Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri200 (LXVII | II)Rassegna bibliograficaMedioevo a cura di Maria Colombo ...L’Âtre périlleux, Roman arthurien...

Rassegna bibliografica
Medioevo a cura di Maria Colombo Timelli

L’Âtre périlleux, Roman arthurien du xiiie siècle, Édition bilingue établie, traduite et présentée par Laurence Mathey-Maille et Damien de Carné

Maria Colombo Timelli
p. 431
Notizia bibliografica:

L’Âtre périlleux, Roman arthurien du xiiie siècle, Édition bilingue établie, traduite et présentée par L. Mathey-Maille et D. de Carné, Paris, Honoré Champion, 2022, «Champion Classiques Moyen Âge», 560 pp.

Testo integrale

1Les éditions et traductions de l’Âtre périlleux, roman arthurien du milieu du xiiie siècle, ne manquaient pas: le texte était toujours lisible dans l’édition critique fournie en 1936 par B. Woledge dans les «CFMA», et dans la traduction française proposée par Marie-Louise Ollier en 1989 (in La légende arthurienne, Paris, Robert Laffont). Cependant, les progrès de la critique, dus surtout à M. Virdis et à M. Maulu, justifient bien une nouvelle édition, qui intègre entre autres des passages conservés dans un seul des trois manuscrits, tel l’épisode de la «Rouge Cité» (666 vers transmis par le seul ms N2), et qui essaie de tenir compte des relations entre les témoins, particulièrement changeantes à partir du v. 6444.

2L’Introduction se concentre d’abord sur les aspects littéraires: les deux éditeurs insistent sur la récurrence de certains motifs arthuriens (l’attente de l’aventure pendant une fête à la cour, le don en blanc, l’entrelacement des épisodes), et sur l’ambiguïté de Gauvain, protagoniste d’une série d’aventures mais surtout personnage en quête d’identité. Les trois manuscrits (BnF, fr. 2168, N1; BnF, fr. 1433, N2; Chantilly, Musée Condé, 472, A) sont ensuite présentés, ainsi que les principes suivis dans l’édition. L. M.-M. et D. de C. signalent en toute honnêteté les difficultés qu’ils ont rencontrées: quelques mots inconnus ou des passages peu clairs pour lesquels le recours à la conjecture est pour le moment la seule solution. Signalons aussi que l’analyse linguistique porte sur les trois témoins, même si elle est beaucoup plus succincte pour N2 et A; on peut parfois proposer de petits amendements, par exemple pour la remarque 40, p. 63: «Le pronom de la P1 prend régulièrement la forme jou»; ce n’est certes pas faux, mais dans les cent premiers vers la forme je apparaît au moins dix fois (vv. 4, 29, 48, 49, 63, 70, 78, 82, 92, 96) contre deux seules occurrences de jou (vv. 57, 58). L’analyse du contenu, très détaillée (une quinzaine de pages), est suivie d’une bibliographie raisonnée. Au lieu de faire l’objet d’une présentation d’ensemble, les problèmes soulevés dans la traduction en français moderne sont discutés de manière ponctuelle dans les notes qui accompagnent le texte. Celui-ci est clair et correct (dans les 3600 premiers vers je n’ai repéré qu’un vers faux, que le manuscrit permet en effet d’amender: «De son fraint et de son ator», v. 2582, f. 18rb de N1).

3Quelques notes de lecture: pour le toilettage du texte, aux vv. 396 et 400, on lira Il (pronom de P3, et non pas II); au v. 830, m’afica exigerait la cédille; aux vv. 2874-2875, «Dites moi, fait li chevaliers, | Si vous plaist…», je proposerais S’i, tout comme aux vv. 3329-3330, «Si ne li fust el poing tourné | Jusqu’el foye l’eüst copé» (S’i, où i réfère au branc du v. 3328); quant à la traduction: v. 235, «Onques mais a roi ce n’avint», trad. ‘jamais […] le roi n’a connu une si grande déconvenue’, je remplacerais l’article défini (qui dans ce contexte renvoie nécessairement au roi Arthur) par l’indéfini; aux vv. 1232-1233, «Por ce [est l’atres ‘perilleus’] | Que c’ert [ci tox jors son ostel], trad. ‘Voilà pourquoi le cimetière est dit ‘périlleux’, car c’est ici que le diable demeure en permanence’, j’aurais adopté le futur; pour l’expression de la valeur minimale (vv. 263, 2428 et ailleurs), outre la Syntaxe de l’ancien français de Ph. Ménard, l’ouvrage de référence est celui de F. Möhren, Le renforcement affectif de la négation…, Tübingen, Niemeyer, 1980; quant aux vv. 2684-2685, «Je sai mout bien com cil s’eslongne, | Qui sa barate veut couvrir», je supprimerais la virgule à la fin du premier vers, et surtout j’ajouterais l’expression proverbiale à la liste fournie aux pp. 550-551.

4Le glossaire s’avère utile surtout lorsque la traduction s’éloigne (nécessairement!) de l’ancien français; c’est pourquoi une entrée permettrait d’éclaircir le v. 1625: «Bele, fait il, je vous kerrai» (futur P1 de croire; trad. ‘Belle, dit-il, je vous écouterai’); on complètera aussi les occurrences de cois (‘choix’, a cois au v. 2199). L’Index des noms propres est assez complet (attention! les noms des saints sont tous regroupés sous la lettre s-); parfois on aurait pu dépasser la simple glose pour expliquer l’usage topique de certaines expressions: par ex. pour «le hiaume de Pavie», v. 1346 (‘Pavie, Italie’ dans l’Index), le «hiaume a visiere de Senlis», v. 2011 (‘Senlis, ville de Picardie’), le «bai de Gascogne» du v. 2614 (‘la Gascogne’); ou pour des expressions superlatives: «N’a si bon clerc dusqu’a Paris» v. 2585 (‘Paris, Île de France’).

5On conclura avec une remarque générale, qui concerne les critères adoptés dans la collection tout entière: les notes au pied de la traduction renvoient souvent aux vers du texte sans en donner le numéro, ce qui rend parfois difficile le repérage de ceux-ci; par ex. note 1 p. 127: «Vers identique dans Le Chevalier de la Charrette, éd. cit., 4576»: le lecteur doit remonter à la traduction (‘seul et sans escorte’), puis revenir au roman et retrouver le v. 540 «Sans conpaignie et sans conduit»; la confusion augmente lorsque plusieurs vers sont en cause (ainsi, p. 149, avec un renvoi à deux vers de la Charrette; ou p. 159, pour quatre vers de Cligès; ou encore p. 193, pour deux vers d’Érec).

6Ceci dit, la qualité de l’édition de L. Mathey-Maille et D. de Carné ne fait pas de doute: leur travail permettra surtout aux non spécialistes de s’approcher d’un roman arthurien peu connu, et d’en apprécier tout à la fois la fraîcheur, voire une certaine originalité, et les effets d’échos avec d’autres textes bien plus célèbres.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, «L’Âtre périlleux, Roman arthurien du xiiie siècle, Édition bilingue établie, traduite et présentée par Laurence Mathey-Maille et Damien de Carné»Studi Francesi, 200 (LXVII | II) | 2023, 431.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, «L’Âtre périlleux, Roman arthurien du xiiie siècle, Édition bilingue établie, traduite et présentée par Laurence Mathey-Maille et Damien de Carné»Studi Francesi [Online], 200 (LXVII | II) | 2023, online dal 01 août 2023, consultato il 13 avril 2024. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/53730; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.53730

Torna su

Diritti d'autore

CC-BY-NC-ND-4.0

Solamente il testo è utilizzabile con licenza CC BY-NC-ND 4.0. Salvo diversa indicazione, per tutti agli altri elementi (illustrazioni, allegati importati) la copia non è autorizzata ("Tutti i diritti riservati").

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search