Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Jakemés, Le Roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel, Publication, traduction, présentation et notes par Catherine Gaullier-Bougassas

Maria Colombo Timelli
p. 144-145
Notizia bibliografica:

Jakemés, Le Roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel, Édition bilingue. Publication, traduction, présentation et notes par Catherine Gaullier-Bougassas, Paris, Honoré Champion, 2009 (CCMA 26), pp. 632.

Testo integrale

1Ce beau roman de la fin du xiiie siècle, célèbre réalisation littéraire de la légende du cœur mangé, se lisait jusqu’ici dans l’édition Matzke-Delbouille (Paris, SATF, 1936), qui a servi de base pour une traduction en français moderne par A. Petit et F. Suard (1986), et une autre en italien par A.M. Babbi (1994); Petit-Suard d’un côté et Babbi de l’autre ont aussi fourni une édition de la rédaction en prose qu’un anonyme a produite vers 1450 en milieu bourguignon (respectivement Lille 1994, et Fasano même date). C. Gaullier-Bougassas établit maintenant une édition du roman en vers fondée sur des critères scientifiques modernes, et qui comprend tous les apparats critiques qui s’imposent aujourd’hui.

2L’introduction littéraire (pp. 11-82) présente d’abord le rapport entre un auteur, ce Jakemés qui a donné son nom en acrostiche à la fin du roman, et un trouvère historique de la fin du xiie siècle, dont l’identification est discutée, transformé en héros de fiction. Dans la lignée de Jean Renard et de son Roman de la Rose, le Châtelain de Coucy englobe en effet sept chansons lyriques préexistantes: parfaitement intégrées dans l’intrigue, elles dévoilent la profondeur des sentiments et dans certains cas elles influent sur le déroulement des événements. Au-delà de l’amour courtois idéalisé, Coucy laisse percevoir quelques aspects de la réalité du xiiie siècle: tournois, certes, mais aussi quelques scènes savoureuses de la vie quotidienne, dignes d’un fabliau. L’idéal courtois y est soumis à l’épreuve de la vie réelle: C. G.-B. consacre des remarques intéressantes au rapport entre la relation adultère et l’institution du mariage, au conflit entre la fin’amor et la réalité. D’autres pages concernent le motif du cœur mangé, et donc l’histoire de Guilhem de Cabestanh, et son succès ininterrompu dans la littérature et le théâtre français jusqu’au xixe siècle, époque de la première édition du roman (Crapelet, 1829).

3Suivent la partie philologique (pp. 83-91), avec la présentation des deux manuscrits (xive siècle: comme Matzke-Delbouille, C. G.-B. choisit le ms. B, plus complet et sans doute plus proche de la rédaction originale) et des critères de son édition (plus respectueuse du texte, elle intervient beaucoup moins que ses devanciers, et offre en fin de volume, pp. 587-589, les variantes significatives du ms. A), et un long chapitre consacré à la langue de B et en particulier aux nombreux traits régionaux qui le rattachent au Nord de la France (pp. 93-111).

4L’analyse de l’œuvre (pp. 113-118) est suivie d’une bibliographie raisonnée qui prend en compte la tradition médiévale du Châtelain de Coucy au sens large: roman en vers et adaptation en prose, rapport entre littérature romanesque et lyrisme, légende du cœur mangé (pp. 119-137).

5Le texte est accompagné d’une traduction en prose, l’un et l’autre avec des notes en bas de page: pour les vers il s’agit de l’apparat critique, pour la prose de commentaires lexicaux ou de notes historiques et littéraires (pp. 139-585). Quant au glossaire (pp. 591-623), si certains lemmes paraissent superflus (par ex. crupière, v. 1199, glosé par «croupière», exactement comme dans la traduction, p. 207), d’autres permettent de mieux comprendre les mots individuels, surtout lorsque la traduction s’éloigne nécessairement du texte en ancien français. Pour les termes d’héraldique, assez nombreux et souvent opaques pour le lecteur moyen, le glossaire intègre des informations tirées du Traité de Michel Pastoureau (1979). L’index des noms propres occupe les pp. 625-630.

6Conformément à son propos, une fois encore la collection des «CCMA» offre une édition sûre et une traduction très agréable d’un texte qui mérite certainement une diffusion plus large, en dehors du cercle des médiévistes.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Jakemés, Le Roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel, Publication, traduction, présentation et notes par Catherine Gaullier-Bougassas »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 144-145.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Jakemés, Le Roman du Châtelain de Coucy et de la Dame de Fayel, Publication, traduction, présentation et notes par Catherine Gaullier-Bougassas »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 14 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/5848

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals