Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Espaces, objets dans le roman du xviiie siècle. Hommage à Henri Lafon, textes réunis et publiés par Jacques Berchtold

Regina Bochenek-Franczakowa
p. 363-364
Notizia bibliografica:

Espaces, objets dans le roman du xviiie siècle. Hommage à Henri Lafon. Textes réunis et publiés par Jacques Berchtold, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009, pp. 206.

Testo integrale

1Ce recueil d’études est un hommage que les amis et disciples rendent à Henri Lafon, l’éminent dix-huitièmiste disparu en 2006, auteur de deux ouvrages devenus classiques, sur l’espace dans le roman des Lumières. Le volume s’ouvre par un souvenir: René Démoris et Christian Martin rappellent les étapes de la vie et de la carrière universitaire d’Henri Lafon et caractérisent les qualités de ses travaux, de son écriture, celles aussi de sa personnalité. Dans l’«Avant-Propos», Jean-Paul Sermain explique le but de ce volume: montrer, d’un côté, les apports des travaux d’Henri Lafon à l’étude du roman du xviiie siècle; de l’autre, les possibilités d’en appliquer aujourd’hui les méthodes et les outils. Le volume se compose de trois ensembles d’études. Le premier («Méthodes») réunit celles qui retracent, en les développant, les méthodes qu’Henri Lafon avait élaborées et appliquées dans ses interprétations littéraires. Jean-Paul Sermain (Leçons de sémiotique littéraire: en relisant l’œuvre d’Henri Lafon, pp. 19-31) esquisse à grands traits les trois niveaux d’articulation dans la notion de «sémiotique littéraire» qu’Henri Lafon a réalisés dans ses travaux. L’Auteur insiste sur l’originalité de cette œuvre, quant au choix du champ d’études (le roman du xviiie siècle, alors négligé) et des méthodes (heureuse alliance de la réflexion générale, théorique, avec l’étude des œuvres, dans leur contexte historique). Jacques BerchtoldLa Nouvelle Héloïse”, hôte des  “Espaces romanesques”  d’Henri Lafon, pp. 33-46) dégage la présence du roman de Rousseau dans les ouvrages d’Henri Lafon, alors que dans les notes infrapaginales il fait réfèrence aux ouvrages les plus récents qui continuent les voies de recherches inaugurées par l’auteur d’Espaces romanesques du xviiie siècle. Michel Delon s’arrête sur Crébillon-sur-Danube, le roman d’Henri Lafon; le message qui s’impose à la lecture est que «la séparation et le deuil sont la forme même de notre amour de la littérature» (Le lieu et la mémoire. De “Crébillon-sur-Danube” à “Lenteur”, pp. 47-54). Erik Leborgne analyse l’histoire du capitaine de Jacques et son camarade, dont le sens énigmatique avait jadis intrigué H. Lafon et qui s’avère être celle d’une amitié passionnée entre deux hommes que la manie des duels relie d’une manière non équivoque (Un couple d’originaux: le capitaine de Jacques et son camarade, pp. 55-65).

2Le second groupe d’articles («Objets d’études») est centré sur l’analyse des thèmes chers à Henri Lafon: l’espace, le décor, les objets. René Démoris étudie l’usage des espaces et des objets dans deux romans de Mouhy (Espaces et objets dans deux romans de Mouhy: “La Mouche” et “Mémoires d’Anne-Marie de Moras”, pp. 69-80). À partir d’une illustration romanesque du xviiie siècle, Nathalie Ferrand réfléchit sur l’espace romanesque qui est d’abord «une relation entre les personnages et proposition d’une relation au monde» (Avec un livre pour décor, pp. 81-87). Jean-Louis Haquette (Espaces sensibles: réflexions sur les paysages dans les romans au xviiie siècle, pp. 89-99), dans la lignée des recherches d’Henri Lafon, considère le paysage romanesque dans ses liens nouveaux avec la subjectivité fictive: les notions d’analogie et de projection sont ici centrales. Christophe Martin (Éveils au monde et spectacles de la nature dans quelques fictions d’expérimentation pédagogique du xviiie siècle, pp. 101-110) examine, dans cinq romans de la seconde moitié du xviiie siècle, le motif de l’«éveil adamique» d’un être ingénu – en l’occurrence un enfant isolé du monde dès la naissance –, confronté brusquement au “spectacle de la nature”. Jean-François Perrin (Comme un roman: «Rousseau juge de Jean-Jacques», pp. 111-124) propose de lire les Dialogues «comme un roman». À la lumière de la réflexion d’Henri Lafon et de Thomas Pavel, l’A. souligne la présence du motif de l’abandon et du refuge, caractéristique de l’espace romanesque de l’âge classique.

3Le troisième ensemble («Échanges textuels») réunit des articles qui superposent textes, auteurs et époques. Elisabeth Lavezzi (Suicide ou assassinat? La répétition théâtrale dans “Faublas” de Louvet et “Adieu” de Balzac, pp. 127-145) retient de la nouvelle de Balzac et de l’épisode de la Fin des amours de Faublas ce qui unit l’épisode central, la répétition théâtrale qui, dans l’intention du protagoniste, doit guérir le (la) partenaire atteint(e) de folie. Philip Stewart (Rousseau et Prévost une affinité déterminante, pp. 147-169) cherche à souligner la «proximité psychologique, ou spirituelle» entre le Cleveland de Prévost et l’œuvre de J.-J. Rousseau; affinité plutôt qu’influence, cette proximité se manifestant surtout au niveau du tempérament de l’auteur des Confessions. Mathieu Brunet (Lamartine et l’utopie du roman populaire (Alphonse et Jean-Jacques), pp. 171-179) examine quatre romans de Lamartine qui, dans sa conception du «roman populaire», a voulu, comme l’a fait Rousseau, franchir les limites du littéraire. Jean-Christophe Abramovici (D’un sourire libertin, pp. 181-189) évoque le caractère du style marivaudien, «à la fois grave et léger» (p. 182), ennemi de l’ordre, analysé ici dans la Ve feuille du Spectateur français.

4Dans la IVe partie («Espaces/objets d’Henri Lafon»), on cède, pour ainsi dire, la parole à Henri Lafon lui-même. On y trouve son dernier texte, le projet de sa contribution à un volume sur «les tempêtes et orages, expression de la passion». Bien que sommairement dessiné, ce texte frappe par la structuration et progression rigoureuses de la réflexion et par la richesse du corpus de textes envisagés pour l’analyse (Henri Lafon, Sauvetages, ou la bienfaisance par gros temps). Le recueil est clos par la Bibliographie d’Henri Lafon.

5Cet ensemble d’études prouve l’actualité et la pertinence d’une approche critique qui, rigoureuse dans ses méthodes et ses outils, reste ouverte aux acquis contemporains des sciences humaines; approche qu’Henri Lafon, qui se nommait lui-même avec humour «spationaute dans les eaux du xviiie siècle», avait proposée et réalisée dans ses ouvrages.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Regina Bochenek-Franczakowa, « Espaces, objets dans le roman du xviiie siècle. Hommage à Henri Lafon, textes réunis et publiés par Jacques Berchtold »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 363-364.

Notizia bibliografica digitale

Regina Bochenek-Franczakowa, « Espaces, objets dans le roman du xviiie siècle. Hommage à Henri Lafon, textes réunis et publiés par Jacques Berchtold »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 07 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6627

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals