Navigazione – Mappa del sito
Testi inediti e documenti rari

Pierre Naville. Lettere inedite (febbraio 1991-aprile 1993)

Dora Bienaimé
p. 275-292

Testo integrale

1L’avventura intellettuale di Pierre Naville (1904-1993) rimane oggi iscritta nella sua opera, una quarantina di volumi dedicati ad un’attività multiforme ed incessante: surrealismo e impegno politico nel Partito Comunista francese sono le due principali direttrici dei primi anni. Dal 1928 al 1938 sostiene la linea di dissidenza trotskysta del PCUS e aderisce alla IV Internazionale. Almeno fino al 1941, si occupa di sociologia del lavoro, di economia politica, del problema degli armamenti, di sovietologia. Ma nel primo dopoguerra aderisce all’Union de Gauche Socialiste, e poi passa al PSU.

2Continua ad occuparsi di psicologia sociale tra il 1945 e il 1948. Nel 1950 scrive due opere sulla guerra del Vietnam e sulla Cina comunista. Introduce in Francia Clausewitz, tradotto da Denise Lévy, sua moglie e sua compagna nel movimento d’opposizione trotskysta.

3Negli anni successivi dirige, al C.N.R.S., le ricerche sulla sociologia del lavoro a partire da Marx e Engels. Nel 1967, si reca a Cuba con Michel Leiris e Aimé Césaire. Nel 1976 termina i 6 volumi iniziati nel 1959 col titolo Le nouveau Léviathan, un’opera filosofica sul socialismo di Marx e sulla burocrazia sovietica (tradotto in italiano presso le edizioni Jaca Book).

4Dopo il 1975 si ritira a vita privata scrivendo le sue memorie in due volumi: Le temps du surréel (1977) e Mémoires imparfaites (Le Temps des guerres) nel 1987.

5L’opera giovanile di Naville surrealista e la sua attività politica sono illustrate molto sommariamente in tutti i volumi dedicati alla storia del surrealismo. È quindi utile ricordarle e corredarle con le sue Memorie per il segno profondo che esse hanno lasciato anche nella sua tarda età quando io l’ho incontrato il 21 maggio 1991.

6A 87 anni Naville era ancora molto legato alle sperimentazioni del surrealismo, in particolare alla Scrittura automatica e agli automatismi della vita moderna. E ciò non sorprende se, a soli vent’anni, veniva citato da André Breton “tra coloro che hanno dato prova di surrealismo assoluto” nel Manifeste. Evidentemente anche per le sue prime amicizie. Nel luglio 1924 ha conosciuto Louis Aragon, Robert Desnos, Marcel Moll, Francis Gérard. Ancora non conosceva, ma ammirava Paul Éluard che stava rientrando in Francia dopo aver compiuto un viaggio senza meta e senza reale interesse a Tahiti, a Giava, a Saigon, a Singapore. «Je suis entré dans le surréalisme par le porche que venait d’ouvrir la disparition de Paul Éluard» scrive Naville in Le temps du surréel (Paris, Éditions Galilée, 1977, p. 66). Sempre nel 1924 aveva fondato, insieme a Soupault, Gérard, Max Jacob e Cendrars la rivista d’avanguardia «L’Oeuf dur», che ebbe vita breve, scrivendo poesie assai vicine al suo testo automatico Les Reines de la main gauche (1924), una brochure del mese di aprile in 300 esemplari, praticamente introvabile per decenni e successivamente da lui inserita nel suo volume Le temps du surréel.

7Nel 1925 frequenta anche Breton, Philippe Soupault, Éluard, Benjamin Péret, Jacques Baron e Antonin Artaud. Quando nasce «La Révolution surréaliste», la dirigono, per i primi tre numeri, Péret, “déjà marqué par un tempérament irréductible” et “moi, qui n’étais que promesse et volonté”.

8La poesia, la prosa poetica, d’accordo, ma anche dei contenuti che esprimessero una rivoluzione sociale. «Nous étions à la recherche de feux plus terrestres, d’un merveilleux plus explosif» rispetto alle stelle scintillanti di dada (Le temps du surréel, p. 103)

9Tra la fine del 1924 e il 1925, la Centrale surrealista, precisa Naville, «était nichée» al n° 15 di Rue de Grenelle in un locale affittato e non posseduto da suo padre, il banchiere Arnold, il quale «encore moins» possedeva «un ancien hôtel des ducs de Larochefoucauld» (Le temps du surréel, p. 498).

10Nasce qui anche il Bureau de recherches surréalistes diretto, prima da Gérard e poi da Artaud.

11Tra quadri d’autore e foto di Man Ray vi confluivano raccolte di testi automatici opere di Aragon, Breton, Péret, Naville, René Crevel, insieme a copie invendute della «Révolution surréaliste». Renée Naville, sorella dello scrittore (sposa in prime nozze del regista Yves Allégret e successivamente di Pierre Minet, romanziere, poeta, disegnatore, afferente alla cerchia di «Le Grand Jeu») che io avevo conosciuta a Nîmes nel 1984 per il centenario della nascita di Jean Paulhan, mi descriveva questo ambiente come un deposito (ovviamente dopo la cessazione dell’attività del Bureau nel marzo 1925) dove le copie invendute della «Revolution surréaliste» venivano utilizzate come carta da pacchi. Con una sua lettera del 20 aprile 1990, Renée mi chiariva in dettaglio l’ubicazione della dimora paterna: «C’est chez mon père Arnold Navílle, qu’est née “La Révolution surréaliste” – au 15 Rue de Grenelle dans le bel hôtel de Bérulle (correspondant de René Descartes) qui lui appartenait et où nous habitions – dans un local au fond de la cour qu’il avait donné à son fils Pierre».

12Considerando il mio interesse per il Movimento, fu Renée a consigliarmi di mettermi in contatto con suo fratello, «un savant» mi diceva. Inoltre, allora Pierre Naville era l’ultimo scrittore surrealista ancora in vita. Ancora in vita, e forse è utile ricordare da quale intensità di vita fu animato.

13Appena ventenne firma il volantino di Artaud, la Déclaration du 27 Février 1925, in cui si auspica la liberazione totale della mente, documento che precede le lettere collettive dei surrealisti contro la giustizia, l’esercito, il clero, gli accademici, i direttori dei manicomi. Nel contempo si fa strada nel gruppo, l’idea che «La Révolution surréaliste», diretta da Naville e da Péret (fine 1924-1925) debba orientarsi politicamente. Durante il servizio militare, nella primavera del 1925, Naville distribuisce a suo rischio e pericolo i primi volantini contro la guerra del Marocco. Questa sua attività di pratico intervento, una volta espulso dal PCF, continuerà dal 1929 al 1939, a sostegno del grande statista Trotsky in esilio.

14Nel 1925, a metà maggio, Breton assumerà la direzione della Rivista trasferendola in Rue Fontaine.

15Nel 1926 Naville aveva cercato di esortare i Surrealisti ad impegnarsi politicamente con uno scritto memorabile, La Révolution et les Intellectuels che, momentaneamente, non aveva favorito la decisione di Breton, il quale aderirà al PCF solo nel 1927, insieme a Éluard, Aragon, Péret e Unik.

16Tra il 1926 e il 1927 Naville collabora alla rivista paracomunista «Clarté», diretta da Jean Bernier e Marcel Fourrier in accordo col gruppo di «Philosophie» e dei surrealisti francesi e belgi («Correspondance»). Insieme, queste organizzazioni si battono contro la guerra del Riff e per una rivoluzione concepita “nella sua forma sociale” contro l’asservimento dell’uomo da parte dell’uomo.

17Nel 1927 si reca a Mosca, come delegato del partito. Qui incontra Trotsky appena radiato dal PCUS. A sua volta, l’anno dopo, Naville sarà espulso dal PCF per devianza trotskysta.

18Le strade di Naville e di Breton divergono ormai, a causa – scrive Breton – dell’impegno politico esclusivo di Naville che collabora alla costruzione della Ligue Communiste, sezione francese della IV Internazionale. Contemporaneamente a Breton, ma separatamente, egli si era reso conto prestissimo degli effetti della “stalinizzazione” e delle repressioni in Unione Sovietica, mentre continuerà ad essere uno dei fiduciari di Trotsky in Francia.

19Nel 1929 aveva rotto i rapporti con Breton a causa del Secondo Manifesto, in cui Naville veniva definito come «un éminent reptile», affamato di protagonismo, tutto dedito a dirigere testate di sinistra, tra le quali «Jeunesses Communistes» e «Lutte de classe». Tutto ciò anche col sostegno finanziario – scrive Breton – derivatogli dalla ricchezza di suo padre, il banchiere Arnold Naville (tra l’altro noto allora come il più illustre bibliografo delle opere di André Gide). Il fatto è che già tra il 1924 e il 1925, Naville temeva che il surrealismo si arenasse in una deriva esclusivamente idealistico-estetizzante. I due scrittori riprenderanno i contatti dieci anni dopo.

20Le lettere inedite a me inviate da Pierre Naville, qui di seguito trascritte e corredate da note, costituiscono un insieme di informazioni, riflessioni, riferimenti specifici alla sua attività vastissima di studioso del materialismo francese (D’Holbach, Sade), di critico della letteratura, del suo ruolo di sociologo e di politico militante e – prima ancora – di surrealista. Esprimono soprattutto certezze, certezze incrollabili.

21L’occasione è nata prima del nostro incontro del 21 maggio 1991. Mi interessavo da alcuni anni alla difficile e sofferta interconnessione di surrealismo e politica e, nell’anno accademico precedente avevo tenuto all’Università di Siena (Facoltà di Scienze politiche e Facoltà di Lettere), un corso su questo problema. Nell’anno accademico successivo, avrei circoscritto l’argomento, centrandolo su Naville surrealista, per la facoltà di Scienze Politiche.

22Considerando la mia lettera di presentazione precedente al nostro incontro, in un’ora e mezza Naville non mi ha fatto nessuna domanda, eccetto come avevo conosciuto sua sorella. Con lei aveva interrotto ogni rapporto da più di trent’anni, ma non con Georges, suo figlio. Avevo tante domande da rivolgergli ma poche sono state le possibilità di inserirmi nel flusso pacato e inarrestabile delle sue parole. Ho accennato all’esposizione allora in corso a Parigi al Centre Pompidou: André Breton, le regard magnétique. Naville non vi si era recato. Se ne guardava bene: «Queste celebrazioni sono insostenibili per chi ha vissuto insieme ai surrealisti». Rifuggiva da «tutta quella polvere del tempo posata sugli oggetti più fragili». Ma per Breton ebbe sempre stima ed affetto fino al 1929. Mi diceva di non avergli mai perdonato l’affronto della sua denigrazione espressa nel Secondo Manifesto. Solo nel 1938, mi disse di essersi reso garante presso Trotsky, dell’assoluta affidabilità di Breton in partenza per il Messico.

23Mi parlava dell’Italia con grande animazione. Nel 1921, a 17 anni dopo la licenza liceale, suo padre gli aveva offerto un soggiorno in Italia. A Milano, allora in pieno clima fascista, ancora non si era reso conto di ciò che si preparava per il prossimo ventennio. Non capiva, così come alcuni anni dopo sua sorella Renée, la quale mi disse che proprio a Milano, qualcuno le aveva alzato il braccio perché, in piazza, facesse il saluto fascista. Naville conosceva bene l’italiano essendosi recato nel nostro paese tante volte per congressi e traduzioni di opere sue. Un grazie all’Italia per aver tradotto ben undici suoi libri e per averlo fatto conoscere. Tanto più che in Francia – aggiunse – non esiste su di lui una monografia, piccola o grande che sia, e neppure oggi esiste, forse anche perché la sua opera è così vasta e ricopre campi diversi – dal surrealismo alla sociologia del lavoro, alla sovietologia, alla questione degli armamenti. Mi diceva di guardare ancora con attenzione gli apparati bellici e le strategie dispiegate dalle nazioni e quindi degli stati a sistema capitalistico durante le due guerre mondiali, per arrivare a formulare l’ipotesi che le rivoluzioni non hanno altro mezzo se non quello di imporsi. Di fatto, spesso falliscono per la forte resistenza di forze nazionali ben più agguerrite e schiaccianti. Così, eccetto due casi clamorosi (la rivoluzione francese e la rivoluzione sovietica) la repressione scatta con le forze dell’ordine sugli scioperi e con l’esercito sui tentativi veri e propri di rivoluzione, di guerra civile, come la Commune (1871) o l’azione del movimento Spartakista a Berlino, a Colonia negli anni 1919-1920.

24Altro argomento è stato la persona di Maurice Nadeau ancora amico suo ed editore per Trotsky vivant (1979). Di Nadeau ha apprezzato la sua Histoire du Surréalisme (1948) che, a suo avviso «rimane una lettura convincente ed utilissima a distanza di tanti anni». Nel congedarmi ho offerto a Naville alcune mie pubblicazioni su Jean Paulhan che egli aveva conosciuto nel secondo dopoguerra quando si era trattato di pubblicare certi libri suoi, presso Gallimard, ma poi «non se n’era più fatto nulla». È strano perché almeno cinque delle sue opere sono uscite presso questo editore in un periodo in cui Paulhan era ancora in vita.

25Tra i miei “studi” ne ha scelto alcuni sui Récits di Paulhan, un articolo su Sade-Paulhan e L’evidenza della norma, un lungo studio su Paulhan filosofo del linguaggio («Saggi e Ricerche di Letteratura Francese», vol. XXI, 1982, 50 pp.). Ha scartato con un gesto della mano Jean Paulhan. L’impegno civile di un letterato, forse per diverse ragioni: per divergenze politiche (Paulhan si può considerare come un social-democratico) o per la mancata opportunità di Naville di partecipare alla Resistenza (come invece ha fatto Paulhan) per non esporre sua moglie Denise Lévy, di origini ebraiche come sua cugina Simone Breton. Quest’ultima considerazione mi è stata espressa da Maurice Nadeau, durante una mia visita ai «Cahiers de la Quinzaine».

26Dovevamo incontrarci di nuovo nel 1993, in aprile. Nella sua ultima lettera mi scriveva che aveva previsto di assentarsi da Parigi dal 15 al 23 e rimandava l’appuntamento ai primi di maggio. Ma si è “assentato” dalla vita il 21 aprile. Così non ho potuto appurare se egli fosse, come aveva dichiarato a «Libération», durante un’intervista, un uomo freddo, pragmatico: «Je suis un type très froid, je ne suis pas un enthousiaste». Vero fino ad un certo punto. Anche negli ultimi anni, come si vedrà dalla Corrispondenza, Naville era molto interessato alle opinioni dei giovani sul surrealismo, sugli automatismi psichici, sull’automazione nella vita moderna. Anche agli avvenimenti internazionali di grande rilievo, alla politica in Francia nel 1993. Il suo ultimo libro è del 1992: Gorbatchev et la réforme de l’URSS (Paris, La Pensée universelle).

 

27Paris, le 12 Février 1991

 

28Madame Dora Bienaimé

29[…]

 

30Chère Madame,

31 J’ai été très heureux de la lettre que vous m’avez envoyée qui montre que mon travail et mes œuvres peuvent intéresser, sans doute d’une nouvelle façon, l’enseignement d’aujourd’hui à des jeunes gens qui peuvent y voir maintenant une histoire1.

32 D’après ce que vous m’écrivez, je vois que vous n’avez pas pu vous référer à certains ouvrages qui ont pourtant été traduits en Italie. Au total il y a eu 11 volumes, mais parfois sans doute consacrés à des questions qui vous intéressent moins que mes rapports de militant avec le mouvement surréaliste. En tout cas je vous envoie par la poste mon volume Le Temps du Surréel qui regroupe, d’un point de vue très personnel, tous mes rapports avec le mouvement surréaliste. Mais dans un autre domaine, politique et économique, j’ai consacré à l’analyse de l’URSS six volumes qui ont été traduits aux Editions Jaca Book.

33 Lorsque vous viendrez à Paris, je répondrai volontiers à vos questions, et je vous demande de m’indiquer à l’avance à quel moment vous viendrez pour être sûr que je serai là, car il m’arrive souvent d’aller à la campagne.

34 Je dois aussi vous signaler que j’ai des amis italiens qui ont traduit certains de mes ouvrages, et se sont intéressés de très près à mon travail. L’un est Attilio Chitarin et l’autre Roberto Massari. Peut-être les connaissez-vous ou en avez-vous entendu parler. Ils pourraient vous donner des informations intéressantes pour vous.

35 Je dois vous dire aussi que trois jeunes femmes italiennes ont déjà rédigé des thèses sur mon travail, en particulier Madame Zazzi et Madame Ferreri. Je leur avais transmis pas mal de documents et peut-être pourraient-elles vous communiquer leurs thèses qui ont été ronéotées, mais pas imprimées.

36 En tout cas, je ne voudrais pas vous embarrasser trop et peut-être pourriez-vous m’indiquer, quand nous nous rencontrerons, quels sont les aspects de mon travail qui vous intéressent le plus.

37 J’ai connu aussi Jean Paulhan, mais je ne savais pas que l’on avait publié en Italie certains des ses écrits sur le Marquis de Sade. Moi-même j’ai aussi écrit sur Sade dans différents articles et conférences publiés en France2.

38 En attendant notre rencontre, croyez, je vous prie, à mes sentiments les meilleurs.

39Pierre Naville

leur nom retentira dans l’immense écho de l’avenir, car la beauté de leur oeuvre conserve sa puissance de liberté: Ducasse et Rimbaud, Breton et Péret, Éluard et DalìMémoiresimparfaitesJean PaulhanScritti inediti sull’opera di Sade

 

40Paris, le 5 Mars 1991

 

41Madame Dora Bienaimé

 

42Chère Madame,

43 Je vous remercie de m’avoir répondu rapidement pour que nous puissions fixer le moment d’une rencontre à Paris. Je vous propose que ce soit après le 16 Mai, mais je vous demande de me fixer le plus tôt possible si vous êtes d’accord avec cette date.

44 Il me paraît normal que vous n’ayez pas eu la possibilité de connaître beaucoup l’ensemble des travaux que j’ai publiés et ce qu’a été ma vie militante. Mais vous aurez certainement la possibilité de trouver les ouvrages traduits en italien et, comme je vous l’ai dit, de vous renseigner auprès de certains écrivains militants italiens dont je vous ai donné le nom.

45 J’espère que vous avez bien reçu Le temps du surréel, qui n’a pas été traduit en italien, et j’espère qu’il pourra susciter vos réflexions3.

46 Cordialement à vous,

47Pierre Naville

Le Temps du surréelTrotsky vivantMémoires imparfaitesGorbatchev et la réforme de l’URSSLa psychologie science du comportement Vers l’automatisme social?

 

48Vendredi 3 mai 1991

 

49Chère madame,

50 Je viens de vous dire au téléphone que nous pourrions nous rencontrer le 18. Mais j’ai fait une erreur car je serai absent de Paris les 18,19, et 20 mai. Je vous demande donc de nous rencontrer le 21 mai, vers 11 h. le matin.

51 En m’excusant de cette erreur, avec mon sentiment cordial.

52Pierre Naville

 

53Paris, le 5 Juin 1991

 

54Madame Dora Bienaimé

 

55Chère Madame,

56 J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre brochure sur la Théorie ou l’expérience du langage de Paulhan, car je crois que je n’ai jamais lu aucun de ses écrits réunis dans ses œuvres complètes. Votre analyse est très précise et détaillée et je me suis beaucoup instruit en la lisant, ainsi que les textes sur Sade. Mais, en même temps, cela m’a fait comprendre ma différence ou mon désaccord avec les points de vue de Paulhan, que je peux vous résumer de la façon suivante4:

571°) Je me fonde toujours sur la théorie empirique du comportement de Watson (Behaviorisme), alors que Paulhan considère le langage comme une combinaison mal définie de ‘la pensée’ et des mots. Je vous ai envoyé un exemplaire de mon livre sur la Science du comportement, où vous trouverez un chapitre sur le langage, qui, je crois, n’a pas été traduit en italien5.

582°) Paulhan ne s’intéresse qu’au langage verbal et écrit, c’est à dire surtout à la littérature. Il ne s’occupe pas de la combinaison des actes, mouvements, gestes, sons et visions.

593°) Paulhan se réfère au signe, mais dans le sens limité de Saussure. Il ne connaît pas l’œuvre de Peirce présentée dès la fin du xixe siècle. Je vous envoie aussi deux textes que j’ai publiés sur l’œuvre de Peirce, qui sont très importants pour moi. Peirce est l’inventeur du mot “pragmatisme”, et de la théorie des signes que l’on a repris assez vaguement en France au milieu du xxe siècle, et sur lesquels je m’appuie. Je ne sais pas si vous avez eu mon petit livre Sociologie d’aujourd’hui: nouveaux temps et nouveaux problèmes (Ed. Anthropos, 1981) où j’ai examiné de près la théorie de Saussure (p. 85 à 95)6.

604°) Paulhan ne prend pas en considération des langues non-européennes, dont le chinois est essentiel, en oubliant l’origine du behaviorisme verbal en Sumer, ce qui l’empêche de comprendre l’origine pratique et expérimentale des mots et des langages.

61Je vous résume mon point de vue, puisque vous vous êtes intéressée à mon évolution. Mon adhésion à l’analyse du comportement physique date de 1922, lorsque j’ai connu les travaux de Watson. Et mon adhésion à la pratique du Mouvement Surréaliste et aux analyses sociales de Marx ne m’a pas fait abandonner mon behaviorisme initial7.

62 Excusez ces quelques indications qui peuvent vous aider à comprendre mes points de vue.

63 Avec mes meilleurs sentiments, en espérant vous rencontrer une nouvelle fois à Paris.

64Pierre Naville

Jean Paulhan. L’Evidenza della normaSi les mots des signesLes Hain Teny poésie obscureLa demoiselle aux miroirsLes Fleurs de TarbesTraité desFiguresLe don des languesL’Evidenza della normaLe Don des languesLe Temps du SurréelSociologie d’aujourd’hui grammairienHain-Teny merinasLe repas et l’amour chez les Merinas

 

65Paris, le 16 Juillet 1991

 

66Madame Dora Bienaimé

 

67Chère Madame,

68 Je suis très satisfait que les envois que je vous ai faits vous aient intéressée et même peut-être un peu bousculée. J’ai discuté très souvent avec Barthes car nous étions des amis très anciens, et il s’est fait une réputation importante que je voulais discuter. En effet, je n’étais pas toujours d’accord avec le sens de ce qu’il écrivait, mais lui-même n’était pas coriace à ce propos et nous nous entendions amicalement. Mais on m’a proposé de faire une fois une discussion publique avec lui à l’Ecole des Hautes Etudes. Cela m’a obligé à rédiger un texte un peu complexe, mais qui m’a paru satisfaisant. Mais lui, ne voulait jamais s’opposer à quelqu’un dans un écrit imprimé, et il préférait se référer à des auteurs qu’il approuvait au moins momentanément8.

69 Quant à moi, je reste assez fidèle à mes opinions, car je ne les aurais jamais éditées si je ne pensais pas qu’elles soient solides pour l’avenir.

70 Eh bien! j’espère que nous aurons l’occasion de discuter à nouveau au sujet de la signification et de l’usage des langages, et en attendant je vous envoie tous mes sentiments de sympathie9.

71Pierre Naville

Recherches pourune sémiologie de l’image optique. À propos des Eléments de sémiologie de Roland BarthesLa Révolution et les Intellectuels

 

7231 oct. 1991

 

73Chère madame,

74 je vous renvoie des réponses en quelques mots à vos questions, et j’y joins la photocopie de deux résumés biographiques que j’ai rédigés pour des publications.

75 Tout cela a l’air assez compliqué, mais pour moi c’est très simple! J’espère que vous pourrez toute de même en tirer parti…

76 Bien cordialement à vous

77P. Naville

78Et merci pour vous novelles de Renée et de son fils10.

79Excusez la mauvaise photocopie!

Les Reines de la main gaucheLa Défaite

 

80Paris, le 7 Janvier 1992

 

81Madame Dora Bienaimé

 

82Chère Mme Bienaimé,

83 Je vous fais tous mes vœux pour la nouvelle année 1992, et vous remercie de ce que vous me dites dans votre lettre de fin Novembre au sujet de l’attitude de vos italiens concernant ce que vous leur avez dit à propos des textes automatiques11.

84 On vient de publier un recueil de Paulhan qui réunit un grand nombre de ses chroniques parues dans la NRF sous le nom de Jean Guérin. Je ne sais pas si vous avez pu avoir ce livre en Italie, mais je vous envoie la petite notice qui vient de paraître dans le Canard Enchaîné. Cela pourra sûrement vous amuser.

85 J’espère que tout ira bien pour votre famille où je vois que l’art structurel (sculpture et architecture) joue un rôle qui doit être excellent12.

86 Bien amicalement à vous, en vous encourageant de mon mieux

87Pierre Naville

 

88 Paris, le 27 Janvier 1992

 

89Madame Dora Bienaimé

 

90Chère Madame,

91 Je vous envoie ci-inclus un article sur Jean Paulhan qui vient de paraître dans le journal Le Monde, dont je vous avais envoyé la notice dans une lettre précédente13.

92 Je pense que cet article pourrait vous intéresser, surtout en raison de l’analogie que fait l’auteur de la façon de raisonner de Jean Paulhan, qui lui paraît proche du Taoisme. Mais, peut-être avez-vous déjà été informée de cet article intéressant…

93 Ce que vous m’aviez dit dans votre dernière lettre au sujet de la réaction de vos étudiants à vos exposés sur les textes automatiques m’avait beaucoup intéressé. Je crois d’ailleurs que le principe d’automatisme s’est étendu aujourd’hui à tellement de domaines, que les jeunes élèves ne doivent pas être très étonnés lorsqu’on leur parle d’un texte automatique. J’avais d’ailleurs parlé de cela dans la préface de mon livre Vers l’automatisme social? qui, je crois, a été traduit en italien14.

94 En attendant de prochaines informations de votre part, croyez, je vous prie, à mes meilleurs sentiments.

95Pierre Naville

96Je viens de recevoir votre lettre du 21 janv. Just après avoir dicté celle ici. À mon regret, je ne peux pas répondre positivement à votre suggestion de faire une conférence à votre université: mon état de santé (à 88 ans!) ne me permet plus de participer à des réunions actives, et les voyages me fatiguent trop… Excusez-moi donc de ne pas pouvoir satisfaire à votre attente15.

97P.N.

Un rire taoïsteVers l’automatisme social?

 

9820 mai 92

 

99Chère madame,

100 je vous remercie de votre lettre, dans laquelle vous m’indiquez comment vos étudiants ont compris ce que vous leur aviez appris sur mes travaux et activités. Moi-même je me pose des questions à ce sujet, qui peuvent être quelque peu différentes de celles que vous vous posez.

101 En ce qui concerne les rapports du Surréalisme avec la politique, Gallimard a publié plusieurs volumes où l’on trouve des documents déjà publiés ou inédits.

102 Alan Rose a publié cette année Surrealism and Communism, the early years (New York), volume très documenté pour lequel j’ai écrit une préface.

103 Je peux vous envoyer le seul exemplaire disponible que j’ai reçu, mais je vous demanderai de me le retourner après que vous l’auriez examiné16.

104 Il fait aussi très chaud à Paris, mais cela ne me fait pas de bien…

105 Avec mes meilleurs vœux et mes remerciements

106Pierre Naville

 

10717-06-1992

 

108Chère Mme Bienaimé,

109 Je vous remercie de m’avoir envoyé plusieurs textes d’opinion de vos étudiants au sujet de l’automatisme (tel que je le comprends). Evidemment je vois que pour eux il y a un automatisme “psychique” presque tout à fait indépendant, ou en tout cas prioritaire, même dans la technologie17.

110 Quant à moi, j’avais compris très jeune que l’esprit ou la pensée ne sont pas des états d’autonomie absolue, mais des comportements naturels qui s’expriment autant par des actes physiques que par des langages et des mots. J’entrais ainsi dans une compétition à laquelle le surréalisme engageait une sorte d’explosion bénéficiaire, toutefois ce comportamentisme entraînait aussi des oppositions, des conflits, et des luttes, qui durent toujours. Il me semble que les étudiants Lettieri et Cordisco ont bien compris mes expressions, même s’ils accordent une indépendance mentale plus importante que je ne le fais. En tout cas, cela m’a fait grand plaisir de lire leurs textes ainsi que ceux d’autres jeunes déjà engagés dans des études de politique18.

111 Les problèmes deviennent très difficiles lorsque l’on veut participer pratiquement à une activité politique et sociale. C’était mon cas. J’éprouvais le besoin de laisser les surréalistes manifester leurs intolérances, tout en travaillant moi-même à vivre en militant communiste (ce qui entraînait des divergences internes). J’étais allé rencontrer Trotsky a Moscou en 1927. Il n’est pas facile d’expliquer aux étudiants d’aujourd’hui tout cela…19

112 Je vous retourne les textes que vous m’avez envoyés et je vous enverrai le livre d’Alan Rose quand vous le désirerez.

113 Bien à vous

114P. Naville

Le Temps dusurréelLes Reines de la main gaucheLe Temps du SurréelLeTemps du SurréelLe Temps du SurréelBretonEntretiensLe Temps du SurréelLe Temps du surréel

 

11530 Août 92

 

116Chère madame Bienaimé,

117 je viens de trouver votre lettre du 19 aout en rentrant de “vacances” à Antibes. Je ne connais pas le Sade vivant de Pauvert. Je m’en suis tenu à la 1° biographie (et œuvres complètes) de Gilbert Lély qui a été le vrai découvreur des inédits de Sade. Je ne peux donc rien vous dire sur Pauvert… et je suis curieux de connaître les commentaires de Paulhan.

118 J’ai publié moi-même une conférence et des articles sur Sade, mais cela ne fait pas un volume.

119 J’ai fini par trouver un éditeur pour mon livre sur Gorbatchev et sa politique, qui paraîtra en octobre après bien des difficultés car les éditeurs français ne partagent guère mes opinions!

120 Bon travail, et toujours bien à vous

121P. Naville

 

122 Paris, le 10 Novembre 1992

 

123Madame Dora Bienaimé

 

124Chère Mme Bienaimé,

125 Je n’ai pas encore reçu les travaux d’étudiants dont vous me parliez dans votre lettre du 17 Octobre. Je suppose qu’ils sont différents de ceux que vous m’aviez envoyés il y a quelque temps. Cela m’intéresse car je m’aperçois que dans cet automne d’aujourd’hui il y a de nouveau un intérêt sur l’interprétation du mouvement Surréaliste, qui dépend peut-être du trouble intellectuel entraîné dans le domaine de la culture par les confusions internationales actuelles20.

126 Il est en effet aussi intéressant de s’intéresser aux répercutions de la Guerre de 14-18 sur les écrivains, dont ceux que vous me citez, mais il y en a un que vous ne connaissez peut-être pas et qui a eu beaucoup d’influence sur moi: c’est le livre de Jules Romains intitulé Verdun dans sa grande série historique, qui fut publié tout juste à la fin de la guerre. Ce volume m’avait impressionné lorsque j’avais 14 et 15 ans et pour moi il est resté le plus remarquable écrit sur cette guerre, mais il est actuellement introuvable et je crois non réédité, peut-être pourriez-vous le trouver dans une bibliothèque italienne21.

127 Je viens de corriger les épreuves de mon livre sur Gorbatchev qui va sans doute paraître vers la fin de notre mois de Novembre. Evidemment l’actualité russe nécessite une analyse difficile et qu’il faudrait poursuivre, mais il me semble que de toute façon la période de Gorbatchev a ouvert l’avenir et c’était le principal. Je vous enverrai le livre dès qu’il sera paru.

128 Bien cordialement à vous.

129Pierre Naville

La Révolution et les intellectuels

 

13015 novembre 92

 

131Chère Madame Bienaimé,

132 J’ai reçu la brochure de vos trois étudiants sur la Rivoluzione e gli intellettuali. J’ai été émerveillé de la façon précise et claire dont ils ont présenté mes textes de 1925 et 1967. Cela fait comprendre comment on peut présenter des discussions et oppositions “historiques” de façon vivante aujourd’hui. Les auteurs auraient peut-être pu indiquer que j’avais complété mes analyses un peu plus tard par une polémique avec Sartre, mais cela aurait peut être étendu trop loin l’examen des polémiques poursuivies jusqu’à aujourd’hui.

133 En tout cas, ce travail est bien supérieur aux Analyses que des écrivains français m’ont opposé à diverses époques. Et je vais écrire aux trois auteurs pour les féliciter de leur joli texte… 22

134 Avec mes sentiments bien cordiaux

135P. Naville

La Révolution et lesintellectuels

 

136Paris, le 26 novembre 1992

 

137Madame Dora Bienaimé

 

138Chère Mme Bienaimé,

139 Comme je vous l’ai déjà écrit, je crois, j’ai reçu la brochure de vos trois étudiants sur la Révolution et les Intellectuels J’ai été étonné et très satisfait de l’esprit perspicace que les trois étudiants ont développé, et je vous envoie la copie de la lettre que j’ai envoyée à celui qui est étudiant à Sienne.

140 Leur texte mériterait d’être traduit en français, car ils ont pu montrer un aspect de mon activité de jeunesse que peu de personnes admettent aujourd’hui. En tout cas, je vous remercie beaucoup du fait que vous ayez demandé à ces trois Etudiants de s’intéresser à un problème qui reste vivant à notre époque, comme je le leur dis dans ma lettre23.

141 Avec mes meilleurs sentiments.

142Pierre Naville

 

143Paris, le 26 novembre 1992

144MM. Paolo SOAVE

145Fabio SACCHINI

146Angelo D’ETTORE

 

147Chers Amis,

148 J’ai lu avec un grand plaisir votre texte sur la Révolution et les Intellectuels. Votre compréhension de mon activité est excellente, votre style est précis, vivant et très bien adapté aux conceptions que j’ai développées dès ma jeunesse. J’ai compris en vous lisant que vous pensez probablement que des problèmes analogues se présentent maintenant aux intellectuels et aux masses sociales. Et vous avez raison. Je constate que les termes, les mots d’intellectuel et de masse ont beaucoup changé de sens, ou plutôt concernent des réalités pratiques dont les rapports et les dimensionssont devenus bien plus complexes qu’au début du vingtième siècle. La politique a pris une tournure nouvelle, qui doit s’adapter aux transformations de la vie productive des techniques et des moyens d’éducation.

149 Je crois que la poésie surréaliste a aussi changé de sens et de moyens, car elle cherche à s’exprimer au-delà des mots et des peintures ou dessins, par les moyens d’expression que sont les média modernes (télévision, communications automatiques etc…). Mais malgré cela, une poésie (qui n’est pas toujours excellente) parvient à intervenir dans des mouvements sociaux que l’on devrait considérer comme révolutionnaires. Je crois que l’enseignement de Madame Bienaimé vous a entraînés excellemment dans cette voie24.

150 En vous remerciant encore, recevez mes meilleurs sentiments.

151Pierre Naville

 

152 Paris, le 18 Décembre 1992

 

153Madame Dora Bienanimé

 

154Chère Madame,

155 Je vais répondre à vos remarques à propos de ma lettre à vos étudiants. Bien sûr, je vous donne mon avis personnel, qui ne vous paraît peut-être pas justifié. Je suppose que ces étudiants avaient pris mon livre comme une sorte de document historique. Je veux dire par là que pour eux c’était un moment de l’histoire de la littérature mêlée à la politique, mais sous les formes que le Surréalisme prenait il y a 50 et 60 ans. Et j’ai essayé de leur indiquer que des positions qui étaient celles du mouvement surréaliste entre les années 1925 et 1935 n’avaient pas seulement un caractère historique, aujourd’hui, mais qu’elles pouvaient prendre une valeur nouvelle en fonction des transformations sociales, idéologiques et même scientifiques. La France est actuellement dans un grand trouble de signification nouvelle, mais qui cherche dans son propre passé la source d’une riposte à ce trouble. D’ailleurs, le mouvement surréaliste a été développé en France surtout par des Français. Mais peu à peu il s’était étendu à différents pays d’Europe et d’Amérique, même avec retard; par exemple il y eut avant la guerre des groupes surréalistes en Yougoslavie, en Hongrie, en Pologne, au Canada, aux Etats-Unis, au Brésil et encore dans d’autres pays. Certains de ces groupes sont même devenus assez vivants et font des publications actuelles qui n’ont pas un caractère purement historique. En outre, la réputation de grands peintres comme Picasso, Miro, Dali et beaucoup d’autres a pris une grande valeur aujourd’hui justement parce qu’ils étaient nés et s’étaient développés dans le style du mouvement surréaliste25.

156 Vous trouverez peut-être mon explication un peu floue, mais c’est ce que je pense aujourd’hui.

157 Je ne connais pas l’anthologie d’un auteur américain sur des textes surréalistes. Je suppose que vous faites allusion au livre d’Alan Rose, Surrealism and Communism. The early years, édité par Peter Lang à New-York, Paris et Londres. J’y ai fait une préface que Rose m’avait demandée. C’est justement un volume où l’auteur a combiné une histoire et des considérations modernes. En tout cas, ce n’est pas une anthologie. Je n’ai qu’un exemplaire disponible actuellement et je vais vous l’envoyer en vous demandant de bien vouloir me le retourner, car je n’ai pas d’autre exemplaire.

158 Quant au Gorbatchev, il doit sortir à la fin du mois. Mais là aussi, c’était difficile de combiner une signification historique et les incertitudes actuelles!

159 Bien cordialement à vous.

160Pierre Naville

 

161Paris, le 21 Janvier 1993

 

162Madame Dora Bienaimé

 

163Chère Mme Bienaimé,

164 J’ai reçu votre dernière lettre avec plaisir et je serai très content de vous rencontrer à Paris lorsque vous y viendrez. Il vous suffira de me téléphoner pour que nous prenions rendez-vous.

165 Je voudrais vous signaler la publication d’un livre qui pourrait vous aider beaucoup dans votre travail sur une anthologie: Pierre Daix, La vie quotidienne des Surréalistes 1917-1932, édition Hachette (440 pages).

166 Cet ouvrage est très riche en témoignages sur les rapports politiques et littéraires des surréalistes, et de moi en particulier. J’espère que vous pourrez trouver ce volume à Sienne. En tout cas, vous le trouverez quand vous viendrez à Paris.

167 Mon livre sur Gorbatchev est paru, et je vous en envoie un exemplaire26.

168 Bien à vous

169Pierre Naville

Gorbatchev

 

170 Paris, le 8 Mars 1993

 

171Madame Dora Bienaimé

 

172Chère Mme Bienaimé,

173 J’ai reçu les deux livres de Paulhan que vous m’avez envoyés. Ils m’ont beaucoup intéressé et nous pourrons en discuter à votre passage à Paris. Le Haiku ne me paraît pas un épigramme, et pas non plus quelque chose de mystique ou de pittoresque, malgré ce que dit Monsieur Turci. Selon moi, le Haiku est une sorte de syllogisme comme Aristote l’a défini: A et B, alors C. Je dirais plus simplement que le Haiku est un syllogisme poétique. C’est d’ailleurs aussi une forme de beaucoup des jeux de mots surréalistes27.

174 Quant à votre présentation des écrits inédits de Paulhan au sujet de Sade, elle me paraît très judicieuse, informée et nécessaire pour comprendre les inquiétudes que Sade avait introduites dans l’examen de Paulhan. Pour ma part, je vois les choses assez différemment. J’ai écrit plusieurs fois des études sur Sade, qui n’ont pas été réunies en volume, mais je vous envoie l’une d’elles qui a été publiée en préface du VIe volume des Oeuvres complètes de Sade (Lély). Je joins donc une photocopie de ce texte qui pourra peut-être aussi vous intéresser28.

175 J’aimerais bien que nous parlions en effet un peu du rôle des “Intellectuels”, mais je réserve cela pour notre rencontre pendant votre voyage à Paris, car il y beaucoup à dire là-dessus. Je dois d’ailleurs vous signaler que je serai absent de Paris du 15 au 22 Avril. J’espère donc que nous pourrons trouver quand même une date pour nous rencontrer.

176 J’espère que vous avez reçu mon livre sur Gorbatchev qui pose des problèmes qui ne vous intéressent peut-être pas beaucoup mais qui sont très importants pour moi comme pour les…. intellectuels.

177 En attendant, bien cordialement à vous

178Pierre Naville

Jean Paulhan, Scritti inediti sull’opera di Sade 19 haikuScritti inediti19 haikuhaikuhaikuManifestoLe temps du surréelLa philosophie de SadeD’Holbach et laphilosophie scientifique au xviiie siècleLa philosophie de SadeInediti

 

179 9 avril 1993

 

180Chère madame Bienaimé

181 Je ne me rappelle pas si je vous ai dit que je serai absent de Paris du 15 au 23 avril. Nous pourrions nous rencontrer au début de mai, par exemple entre le 5 et le 7. Pour le moment, on est dans un état d’esprit post-électoral: les “conservateurs” ont complètement renversé une gauche impuissante… Cela intéresse les Italiens?29

182 Bien à vous

183P. Naville

Quaderno inedito avilleLa passion de l’avenir. Le dernier cahier (1988-1993)
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Dora Bienaimé, « Pierre Naville. Lettere inedite (febbraio 1991-aprile 1993) »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 275-292.

Notizia bibliografica digitale

Dora Bienaimé, « Pierre Naville. Lettere inedite (febbraio 1991-aprile 1993) »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 07 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6507; DOI: https://doi.org/10.4000/studifrancesi.6507

Torna su

Autore

Dora Bienaimé

Articoli dello stesso autore

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals