 507.

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Olivier Delsaux, Quest-ce quun "escripvain" au Moyen Âge? Étude d’un polysème »Studi Francesi [En ligne], 180 (LX | III) | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/5253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.5253

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search