Navigazione – Mappa del sito

HomeNumeri164 (LV | II)Rassegna bibliograficaSettecentoDan Edelstein (ed.), The Super-En...

Rassegna bibliografica
Settecento

Dan Edelstein (ed.), The Super-Enlightenment: daring to know too much

Jean-Paul De Nola
p. 407-408
Notizia bibliografica:

Dan Edelstein (ed.), The Super-Enlightenment: daring to know too much, Oxford, Voltaire Foundation, 2010, X + 302 pp.

Testo integrale

1Le titre de ce volume collectif pourrait se traduire: Au-delà des Lumières: l’audace d’en savoir trop. Ce titre joue sur les mots dans deux registres: l’érudit (Kant: Sapere aude!) et le «noir» (les gangsters américains: That guy knows too much…). Cela dit, distinguons illuminés (sens surtout péjoratif: visionnaires, fantasques), illuministes ou théosophes (qui s’approchent de Dieu par des moyens surnaturels) et «philosophes» (sens prégnant: partisans des Lumières). Ce qu’on appelle Lumières en France correspond à l’Aufklärung en Allemagne et à l’Enlightenment dans les pays anglo-saxons. Mais en Italie un même drapeau («gli Illuministi») couvre les swedenborghiens et les Encyclopédistes.

2D’ailleurs, l’adhésion aux Lumières n’est pas incompatible avec l’appartenance au «dark side» du mouvement, à cet «illuminisme» plutôt mal considéré: «While undoubtedly aberrant, Pernety’s example nonetheless raises the interesting question of how Enlightenment principles could coexist, seemingly without difficulty, with those lasting currents of mysticism, magic, mythical speculation and hermeticism that persisted throughout the eighteenth century» (p. 2). Une portion non négligeable de la zone frontalière grise («grey area»), la zone la moins chimérique de l’illuminisme – textes, théories, tendances – pourrait être récupérée, propose Dan Edelstein, en la considérant comme un excès d’Enlightenment, comme un Super-Enlightenment. Cette thèse d’Edelstein est corroborée par Peter Reill (dans le domaine de l’alchimie, de l’hermétique et de l’ésotérisme) et David Bates (qui envisage le Super-Enlightenment comme un excès épistémologique). Jessica Ruskin s’intéresse à l’homme-machine de Julien Offray de La Mettrie et Liana Vardic aux «visions physiocratiques» de François Quesnay. Anthony Vidler explique l’ «illisibilité» du traité sur l’architecture de Claude-Nicolas Ledoux en le mettant en rapport avec l’Hypnerotomachia de Francesco Colonna. Fabienne Moore, dans la poésie française du xviiie siècle, différencie Enlightenment philosophique (ex. André Chénier), Enlightenment catholique (ex. Jean-Baptiste Rousseau) et Super-Enlightenment: Cazotte, Chassaignon, Mercier, Saint-Martin, Bonneville. Nathalie Bayer parle de la pénétration de la Franc-maçonnerie dans l’Empire russe et de sa difficile conciliation avec l’Église orthodoxe, tandis que Kris Pangburn présente la théorie de Charles Bonnet sur la palingénésie. Dan Edelstein, l’ «editor» lui-même de ce riche volume, explique l’intérêt de la France révolutionnaire pour l’Égypte des pharaons, patrie présumée de l’ «âge d’or». Et Tili Boon Cuillé examine les reflets en France du succès d’Ossian dans les domaines de la littérature (Mme de Staël), de la peinture (Girodet) et de l’opéra (Le Sueur).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Jean-Paul De Nola, «Dan Edelstein (ed.), The Super-Enlightenment: daring to know too much»Studi Francesi, 164 (LV | II) | 2011, 407-408.

Notizia bibliografica digitale

Jean-Paul De Nola, «Dan Edelstein (ed.), The Super-Enlightenment: daring to know too much»Studi Francesi [Online], 164 (LV | II) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 21 juin 2021. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/5623; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.5623

Torna su
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search