Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

Naissances. Génération et création, «Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales», 27

Martina Crosio
p. 337
Notizia bibliografica:

Naissances. Génération et création, «Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales», 27, 2014, pp. 175.

Testo integrale

1Nous signalons ici les contributions plus spécialement centrées sur la littérature médiévale, en renvoyant à la section «Quattrocento» pour les autres.

2Aurélie Houdebert compare les miniatures initiales de deux manuscrits du Cléomadès d’Adenet le Roi (vers 1280). L’un (Arsenal 3142), copié pour un membre de la cour de France peu après la composition du roman, représente la naissance de l’œuvre, en mettant en scène tant l’auteur que la reine Marie de Brabant, commanditaire du roman, et ses proches; l’autre (BnF, fr. 1456), postérieur de quelques décennies, montre au contraire la naissance du héros éponyme. Les deux images correspondent à deux réceptions différentes de l’ouvrage: si dans le manuscrit de l’Arsenal la miniature inaugurale met l’accent sur l’acte créateur et valorise en même temps ses illustres commanditaires, le manuscrit fr. 1456 se concentre sur le contenu de l’œuvre, en confirmant ainsi l’autonomie acquise par le roman au début du xive siècle (Miniatures initiales et paroles inaugurales: naissance de l’œuvre, naissance du héros dans les manuscrits du “Cléomadès”, pp. 109-124).

3La contribution de Joanna Pavlevski (Naissances féeriques et fondation de lignée dans “La Noble Histoire des Lusignan” de Jean d’Arras et “Le roman de Parthenay” de Coudrette, pp. 125-151) concerne l’histoire de Mélusine qui, en renouvelant le schéma narratif topique des amours entre fées et humains, se distingue des récits où les couples illégitimes sont toujours punis par la stérilité, puisque l’union de son héroïne avec Raimondin donne naissance à dix enfants en fondant ainsi la lignée des Lusignan. Les huit premiers fils du couple portent sur leurs visages des marques de naissance qui sanctionnent leur condition de créatures hybrides; Jean d’Arras et Coudrette valorisent toutefois ces signes en en faisant la marque de l’héroïsme même des enfants et en les exploitant pour célébrer leurs commanditaires. Par ailleurs, l’absence de marques sur les deux enfants cadets de Mélusine peut s’expliquer par le fait qu’elle les a conçus et engendrés seule, en les libérant ainsi de la malédiction de Présine. J.P. analyse enfin rapidement le traitement des signes de naissance dans l’iconographie de l’editio princeps du roman de Jean d’Arras (Genève, Steinschaber, 1478).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Martina Crosio, « Naissances. Génération et création, «Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales», 27 »Studi Francesi, 176 (LIX | II) | 2015, 337.

Notizia bibliografica digitale

Martina Crosio, « Naissances. Génération et création, «Questes. Revue pluridisciplinaire d’études médiévales», 27 »Studi Francesi [Online], 176 (LIX | II) | 2015, online dal 01 août 2015, consultato il 07 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/709

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals