Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide. études réunies par Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik

Paola Cifarelli
p. 343
Notizia bibliografica:

Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide. études réunies par Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009, 238 pp.

Testo integrale

1Ce beau volume collectif consacré à quelques aspects de la fortune d’Ovide au cours du Moyen Âge est structuré en deux sections, l’une centrée sur ce qu’il est convenu d’appeler l’Ovidius minor et l’autre réservée à l’Ovide Moralisé.

2Nous rendons compte ici des deux contributions qui concernent le xve siècle, toutes contenues dans le premier volet de l’ouvrage et renvoyons à la section “Moyen Âge” pour le compte rendu des autres études.

3Anne Paupert, ‘Pouete si soubtil’ ou ‘grand deceveur’: Christine de Pizan lectrice d’Ovide, pp. 45-67; l’A. se penche sur les jugements sévères que Christine de Pizan a émis à propos des Remedia amoris, surtout dans l’Epistre au Dieu d’Amours et dans la Cité des Dames. Si la raison principale des reproches de Christine «est la tromperie, l’‘art d’amour’ transformé en ‘art de decevoir’» (p. 50), l’utilisation de l’adjectif soubtil pour qualifier Ovide dans la Cité des Dames donne lieu à un éloge ambigu, qui associe les connotations positives et négatives de ce terme. Enfin, en replaçant l’interprétation christinienne dans le contexte des critiques formulées par plusieurs clercs contemporains, l’A. parvient à prouver que son originalité consiste en l’association d’une condamnation d’Ovide au nom de la morale avec une défense des femmes.

4Cynthia J. Brown, Du manuscrit à l’imprimé: les XXI Epistres d’Ovide d’Octovien de Saint-Gelais, pp. 69-82. L’A. avance d’abord l’hypothèse que l’édition du texte latin des Heroïdes parue en 1499 à Lyon chez l’éditeur Le Noir ne soit pas la première, car elle serait fondée sur celle, moins connue, qui sortit de l’atelier de Pierre Levet en 1490; ensuite, elle analyse la fortune de la traduction française exécutée par Octovien de Saint Gelais en 1497, qui eut une diffusion extraordinaire aussi bien sous forme manuscrite (14 témoins) que sous forme imprimée: parue chez le même Lenoir en 1500, l’édition connut un succès considérable surtout dans la capitale, où le texte fut réimprimé plusieurs fois, entre autres par A. Vérard et J. Trepperel.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Paola Cifarelli, « Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide. études réunies par Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 343.

Notizia bibliografica digitale

Paola Cifarelli, « Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide. études réunies par Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 14 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6560

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals