Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Le Romanesque aux xive et xve siècles, Textes réunis par Danielle Bohler

Maria Colombo Timelli
p. 341-342
Notizia bibliografica:

Le Romanesque aux xive et xve siècles, Textes réunis par Danielle Bohler, Presses Universitaires de Bordeaux, 2009 («Eidôlon» 83), 292 pp.

Testo integrale

1Sont réunis dans ce volume les Actes d’un Colloque qui s’est déroulé à Bordeaux en juin 2003. Les contributions sont distribuées dans cinq sections aux intitulés suggestifs (Normes et écarts, Réécritures, Mouvances, Modèles et miroirs, Lectures plurielles), mais aux limites floues.

2Florence Bouchet (‘Que reste-t-il de nos amours?’ L’écriture ironique du roman au xve siècle, pp. 15-27) analyse les formes multiples de l’ironie (rhétorique, de situation, de caractère) dans Saintré et dans le Livre du Cuer d’amour espris de René d’Anjou. Fondée sur la connivence entre narrateur et lecteur, l’ironie serait une des marques du roman du xve siècle prenant ainsi les distances du roman courtois antérieur.

3Christine Ferlampin-Acher (“Brun de la Montaigne”: une ‘chançon de matiere enforcie’ (v. 2744)?, pp. 29-40) discute l’appartenance générique de Brun de la Montaigne (seconde moitié du xive siècle), œuvre hybride, inachevée, en laisses d’alexandrins rimés; son auteur semble utiliser la laisse pour revigorer des thèmes romanesques, mais n’arrive pas à reproduire le rythme des chansons de geste ni à utiliser avec maîtrise l’entrelacement.

4Fabienne Pomel (L’allégorique, une voie de déni du romanesque? Le cas de quelques réécritures du “Roman de la Rose”, pp. 41-54) s’interroge sur la relation de l’allégorique et du romanesque. Si une fusion se réalise par exemple dans le Livre du Cuer d’amour espris de René d’Anjou, d’autres auteurs, tels Guillaume de Digulleville, mettent l’allégorie au service d’un projet didactique et moral.

5David F. Hult (Pour ou contre une esthétique de la compilation? La mise en prose du “Chevalier de la Charrette” dans deux manuscrits du “Lancelot-Graal” de la fin du xive siècle, pp. 55-67) discute dans les détails la datation de la version dérimée du Chevalier de la Charrette, transmise par deux manuscrits tardifs. Contrairement à G. Hutchings, il y voit plutôt une rédaction précoce, mise par écrit à une époque où le Lancelot en prose était encore en cours d’élaboration.

6Nathalie Koble (Un nouveau Ségurant Le Brun en prose? Le manuscrit de Paris, Arsenal, ms 5229, un roman arthurien monté de toutes pièces, pp. 69-94) analyse l’interpolation dans les Prophesies de Merlin du manuscrit de l’Arsenal: 22 chapitres consacrés aux origines de Ségurant le Brun et à ses débuts à la cour d’Arthur. Elle examine les stratégies mises en œuvre par l’auteur de ce montage, et surtout le rôle dévolu à un lecteur capable de reconnaître les jeux de l’intertextualité.

7Virginie Greene (Contes cruels: Le romanesque édifiant et sadique du manuscrit français 112 de la BnF (1470), pp. 95-107) propose une “exploration de l’esthétique et de l’éthique de la cruauté” dans le célèbre ms. fr. 112, énorme compilation de récits arthuriens en prose. Elle s’arrête en particulier sur le prologue du livre IV et sur trois épisodes (le roi Marc et sa nièce Labranne, la bête glatissante, la mort du roi Marc), en étudiant les représentations de la cruauté dans les enluminures qui les accompagnent. Elle propose de voir dans cette mise en scène réitérée le reflet de la cruauté de ce temps (vers 1470) et plus particulièrement des vicissitudes des Armagnac, possesseurs du manuscrit.

8Tania Van Hemelryck (Les figures romanesques dans la littérature des xive et xve siècles. De la réminiscence courtoise à la remotivation satirique, pp. 111-120) analyse – sur la base du corpus réuni dans Fi-Ex – la présence et la fonction de 14 personnages romanesques (Arthur, Tristan, Lancelot…: on trouvera la liste p. 112) dans la littérature des xive et xve siècles. Parangons de l’amour, exemples d’un comportement déraisonnable, paradigmes de vertu, ces personnages peuvent aussi obéir à une visée morale, voire être réutilisés dans une perspective satirique. Dans tous les cas, les auteurs de la fin du Moyen Âge réinvestissent les figures romanesques d’une profondeur et d’une dimension nouvelles, et comptent, pour leur compréhension, sur la participation active du lecteur.

9Jean-Marie Fritz, Un héros de roman au milieu des philosophes: la figure d’Alexandre chez Guillaume de Tignonville, pp. 121-138. Dans sa traduction des Dicta philosophorum, qui jouit d’un très vaste succès au xve siècle (plus de 50 manuscrits et 9 imprimés entre 1477 ca et 1533), Tignonville fait du chapitre sur Alexandre le plus important du recueil. Tout en suivant les grandes lignes du Pseudo-Callisthène, il s’en éloigne sur quelques points: le refus de la merveille, l’éludement de la naissance et de la mort du protagoniste, la place faite à l’épistolaire, la transformation d’Alexandre en héros messianique. Il est sûr que ce texte participe au regain de fortune du roi macédonien à la fin du Moyen Âge.

10François Suard (Figures du romanesque dans l’épique de la fin du Moyen Âge, pp. 139-157) souligne que, malgré l’association précoce entre épopée et roman, qui s’accentue ultérieurement dans les chansons de geste du xive siècle, la frontière entre les deux genres demeure réelle. Les épopées tardives se caractérisent par des dimensions imposantes, la multiplication des protagonistes et des entreprises, ainsi que par l’extension du cadre spatio-temporel, l’intégration de motifs folkloriques et, parfois, un goût rénové pour l’hagiographie. Avec le passage aux rédactions en prose, la distinction entre roman et épopée devient difficile, mais le destin des deux genres se différencie: ce sont en effet les proses épiques qui jouissent de la plus grande fortune, avec des éditions jusqu’au xixe siècle. Aux yeux experts de F.S., la nature des œuvres demeure perceptible au-delà même de la prose: objectifs hagiographiques ou de guerre sainte pour l’épopée, initiation amoureuse, chevaleresque et royale pour le roman.

11Selon Irit Kleiman (Judas Iscariote à l’image du romanesque, pp. 159-169), c’est dans les récits en français, à partir de la traduction de la Legenda aurea par Jean de Vignay, que Judas assume les traits du personnage romanesque. I.K. examine en particulier la grisaille quadripartite qui lui est consacrée dans le manuscrit BnF fr. 181, commandité par Louis de Bruges et exécuté vers 1482: cette image illustre les quatre crimes sur lesquels s’articule la biographie apocryphe de l’apôtre qui trahit le Christ.

12Friedrich Wolfzettel (“Le Petit Jehan de Saintré”: une “Éducation sentimentale” du xve siècle?, pp. 173-186) reconnaît, par-delà la distance chronologique qui sépare La Sale de Flaubert, des analogies historiques entre le Saintré et l’Éducation sentimentale: situés tous les deux au bout d’une tradition romanesque (biographie chevaleresque pour l’un, roman romantique ou de formation pour l’autre), ils représentent un essai conscient d’en subvertir les bases et dénotent la crise de leurs modèles respectifs. Surtout, les deux romans parviennent à “miner une tradition en en suivant apparemment les règles” (p. 186).

13L’article de Maria Colombo Timelli (C’est d’armes et d’amours… et d’enjeux politiques. Le manuscrit T de “Cleriadus et Meliadice”, pp. 187-211) est consacré au manuscrit Turin, BNU, L.II.2, témoin secondaire pour l’établissement du texte critique, mais intéressant à cause de son programme iconographique. Les enluminures se répartissent en effet entre les trois motifs principaux de Cleriadus, en illustrant toutes les étapes de la carrière chevaleresque du héros, ses amours avec la fille du roi d’Angleterre, ainsi que les aspects politiques de l’histoire. L’iconographie n’est pas uniquement le reflet du texte, elle contribue pleinement à son interprétation en donnant parfois du relief à des éléments secondaires du récit, et confirme ce que Gaston Zink, éditeur du texte, avait bien vu: “la finalité du roman [est] politique” (cité p. 190, note 14).

14Sylvie Lefèvre (Emprise chevaleresque et projet romanesque: entre réalité et fiction. À propos de “Jean de Saintré”, pp. 213-226) étudie l’alternance des modes d’écriture dans Jean de Saintré pour ce qui concerne les lettres d’armes et chapitres d’emprise. Les critiques ont souvent souligné la perméabilité et le jeu de miroirs qui s’établit au xve siècle entre vie et fiction: Saintré confirme ce phénomène justement par un habile “jeu d’écritures” (p. 225), La Sale utilisant des styles documentaires à nos yeux très éloignés voire étrangers à l’écriture littéraire et romanesque en particulier.

15Selon élodie Lecuppre-Desjardins (L’imaginaire chevaleresque à l’assaut des villes: représentation et organisation des pas d’armes en milieu urbain au xve siècle, pp. 227-239), les pas d’armes organisés dans les villes bourguignonnes – Lille, Bruges, Gand, Bruxelles – sous Charles le Téméraire seraient le témoignage tant de la culture littéraire de l’aristocratie que de la “démocratisation d’une réjouissance à caractère apparemment élitiste” (p. 228). à ses yeux, ces spectacles montrent aux bourgeois et au peuple de ces villes le faste des nobles, leur valeur chevaleresque et guerrière, et en même temps leur solidarité autour du Duc.

16La contribution d’Anne-Cécile Le Ribeuz (Des manuscrits aux imprimés d’“Ysaïe le Triste”: le romanesque à l’épreuve de la mise en pages et en images, pp. 243-256) se fonde sur une partie de la tradition d’Ysaïe le Triste: deux manuscrits (le plus ancien daté de 1449, l’autre remontant aux années 1517-1525) et les éditions de Galliot Du Pré (1522), Philippe Le Noir (vers 1528), Jean Bonfons (vers 1550), à l’exclusion donc de celles d’Alain Lotrian (ca 1581) et d’Olivier Arnoullet (perdue). En prenant en compte l’organisation textuelle et l’iconographie, l’A. essaie de percevoir l’évolution du livre et en même temps la réception de ce roman entre la fin du xve et le xvie siècle. Ce qui échappe complètement à son analyse, c’est la valeur philologique des éléments considérés, rubriques, lettrines, enluminures pouvant constituer des indices, sinon des preuves, des liens textuels entre les témoins conservés.

17Céline Van Hoorebeeck (Les lectures ‘romanesques’ des officiers des ducs de Bourgogne (ca 1420-1550), pp. 257-268) s’occupe de la présence d’œuvres romanesques dans la bibliothèque privée d’une dizaine de fonctionnaires – légistes et gens de finances – attachés aux Ducs ou à l’État bourguignon. Mis à part quelques titres ou auteurs (Jean de Meung, Merlin, Tristan, mais aussi Quinze Joies de Mariage, Ponthus et Sidoine, Pierre de Provence, Paris et Vienne), qu’il est de toute façon très difficile de rattacher à un exemplaire conservé, ces collections semblent privilégier nettement les “livres utiles et louables” (Chastelain, cité p. 268), destinés à instruire plutôt qu’à divertir leurs possesseurs.

18Michel Bideaux (Permanence du romanesque médiéval dans l’imaginaire du xvie siècle, pp. 260-280) discute la présence d’éléments chevaleresques médiévaux dans la littérature narrative – romans et nouvelles – de la Renaissance. S’il est sûr que l’humanisme modifie profondément les thématiques et les formes, il est tout aussi certain que l’ancienne littérature coexiste avec le roman ‘moderne’ bien tard dans le xvie siècle sur les rayons des bibliothèques, chez les libraires et même dans les productions nouvelles.

19Michel Pastoureau (“Ivanhoé”. Un Moyen Âge exemplaire à l’époque romantique, pp. 281-290) discute les raisons qui ont déterminé l’immense succès du roman de Walter Scott (1819) jusqu’à nos jours, et l’influence qu’il a exercée sur la formation des médiévistes français. Si ce récit possède indubitablement les qualités du ‘conte’, s’il met habilement en jeu tous les thèmes les plus caractéristiques de l’imaginaire médiéval (tournoi, croisade, chevaliers, templiers…), cet imaginaire existait bien avant Walter Scott: c’est un Moyen Âge “archétypal” (p. 290), qui continue de forger notre propre vision des siècles xie-xve.

20Dans l’ensemble, ce recueil constitue une contribution importante sur l’étude du roman et de ses caractères constitutifs à une époque qu’il est malaisé de définir, l’époque charnière entre le Moyen Âge dit ‘tardif’ et la Renaissance.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Le Romanesque aux xive et xve siècles, Textes réunis par Danielle Bohler »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 341-342.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Le Romanesque aux xive et xve siècles, Textes réunis par Danielle Bohler »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6554

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals