Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Jean-Louis Haquette, Echos d’Arcadie. Les transformations de la tradition littéraire pastorale des Lumières au romantisme

Jean Paul De Nola
p. 169
Notizia bibliografica:

Jean Louis Haquette, Echos d’Arcadie. Les transformations de la tradition littéraire pastorale des Lumières au romantisme. Paris, Garnier, 2009 («Perspectives comparatistes», 2), pp. 410.

Testo integrale

1La littérature arcadienne occupe en Europe, du xve au xviie siècle, un terrain fort étudié et bien connu. Les textes fondateurs du genre – des Idylles de Théocrite aux Bucoliques de Virgile – sont désormais des classiques. Ce qui est beaucoup moins connu, c’est le sort que ce riche filon littéraire connut au xviiie siècle et dans la première moitié du xixe. Jean-Louis Haquette nous offre, sur le plan des littératures française, anglaise et allemande, une vaste et minutieuse enquête comparatiste sur l’évolution de ce genre, qu’il préfère appeler pastoral plutôt qu’arcadien, champêtre, bucolique, rustique ou idyllique.

2Avec le gros succès imprévu des Idyllen (1756) du Suisse alémanique Salomon Gessner et avec la mode des jardins à l’anglaise – que notre critique appelle «jardins paysagers» –, fausses chaumières, fausses bergeries et fausses ruines à l’appui, l’inspiration pastorale prend vers 1770 une nouvelle vigueur. L’engouement pour Gessner était lié à un style pastoral simple et naturel, qui battait en brèche les églogues rococo de Fontenelle, trop artificielles, mais qui évitait aussi l’écueil de la rusticité.

3En Angleterre George Crabbe, auteur de The Village (1783), critiquera violemment les églogues aplaties sur la galanterie «chimérique». Wordsworth, en inaugurant le romantisme anglais par sa préface des Lyrical Ballads (1798), confirmera la nécessité de peindre d’après la nature plutôt que d’après l’idéal. En Allemagne cette tendance est illustrée par la Luise de Johann Heinrich Voss, par les romans de Jean-Paul Richter et par Hermann und Dorothea de Gœthe.

4En France on note vers 1780 un regain d’intérêt pour la pastorale dramatique (dans le sillage de l’Aminta du Tasse et du Pastor fido du Guarini), au détriment de l’églogue. Mais il faudra attendre les romans champêtres de George Sand pour voir triompher la synthèse du raffinement et de la ruralité. Dans cette attente, une troisième voie émerge. Graduellement les bergers et les pastourelles, qu’ils soient poudrés et enrubannés, ou bien présentés avec un réalisme qui glisse dans la satire, disparaissent de la scène pour céder la place à la figure du poète-paysan; la belle nature sera considérée dans la perspective de sa vocation agricole ou bien comme objet de promenades romantiques.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Jean Paul De Nola, « Jean-Louis Haquette, Echos d’Arcadie. Les transformations de la tradition littéraire pastorale des Lumières au romantisme »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 169.

Notizia bibliografica digitale

Jean Paul De Nola, « Jean-Louis Haquette, Echos d’Arcadie. Les transformations de la tradition littéraire pastorale des Lumières au romantisme »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 14 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/5946

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals