Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Jean-Jacques Hamm, Armance, ou la liberté de Stendhal

Michel Arrous
p. 184
Notizia bibliografica:

Jean Jacques Hamm, Armance, ou la liberté de Stendhal, Paris, Honoré Champion, 2009, pp. 272.

Testo integrale

1Jean-Jacques Hamm s’est proposé de relire Armance, non plus comme un livre insatisfaisant, souvent dénigré parce que mal lu, mais comme un roman d’une forme nouvelle, en rupture avec tous les romans de l’époque, comme René, Adolphe, Ourika, etc… Disons d’emblée que le but a été atteint et qu’en bien des endroits ce livre témoigne d’une attentive lecture de toute l’œuvre de Stendhal, doublée d’ailleurs par une réflexion sur la figure de l’auteur «qui se fait a posteriori de l’œuvre et à travers elle». Sans pour autant négliger l’arrière-plan, par exemple De l’Amour, la genèse d’Armance, entre l’Olivier de Mme de Duras et la supercherie de Latouche, est rapidement retracée. Est aussi analysé un ensemble de textes «contigus et parallèles» constitué par l’Avant-propos, le sous-titre, les épigraphes, les notes infra-paginales, les marginalia; en revanche, l’éventuelle fonction allusive du titre, souvent glosée, est rejetée. De l’inévitable lettre-piège à Mérimée, bien sûr mentionnée puisqu’elle a «stérilisé l’imaginaire critique pendant presque cent cinquante ans», il est rappelé qu’elle «indique une intention d’auteur [qui] n’est nullement garante du sens». Dans son étude des protagonistes, J.-J. Hamm tente une herméneutique d’Octave et d’Armance que rapprochent de frappantes analogies tant leur comportement est en parallèle: singularité et dualité pour le premier, complexité pour la seconde en tant que double féminin et positif d’Octave. Tous deux doivent préserver un amour menacé «par les interférences et les mécanismes du jeu social». Signalons particulièrement les remarques sur la théâtralité du récit, sur les rapports avec la politique et la réalité contemporaines (quasi inexistants dans les deux Olivier), sur la chronologie et la spatialisation. L’investigation ne néglige pas la recherche stylistique ni la question de l’inachèvement, en fait du mi-dire, qui caractérise les héros et le narrateur. Il en va de même pour l’accueil et l’interprétation de ce roman longtemps incompris, jugé invraisemblable ou illisible, le rapport de Stendhal au public et à son public rêvé (qui doit être à la hauteur!). À l’exception de Rod qui, en 1892, l’analysa d’une manière positive, il faudra attendre la préface de Gide, en 1925, pour que la tendance se renverse. L’étude de J.-J. Hamm montre ce que ce roman, à la fois fermé et ouvert, a d’indécidable.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Michel Arrous, « Jean-Jacques Hamm, Armance, ou la liberté de Stendhal »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 184.

Notizia bibliografica digitale

Michel Arrous, « Jean-Jacques Hamm, Armance, ou la liberté de Stendhal »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 07 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6000

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals