Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Novecento

Michel Wasserman, D’or et de neige. Paul Claudel et le Japon

Simonetta Valenti
p. 402-403
Notizia bibliografica:

Michel Wasserman, D’or et de neige. Paul Claudel et le Japon, Paris, Gallimard, 2008, pp. 232.

Testo integrale

1Le volume de Michel Wasserman rend compte du séjour japonais de Paul Claudel, qui couvrit les années comprises entre 1921 et 1927. Claudel avait désiré ardemment être affecté au Japon, avant que sa première destination en qualité de Consul général de France ne lui ouvre les portes du Céleste Empire, l’assignant définitivement en 1902 au poste de Shanghai, où il demeura environ quinze ans. Ce ne fut en effet que le 10 janvier 1921 que Claudel reçut la notification de sa nomination au grade d’ambassadeur à Tokyo.

2Au cours de son séjour au Japon, Claudel se trouva face à une nation désormais élevée au rang de puissance internationale, c’est pourquoi la mission du poète-diplomate se déclina essentiellement suivant deux lignes directrices: la première, de teneur nettement politique, visa à ouvrir le plus possible le marché japonais à la France, en promouvant les échanges avec la voisine colonie indochinoise; la deuxième, de valeur décidément plus culturelle, avait pour but de diffuser la littérature et la langue françaises au Japon, et déboucha sur la fondation de la Maison franco-japonaise (mars 1924).

3Or, au niveau de la production poétique et théâtrale de Claudel, le séjour japonais coïncida avec l’accomplissement de cette véritable summa du théâtre claudélien qu’est Le Soulier de Satin. Par ailleurs, le contact avec la tradition théâtrale japonaise – tout particulièrement avec le et le kabouki – constitue un moment essentiel de la réflexion dramaturgique claudélienne qui tendra depuis à intégrer la présence du chœur, ayant la fonction de commenter l’action, non seulement à travers des dialogues lyriques, mais aussi à travers le chant.

4En outre, la rencontre avec la culture japonaise joua un rôle essentiel dans la rédaction du recueil de poèmes publié par Claudel en 1927 chez l’éditeur Koshiba de Tokyo sous le titre: Cent phrases pour éventails. Composée de 172 poèmes calligraphiés par le poète, chacun desquels est accompagné de deux idéogrammes, cette œuvre manifeste l’influence de la littérature japonaise, et plus généralement orientale, à deux niveaux: tout d’abord, Claudel tire explicitement son inspiration du haïku, sans pour autant céder à une imitation acritique de la forme brève qui caractérise ce genre poétique; deuxièmement, il reprend pour ainsi dire à son bien la tradition idéographique de l’Extrême-Orient, en agençant des textes qui se présentent comme de véritables dialogues entre un poème français, écrit de sa main, et deux caractères chinois tracés par le peintre Arishima Ikuma, qui en proposent une sorte de cristallisation.

5Loin de représenter une simple parenthèse dans la brillante carrière du poète-diplomate, le séjour japonais de Claudel constitue donc, d’après Wasserman, la dernière phase de la réflexion poétique et dramaturgique que cet auteur n’a cessé d’alimenter tout le long de sa vie.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Simonetta Valenti, « Michel Wasserman, D’or et de neige. Paul Claudel et le Japon »Studi Francesi, 161 (LIV | II) | 2010, 402-403.

Notizia bibliografica digitale

Simonetta Valenti, « Michel Wasserman, D’or et de neige. Paul Claudel et le Japon »Studi Francesi [Online], 161 (LIV | II) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 09 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7015

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals