Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento b) dal 1850 al 1900

Albert Thibaudet, Intérieurs

Mireille Brangé
p. 205-206
Notizia bibliografica:

Albert Thibaudet, Intérieurs, Paris, Gallimard, 2010 («Les Cahiers de la nrf»), pp. 258.

Testo integrale

1Intérieurs (1924) eut pour occasion les centenaires respectifs de Baudelaire, Fromentin et Amiel, propices selon l’A. (1874-1936) aux «procès d’incorporation au Grand Être littéraire». Il la connaît à son tour dans le domaine critique avec un regain d’intérêt pour sa méthode combinant histoire littéraire et analyse thématique dont témoigne, après les travaux de Michel Leymarie, Antoine Compagnon et Floyd Gray, cette reparution assortie d’une solide présentation et de notes de Robert Kopp. 

2La «génération» sert à rapprocher ces auteurs. Celle de 1850 est réaction à la génération romantique d’esprits «supérieurement armés pour la critique», avant tout d’eux-mêmes, et écrivant leur «sentiment amer d’impuissance». Ils incarnent aussi la «division tripartite» du monde littéraire français «Paris, province, étranger», ce qui permet de «réunir comme trois visages symboliques et complémentaires de la durée littéraire française» (pp. 28-34). Mais cet esprit classificateur n’empêche pas l’A. d’être sensible aux «tendances» de chacun grâce à une conversation empathique avec l’œuvre dont il cherche à épouser l’élan créateur.

3Avant Benjamin, il voit en Baudelaire, poète de Paris et de «la mise à nu de l’âme dans une grande ville» (p. 40), l’inventeur d’une poésie urbaine au regard de la tradition poétique et de la réaction contemporaine de Mistral. Et de rapprocher son mouvement «d’un dehors à un dedans, […] d’une nature à un cœur» (p. 48) de celui de Racine après Corneille.

4Côté rive gauche – déjà «côté province», Fromentin, peintre d’un «Orient sans romantisme» (p. 103), écrivit pareillement Un Été dans le Sahara. L’analyse de son rendu de la lumière algérienne rapproché du Lorrain et de Poussin et du souci d’une «prise de possession par l’intelligence» éclaire plus que son orientalisme, le goût français. Les mêmes artistes moirent l’analyse de Dominique, roman des ambitions décroissantes, aux «ressources épaisses et durées lentes de la province» (p. 33), où la vie est saisie tel un paysage, close et au moment «où elle appartient à un passé étendu pour une intelligence» (p. 170).

5Amiel est «l’étranger». Le jugement parisianiste des contemporains a un fondement plus subtil: il écrit pour lui-même quand la littérature française, fût-elle du moi, se définit essentiellement comme une littérature «pour autrui» (p. 212). Son Journal est moins l’expression d’un moi que le moyen de le maintenir dans une «matière inhumaine, bloc de glace lucide, éternelle» (p. 183), une «hypnose […] pour se dépersonnaliser» (p. 214) et atteindre une forme de non-être.

6Chaque étude réfléchit la méthode de l’A.: la sensibilité au détail de Fromentin et sa capacité à «faire entrer ce détail dans un ordre» (p. 111) est un modèle de «critique créatrice». Dans l’éloge de qualités absentes chez Amiel, il se peint en «gourmet» au goût «spirituel et charnel» (p. 206). Ses rapprochements brossés mais jamais infondés, et jadis anticipateurs, ébauchent des «lois analogues» régissant, au gré des générations successives, le goût et l’espace littéraire français.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Mireille Brangé, « Albert Thibaudet, Intérieurs »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 205-206.

Notizia bibliografica digitale

Mireille Brangé, « Albert Thibaudet, Intérieurs »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 02 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6070

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals