Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Novecento

Béatrice Mousli, Philippe Soupault

Mireille Brangé
p. 212-213
Notizia bibliografica:

Béatrice Mousli, Philippe Soupault, Paris, Flammarion, 2010 («Grandes biographies»), pp. 512.

Testo integrale

1Achevant son projet de triptyque, l’A. inscrit cette biographie dans la veine et dans la collection de ses précédentes biographies de Valery Larbaud (1998) et de Max Jacob (2005). S’il n’y a pas d’autre lien explicitement établi entre eux que des rencontres et des collaborations circonstancielles, ils partagent un éclectisme mêlé de désinvolture à l’égard des carrières et des surenchères qui leur sont nécessaires. «À dessein et par inadvertance» (p. 11), ces trois figures pourtant centrales se sont tenues dans une ombre relative nuisant à la reconnaissance de leur œuvre. Des trois, Soupault poussa le plus loin dans la voie des fantômes, auxquels «on en veut de n’être pas plus stables, ne pas savoir jouer des coudes» (Journal d’un fantôme, 1946, cité p. 386). Il apparaît, dans le Manifeste du Surréalisme, s’enquérant auprès des concierges si un dénommé Ph. S. habite bien leur immeuble. Il n’est pas inutile de rappeler ces éléments pour envisager le mérite et la difficulté d’une biographie d’un auteur lié au dadaïsme et fondateur du surréalisme, mais dont le reste du parcours apparaît plus diffus. Il y avait eu un livre de B. Morlino, mais l’A. propose donc une biographie plus fouillée et nombre de documents inédits, pour essayer de substituer la cohérence d’une œuvre à la réputation de passage météoritique, d’effleurement perpétuel, de polygraphie.

2L’A. permet tout d’abord de saisir la place complexe de Soupault dans le surréalisme, dont il fut «la mauvaise conscience faite homme» (p. 197). Adoubé par Apollinaire, qu’il présente à Breton et Aragon rencontrés en 1917, fondateur de «Littérature» (1919) et co-rédacteur avec Breton des Champs magnétiques, il est aussi parmi eux le découvreur de Lautréamont. L’ami des errances nocturnes dans Paris et des farces érigées en “aventures” est néanmoins rétif aux personnalités tapageuses, à la mainmise de Breton sur «Littérature» et aux exercices jugés imposés. Il s’éloigne dès 1922 de «Littérature» et se retire du mouvement en 1926, précédant de quelques instants son exclusion officielle. Il ne quitta jamais le surréalisme, mais s’effaça seulement du mouvement, et les anciennes amitiés, éloignées, ne furent jamais rompues. C’est ce rapport réservé et complexe, autant que profond et constant, que retrace Béatrice Mousli.

3Elle restitue aussi, avec force détails, l’éclectisme reproché, mais assumé par Soupault: son rapport avec la littérature instituée ou avec le journalisme; sa passion du cinéma et de la littérature américaine; son activité de directeur de revue («La Revue européenne»), d’éditeur (au Sagittaire) ou d’homme de radio. Elle retrace son rejet de la bourgeoisie d’origine, son engagement communiste, sans carte, son œuvre à la radio auprès du Front Populaire, qui le conduira d’abord en prison pour haute-trahison, puis auprès de la France Libre en Amérique. C’est le portrait d’un homme qui épousa son siècle (1897-1990) sans cesser de vouloir lui échapper, autant qu’à lui-même.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Mireille Brangé, « Béatrice Mousli, Philippe Soupault »Studi Francesi, 163 (LV | I) | 2011, 212-213.

Notizia bibliografica digitale

Mireille Brangé, « Béatrice Mousli, Philippe Soupault »Studi Francesi [Online], 163 (LV | I) | 2011, online dal 30 novembre 2015, consultato il 05 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6095

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals