Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Philip Stewart, L’Invention du sentiment: roman et économie affective au xviiie siècle

Regina Bochenek Franczakowa
p. 166
Notizia bibliografica:

Philip Stewart, L’Invention du sentiment: roman et économie affective au xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 2010 (SVEC 2010:02), pp. 250.

Testo integrale

1Le genre sentimental du xviiie siècle a déjà été suffisamment exploré, surtout en ce qui concerne la deuxième moitié du siècle; l’auteur se propose d’examiner le phénomène à ses débuts, dans la période du matin des Lumières. Sans être sentimentale, «l’ère de Prévost et de Marivaux […] est bien l’ère du sentiment», affirme à juste titre Philip Stewart (p. 3). L’analyse porte donc sur la nouvelle manière de comprendre et d’exprimer le sentiment qui a peu à peu pénétré dans le roman français après 1700. L’A. établit d’abord les bases épistémologiques: il trace l’évolution que le mot «sentiment» a connue depuis le xviie siècle, examine le rapport entre le lexique et le sentiment prenant en considération les différences entre les cultures et les époques, rappelle les idées de Descartes et des écrivains de l’âge classique sur les passions, présente enfin les changements qui se sont opérés au tournant du siècle dans la philosophie ainsi que dans le goût du public, qui cherche des sentiments nouveaux dans l’art. La perspective de cette approche est délibérément fondée sur les acquis des théories psychologiques modernes, ce qui permet à l’A. de considérer les œuvres littéraires dans leur valeur cognitive, celle qui approfondit la connaissance du psychisme humain: le récit à la première personne s’y prête à merveille. L’analyse, menée avec une grande finesse et perspicacité, des romans de l’abbé Prévost, Marivaux et Claude Crébillon, fait ressortir ce qui distingue la façon dont ces auteurs représentent et expriment les sentiments: l’attrait de l’infortune chez le premier, l’art de la nuance chez le second, le désir de sincérité chez le dernier font partie des contrats de lecture différents; ce qui leur est commun, c’est «la réorientation du roman, et avec lui toute la sensibilité de la littérature française du xviiie siècle» (p. 157).

2L’A. s’intéresse aussi à l’évolution du mot «sentiment» tout au long du siècle: l’influence de Richardson, mais encore, de la comédie «larmoyante» dans les années 1730-40, jointe à la réflexion philosophique tendant à fusionner l’affect et la sensation en un tout, le «sentiment moral» – tout cela mène à une nouvelle manière de concevoir et de représenter les sentiments, à considérer en rapport avec «tout un mouvement qui voudrait trouver une moralité séculière qui soit sûre et, si possible, universelle» (p. 189). À la fin du volume, le lecteur trouvera en «Appendices» des «Éléments de vocabulaire: ébauche d’une étude du lexique affectif» (pp. 211-235), et deux «Tables» fort intéressantes et instructives: l’une comparative, qui inventorie la distribution des mots affectifs dans cinq romans (La Vie de Marianne, Le Philosophe anglais, Les Égarements du cœur et de l’esprit, Les Heureux Orphelins et La Nouvelle Héloïse) et l’autre qui présente le vocabulaire affectif dans un seul roman, La Vie de Marianne. Dans les réflexions qui introduisent ces inventaires, l’A. communique ses perplexités quant à la méthode: celle-ci est forcément limitée, car l’expression des sentiments «est souvent oblique» (214); elle permet néanmoins de rendre compte de l’histoire de l’expression affective.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Regina Bochenek Franczakowa, « Philip Stewart, L’Invention du sentiment: roman et économie affective au xviiie siècle »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 166.

Notizia bibliografica digitale

Regina Bochenek Franczakowa, « Philip Stewart, L’Invention du sentiment: roman et économie affective au xviiie siècle »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/5937

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals