Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Léonard Burnand, Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au xviiie siècle

Jean Paul De Nola
p. 176
Notizia bibliografica:

Léonard Burnand, Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au xviiie siècle, Paris, éditions classiques Garnier, 2009, pp. 410.

Testo integrale

1À trois reprises Ministre des Finances – plus exactement Directeur du Trésor Royal, puis Contrôleur général des Finances – de Louis XVI, Jacques Necker fut en butte à de furieuses contestations. Celles-ci étaient confiées à une foule de pamphlets, libelles, satires et autres “nouvelles à la main”. La campagne dénigrante se déclencha à trois reprises, coïncidant avec les trois mandats ministériels de Necker: 1776-1781, 1788-1789, 1789-1790.

2La première polémique regardait la question du blé, qui opposait deux écoles: les Physiocrates (ou “Economistes”), favorables à la libre circulation des marchandises, et les protectionnistes (qui prétendaient l’intervention de l’état dans le commerce céréalier). Necker adhérait à cette tendance-ci (cf. Sur la législation et le commerce des blés, 1775), contrairement à son prédécesseur Turgot, comme dans le passé Colbert avait pris le contre-pied de Sully et comme, au xxe siècle, Keynes résistera à la doctrine de Friedman.

3En un second temps la cabale porta plutôt sur la fonction prestigieuse échue à Necker. En principe, elle devait être exercée par un Français, catholique, noble, “financier” – on entendait trésorier, receveur ou fermier général – et, évidemment, monarchiste. Or, notre Genevois était étranger, protestant, roturier et banquier, et il était né dans une République! Il eut le tort de publier, pour la première fois dans l’histoire de France, la liste des recettes et dépenses de l’état (Compte rendu au Roi, 1781) et de préconiser l’institution d’Assemblées provinciales.

4La position de Necker devient beaucoup plus difficile dans la période des troubles insurrectionnels. Les royalistes extrêmes le considéreront comme le “fourrier de la Révolution”, tandis que pour les soi-disant “patriotes” il représentera l’arrière-garde de la réaction. Cet homme probe fut victime de ce qu’on appelle aujourd’hui un “lynchage médiatique”.

5L’auteur de cet essai sur Les Pamphlets contre Necker a eu un double mérite. Il a mis en lumière tout un pan de la littérature mineure du xviiie siècle, qui, certes, ne présente pas les mêmes mérites que les chefs-d’œuvre classiques, mais qui, par l’ample diffusion – généralement clandestine – et par le retentissement populaire dont elle a joui, a contribué à former l’état d’esprit d’une époque. En second lieu Léonard Burnand a consulté des centaines d’écrits polémiques et de publications savantes, mais aussi des dizaines de sources manuscrites conservées dans les bibliothèques et archives de France, de Suisse et même des états-Unis (Harvard).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Jean Paul De Nola, « Léonard Burnand, Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au xviiiesiècle »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 176.

Notizia bibliografica digitale

Jean Paul De Nola, « Léonard Burnand, Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au xviiiesiècle »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 09 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/5968

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals