Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Novecento

La cultura francese in Italia all’inizio del xx secolo. L’Istituto Francese di Firenze. Atti del Convegno per il centenario (1907-2007), a cura di Maurizio Bossi, Marco Lombardi, Raphaël Müller

Mireille Brangé
p. 206-207
Notizia bibliografica:

La cultura francese in Italia all’inizio del xx secolo. L’Istituto Francese di Firenze. Atti del Convegno per il centenario (1907-2007), a cura di Maurizio Bossi, Marco Lombardi, Raphaël Müller, Firenze, Olschki, 2010 («Gabinetto scientifico letterario G. P. Vieusseux - Studi», 19), pp. 240.

Testo integrale

1Le recueil rassemble les actes du colloque du centenaire de l’Institut Français de Florence (IFF). Avec une progressive focalisation, il présente la présence culturelle française en Italie au début du xxe siècle, puis le contexte florentin, enfin le modèle du premier centre culturel français à l’étranger. Les perspectives sont diverses: histoire de la littérature, des méthodes d’apprentissage des langues et des relations internationales politiques et culturelles. L’unité étant assurée par la figure du fondateur et animateur de l’IFF jusqu’en 1920, Julien Luchaire. Isabelle Renard, dans L’IFF. Un épisode des relations culturelles franco-italiennes au début du xxe siècle (pp. 151-163), est la plus exhaustive, mais tout le recueil est un portrait en mosaïque de cet universitaire, dont l’éditeur proposa la première édition complète des mémoires (Confession d’un français moyen, 1965).

2Dans la première section, Daniel J. Grange restitue l’évolution complexe des relations entre les deux pays entre 1880 et 1915 dans La France et l’Italie au début du xxe siècle. Rivalités méditerranéennes et fraternité latine (pp. 3-12). Nadia Minerva replace Le Français en Italie à l’aube du xxe siècle (pp. 13-26) et met en perspective programmes, méthodes et buts de son enseignement avec la politique éducative italienne, tandis que Raphaël Müller se penche sur les stratégies des Éditeurs italiens entrepreneurs de culture française au début du xxe siècle (pp. 27-40). Blaise Wilfert-Portal dans Le Voyage, le salon, la nation. Romain Rolland et l’Italie (pp. 41-54) et Gilles Ferragu dans Diplomatie culturelle ou diplomatie cultivée? (pp. 55-66) posent cependant les limites d’une vision idyllique d’une société intellectuelle cosmopolite, en réalité fortement nationalisée, ainsi que de la notion de «diplomatie culturelle», très sous-estimée par l’Ambassade, l’action des institutions culturelles françaises (IFF, École Française de Rome, Villa Médicis) relevant plutôt d’une diplomatie cultivée et informelle.

3La section consacrée à Florence propose un panorama de la vie culturelle dans laquelle s’insère l’IFF. Laura Desideri s’intéresse aux Libri e lettori francesi prima della nascita dell’IFF. Il gabinetto G. P. Vieusseux (pp. 69-77). Marino Biondi (Le fraternità elettive, pp. 79-94) évoque les rapports avec la culture française (plus spécifiquement Sainte-Beuve, Proust, Thibaudet, Péguy, Rolland) de personnalités comme Serra, Cecchi, Soffici et Prezzolini. Ces deux derniers, avec Marinetti, sont au centre de l’étude de Mario Richter sur Le avanguardie a Firenze (pp. 95-105) et sur leur rapport d’attraction-répulsion avec la France. Il y étudie en particulier la revue «Lacerba» et les développements du futurisme à Florence pendant la Guerre. Giovanna De Lirenzi s’intéresse à Firenze, la Francia e le arti figurative tra Otto e Novecento (pp. 107-121) et aux tentatives, autour de l’IFF, de promouvoir une idée de modernité, qui, contre les ruptures des avant-gardes, créerait un nouvel Humanisme, dont Florence apparaît le berceau idéal. De son côté, Fiamma Nicolodi étudie les Scambi tra la cultura musicale francese e italiana a Firenze nel primo Novecento (pp. 123-147) à travers l’activité musicale de l’IFF, ses relations avec le milieu musical florentin et le rôle de R. Rolland. L’IFF come centro d’insegnamento dell’italiano e del francese (1907-1920) (pp. 165-177) de Marco Lombardi contextualise l’enseignement du français à l’IFF, à usage professionnel technique, mais aussi politique et diplomatique, et présente ses méthodes d’avant-garde pour l’enseignement des langues. Sandrine Iraci étudie L’IF de Naples. L’extension de la politique française en Italie du sud au lendemain de la première guerre mondiale (pp. 181-194), à partir du modèle de l’IFF.

4Le recueil se conclut sur la transcription de la table ronde du colloque où François Roche, Jean-Claude Waquet, Jean-François Chauvard, Maria Luisa Premuda et Maurizio Bossi envisagent la situation de l’IFF et les perspectives qui s’offrent à lui dans un contexte de restrictions du périmètre de l’action culturelle et éducative française à l’étranger.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Mireille Brangé, « La cultura francese in Italia all’inizio del xx secolo. L’Istituto Francese di Firenze. Atti del Convegno per il centenario (1907-2007), a cura di Maurizio Bossi, Marco Lombardi, Raphaël Müller »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 206-207.

Notizia bibliografica digitale

Mireille Brangé, « La cultura francese in Italia all’inizio del xx secolo. L’Istituto Francese di Firenze. Atti del Convegno per il centenario (1907-2007), a cura di Maurizio Bossi, Marco Lombardi, Raphaël Müller »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 12 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6075

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals