Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

Lidée dEurope au xviiie siècleThe Idea of Europe in the 18th Century. Actes du séminaire international des jeunes dix-huitièmistes (Gênes, 24-29 octobre 2005), sous la direction /Edited by Lara Piccardo

Peter Balázs
p. 365-366
Notizia bibliografica:

L’idée d’Europe au xviiie siècleThe Idea of Europe in the 18th Century. Actes du séminaire international des jeunes dix-huitièmistes (Gênes, 24-29 octobre 2005). Sous la direction /Edited by Lara Piccardo, Paris, Champion, 2009 («Études internationales sur le Dix-huitième siècle», 11), pp. 258.

Testo integrale

1Le volume rassemble les Actes du séminaire des jeunes dix-huitièmistes, tenu á Gênes, sous le patronage de la SIEDS et de la Société Italienne d’Études sur le xviiie Siècle. Les travaux du séminaire, qui se déroulait sous la direction de Maria Grazia Bottaro Palumbo (Gênes), ont été coordonnés par Géza Szász (Szeged, Hongrie).

2Le volume, préparé sous la direction de Lara Piccardo, est divisé en quatre parties. La première grande unité thématique s’intitule «L’Europe des Européens» et rassemble des articles portant sur la vision que les Européens avaient d’eux-mêmes en tant qu’Européens. Dans sa contribution (The French Projects of Pan-European Peace and their practical Fiasco, pp. 17-27) Aleksandra Porada (Varsovie) analyse les conceptions sur les possibilités d’assurer une paix durable, développées dans la France des xviie et xviiie siècles par des personnages aussi divers qu’Émeric Cruc, Sully, l’abbé de Saint-Pierre et le marquis d’Argenson. L’étude (L’Europe comme utopie. Arcadie et Uchronie dans “Paul et Virginie” et “L’an 2440”, pp. 27-37) de Zeina Hakim (Genève) présente l’Europe du xviiie siècle sous le prisme de l’utopie. L’auteure met en relief que l’innovation la plus considérable apportée par les écrivains du xviiie siècle au genre utopique est l’uchronie: au lieu de chercher le bonheur parfait dans un ailleurs géographique, les auteurs situent l’utopie dans l’avenir. La contribution de Nere Basabe (Madrid), intitulée De l’Empire à la Fédération: l’idée d’Europe du xviiie au xixe siècle, et l’ambivalence des discours sur la «paix perpétuelle» chez quelques auteurs espagnols (pp. 39-61) montre comment l’idée européenne est passée du niveau philosophique au niveau politique dans la pensée espagnole du xviiie siècle. L’auteur met en relief comment après la disparition avec Napoléon de certaines illusions d’une Europe culturellement unie, les penseurs espagnols retournent aux idées politiques du siècle précédent (par exemple, aux conceptions de Montesqueiu sur la fédération). Salvatore Drago (Messina), quant à lui, expose dans son article (L’idea economica di Europa negli Illuministi della Sicilia del Settecento: rapporti e convergenze di politiche economiche euro-mediterrannee, pp. 63-88) l’idée économique d’Europe élaborée par les économistes cosmopolites siciliens du xviiie siècle, tels V. E. Sergio, D. Caracciolo, G. A. De Cosmi, G. Da Loggia et S. Scrofani. Néo-mercantilistes, libéraux modérés ou smithiens purs et durs, ces économistes se sont tous efforcés de trouver la place de la Sicile dans une Europe économiquement unie.

3La deuxième unité thématique porte le titre «L’Europe vue de l’extérieur». Le premier article (Lorsque la Russie «entra» en Europe, pp. 93-106) de Lara Piccardo (Gênes) présente le processus très lent de la découverte de la Russie par les occidentaux. L’auteure distingue dans le processus une première phase “ethnographique” et une seconde phase plus culturelle, liée au développement de la Russie sous l’impulsion des réformes de Pierre le Grand. Dans sa contribution (The Chinese Factor in the Idea of Europe in the 18th Century, pp. 107-129) Zhan Shi (Pékin) met en relief comment les intellectuels de l’âge des Lumières – renseignés surtout par les missionnaires jésuites – actifs dans une reconstruction morale de l’Europe, se servirent d’une image fondamentalement fausse de la Chine comme système de référence quasi incontournable. L’article (The Fantasy of America as an Idea of Europe in the 18th century, pp. 129-138) de Renate Schellenberg (Sackville) traite les points de vue contemporains sur l’Amérique. L’auteure met en relief que la plupart des écrivains qui s’efforçaient de rendre compte de la nouveauté de leurs expériences d’outre-mer ne furent point préparés à la tâche, ce qui explique le caractère fantaisiste de leurs narrations.

4La troisième partie porte le titre «L’Europe dans les récits de voyage». Pour Géza Szász, de l’université de Szeged (L’idée d’Europe au xviiie siècle: la contribution de la littérature de voyage, pp. 141-159), l’analyse – fondée en partie sur le cas de la Hongrie – des notes de voyageurs du xviiie siècle permet de montrer comment l’Europe devient plus ouverte géographiquement, même si ses représentations restent limitées aux mythes créés par les historiographies nationales. Ana Hontanilla (Greensboro, North Carolina), quant à elle, démontre (British Travel writing in 18th Century Spain, pp. 159-181) comment les notes des voyageurs britanniques ont «produit» – plus que décrit – l’image d’un empire espagnol sous-développé et en décadence dans un moment particulier de l’expansionnisme britannique. L’article au sujet insolite (Not without my knives, forks and spoons! Robinson Crusoe and the Gastronomic Rituals of Civilized Europe, pp. 183-194) de Sabrina Broselow Moser (Chapel Hill, North Carolina) contribue à l’étude de l’idée européenne en analysant les rituels du dîner et la manière dont ils sont représentés dans l’imaginaire du voyageur populaire allemand de l’époque.

5La quatrième et dernière unité thématique du volume est intitulée «L’Europe dans les arts et les sciences». Elle est introduite par l’article «What is the material world and is it dead?». The Images of Oppression and Restriction in William Blake’sEurope: A Prophecy”, (pp. 197-210) de Malgorzata Luczynska-Holdys (Varsovie), dans lequel l’auteure analyse les illustrations dessinées par Blake pour représenter le matérialisme et le déclin de la religion caractérisant le xviiie siècle à travers son œuvre, notamment dans Europe: A Prophecy, Jerusalem, Milton et Vala or the four Zoas. L’article (National Identity and European Otherness in English Scientific Rhetoric of the Long Eighteenth Century, pp. 211-229) de Walter H. Keithley (Tempe, Arizona) décrit le développement et l’adaptation de la perception de Bacon aux liens entre la science et l’identité nationale/européenne à travers l’analyse des études de divers auteurs ayant écrit sur l’institutionnalisation de la science. Clôt le volume l’étude (Concevoir l’Europe au xviiie siècle selon sa géologie: le cas des volcans, pp. 231-242) de David McCallam (Sheffield) qui analyse l’exploration et la perception des volcans au xviiie siècle en Europe: il s’agit de montrer que le volcan, à travers les réseaux des correspondances scientifiques et les documents du tourisme cosmopolite et de l’idéologie politique, véhicule de manière très efficace des images multiples et divergentes de l’Europe des Lumières.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Peter Balázs, « Lidée dEurope au xviiie siècleThe Idea of Europe in the 18th Century. Actes du séminaire international des jeunes dix-huitièmistes (Gênes, 24-29 octobre 2005), sous la direction /Edited by Lara Piccardo »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 365-366.

Notizia bibliografica digitale

Peter Balázs, « Lidée dEurope au xviiie siècleThe Idea of Europe in the 18th Century. Actes du séminaire international des jeunes dix-huitièmistes (Gênes, 24-29 octobre 2005), sous la direction /Edited by Lara Piccardo »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 04 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6632

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals