Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Danielle Chadych et Charlotte Lacour-Veyranne, Paris au temps des Misérables de Victor Hugo

Lise Sabourin
p. 389
Notizia bibliografica:

Danielle Chadych et Charlotte Lacour Veyranne, Paris au temps des Misérables de Victor Hugo, Musée Carnavalet-Histoire de Paris, 10 octobre 2008-1er février 2009, Paris Musées, 2008, pp. 152.

Testo integrale

1Ce catalogue d’une belle exposition tenue au Musée d’Histoire de Paris que constitue Carnavalet s’ouvre sur Une ode à Paris romantique sous la plume de Danielle Chadych (pp. 11-38) avant la présentation des œuvres par les deux commissaires, classée autour des personnages de Fantine, Cosette, Marius, de l’idylle de la rue Plumet et de l’épopée de la rue Saint-Denis, de Jean Valjean enfin.

2Les Misérables opèrent, on le sait, un judicieux mélange de réalité et de fiction, en une rêverie imaginative sur une ville abondamment fréquentée par leur auteur. Neuf lieux principaux, souvent théâtre d’épisodes de sa vie, ont inspiré ses descriptions: les Champs-Élysées, le 13e arrondissement du Boulevard de l’Hôpital et du champ de l’Alouette, les barrières érigées sur les boulevards extérieurs, le 5e arrondissement, le couvent fictif du Petit-Picpus, la rue Oudinot devenue Plumet dans le roman, le Luxembourg, les Halles et le Marais.

3Un tableau placé à l’ouverture de l’exposition, Paris vu des hauteurs de Montmartre en 1822 de George Arnald (pp. 40-41), permet de prendre conscience du changement de taille de la capitale romantique par rapport à la métropole d’aujourd’hui: il était encore possible au piéton d’alors de rejoindre assez rapidement les champs.

4Fantine donne à Hugo l’occasion de brosser le tableau du Paris de 1817 encore marqué des faits historiques récents qu’on s’efforce de gommer (tels les N aux frontons des monuments) mais aussi de se remémorer le bonheur de ses promenades de jeunesse aux Champs-Élysées.

5Avec Cosette, le romancier s’élance dans les quartiers décrépits (la masure Gorbeau, les barrières d’Italie et Saint-Jacques) qui lui permettront d’élaborer son couvent de Picpus, dépaysé par précaution envers la censure du 12e arrondissement au quartier Saint-Antoine, par contamination des souvenirs de Léonie Biard et de Juliette Drouet sur les couvents des Bénédictines et des Dames de Sainte-Madeleine.

6Marius, M. Gillenormand, Gavroche et les Thénardier permettent de nombreuses pérégrinations: des Grands-Boulevards au Marais, mais aussi de Saint-Sulpice au Luxembourg revivent l’idylle de jeunesse d’Adèle et Victor comme les reconstructions récentes du Paris historique. Le Paris de Louis-Philippe élève la colonne de la Bastille (voir l’eau-forte coloriée du Monument élevé à la mémoire des citoyens morts pour la Liberté. Paris en juillet 1831 et la lithographie sur la Colonne de Juillet, pp. 106-107), tout en abandonnant l’éléphant maquette de 1813 envisagé pour fontaine par Napoléon, qui fournit à Gavroche un refuge bien propice à susciter la faculté visionnaire hugolienne (L’Éléphant de la Bastille, 1844, p. 108).

7Jean Valjean secourant le héros de l’idylle de la rue Plumet tout autant que de l’épopée de la rue Saint-Denis permet de relater les émeutes de 1832, longuement étudiées sur archives du procès des accusés de la barricade Saint-Merri. Enfin après avoir transposé, à la date de sa première nuit d’amour avec Juliette, le mariage de Léopoldine en celui de Cosette et Marius à Saint-Paul-Saint-Louis, Hugo se voit, rue de l’Homme armé, dans le père accablé qu’il fait enterrer, comme le sien, au Père-Lachaise.

8Parmi les tableaux, gravures, photographies, plans et objets présentés, signalons-en particulièrement quelques-uns pour la fixation d’imaginaire qu’ils ont permise aux visiteurs – et que les lecteurs pourront retrouver grâce à l’iconographie soignée du catalogue. Ainsi de ces barrières de Paris aujourd’hui quasi toutes disparues (et de toute façon plus perçues comme telles) que montrent l’aquatinte de 1830 sur La Barrière de Passy (p. 53) et l’eau-forte de Cécile Marchand, Fragment près de la barrière de Fontainebleau vers 1810 (p. 55). Les vues de L’Hôpital de la Salpétrière (p. 57) ou du Dépôt des condamnés de Bicêtre en 1834 (p. 103), de la Barricade dans la rue Saint-Martin le 25 février 1848 (p. 130) ou du Point où l’égout se déverse dans la Seine vers 1858 (p. 137) sont fort évocatrices des conditions matérielles de vie de la population, tandis que les font toucher du doigt et presque de l’oreille la menotte avec clef, dénommée Poucette avec chaîne (p. 95), et l’affiche de 1848, Argot et jargon: première et seule édition de l’argot et du jargon des filous qui n’est intelligible qu’entre eux (p. 113).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Danielle Chadych et Charlotte Lacour-Veyranne, Paris au temps des Misérables de Victor Hugo »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 389.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Danielle Chadych et Charlotte Lacour-Veyranne, Paris au temps des Misérables de Victor Hugo »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 11 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/6691

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals