Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Quattrocento

Aa. Vv., «Le Moyen Français» 60-61

Maria Colombo Timelli
p. 124-125
Notizia bibliografica:

«Le Moyen Français» 60-61, 2007.

Testo integrale

1Ce tome, le dernier publié par CERES, réunit les Actes du XIIe Colloque International sur le Moyen Français (Université McGill, Montréal, octobre 2004), consacré au «Langage figuré». Dans un long article introductif, Philippe Ménard (Le langage figuré en moyen français, pp. 7-35) réfléchit sur quelques définitions préliminaires à toute analyse dans ce domaine – métaphore, comparaison, allégorie, personnification – et sur la présence et l’esthétique du langage figuré dans les genres littéraires médiévaux; il discute aussi la bibliographie fondamentale sur ces sujets et indique les recherches à entreprendre. La contribution de Gilles Roques se situe en revanche dans le domaine de la lexicographie (Le ‘pain’ dans les expressions médiévales, pp. 395-404): on aura là un exemple remarquable d’article pour un dictionnaire des locutions à venir; il couvre tant l’ancien que le moyen français et suit un plan comparable à celui du Thesaurus Proverbiorum Medii Aevi (cf. p. 397). Deux autres études assument un caractère général: celle de Virginie Minet-Mahy, qui parcourt l’évolution de quelques exemples bibliques – le Pharaon, l’Égypte, Babylone – en allusions, images, expressions figurées attestées essentiellement dans les œuvres de Deschamps, Gerson, Chartier (pp. 351-372); et celle de Maureen Boulton, centrée sur les images musicales chez les poètes religieux et écrivains mystiques (pp. 89-102).

2Les autres articles s’attachent à la présence du langage figuré ou de certaines de ses formes dans telle ou telle œuvre, chez tel ou tel auteur, tous genres confondus: le Livre des trois Vertus de Christine de Pizan (par Giovanna Angeli, pp. 37-49), Perceforest (dont Anne Berthelot étudie l’onomastique allusive, pp. 51-61, tandis que Christine Ferlampin-Acher commente quelques comparaisons, métaphores et paraboles, pp. 205-231), le Champion des Dames de Martin le Franc, aux multiples personnages allégoriques (par Leslie C. Brook, pp. 103-115), George Chastelain (habile créateur de métaphores pour exprimer l’éloge et le blâme, selon Estelle Doudet, pp. 191-203), Valentin et Orson (dont les expressions imagées font l’objet de l’étude de Barbara Ferrari, pp. 233-246), Charles d’Orléans (Claudio Galderisi s’attachant à la locution comme monnoye descriee, pp. 247-256), les Echez amoureux d’Evrart de Conty (qui s’exprime par figure et fabuleusement, comme le rappelle Françoise Guichard-Tesson, pp. 257-289), les Miracles de Nostre Dame par personnages (dans lesquels Carol Harvey relève les images associées à la Vierge, l’intertexte courtois, les comparaisons et expressions imagées tirées du quotidien, pp. 291-303), Guillaume Tardif traducteur des Facetiae de Poggio Bracciolini (dont Nelly Labère étudie le langage figuré, pp. 335-349), le Livre du Cuer espris d’amours de René d’Anjou (Peter Noble en analyse les personnages allégoriques, pp. 373-378), le Quadrilogue invectif (Alain Chartier exploitant, comme ses modèles anciens, les ressources du langage figuré: Cinzia Pignatelli, pp. 379-393), le jeu théâtral consacré à l’Istoire de Narcisus et de Echo (aux nombreux moyens figurés, selon Martine Thiry-Stassin, pp. 405-416), le Testament de François Villon (Rika Van Deyck prend en compte notamment métaphore, métonymie, synecdoque, pp. 417-430), le Passe-temps d’oysiveté (où Robert Gaguin fait un large emploi de l’épiphonème proverbial: Tania Van Hemelryck, pp. 431-444), Mélusine de Jean d’Arras (Jean-Jacques Vincensini analysant en particulier l’invective grant loquebaut, pp. 445-459), le Mystère de saint Martin d’André de La Vigne (dont les expressions figurées sont remarquablement étudiées par Claude Thiry, pp. 461-484).

3La contribution de D’Arcy Jonathan Dacre Boulton se situe à part, puisqu’elle concerne le symbolisme des couleurs dans les traités héraldiques des xive-xvie siècles (pp. 63-88; elle se signale malheureusement aussi par le nombre des fautes tant de français que d’impression).

4Le moyen français – ni la tranche de diachronie linguistique, ni la revue qui porte ce titre – ne respectant pas les limites de notre «Rassegna», on ne sera pas surpris de trouver dans cette notice le renvoi à quelques articles sur le xvie siècle. Sergio Cappello étudie les expressions figurées dans les prologues des romans imprimés entre xve et xvie siècle (pp. 117-139); Maria Colombo Timelli analyse le langage figuré et les proverbes dans le Perceval en prose de 1530 en rapport avec ses modèles en vers (pp. 141-163); David Cowling montre l’emploi des images langagières dans les textes anti-italiens de Henri Estienne (pp. 165-173); Nathalie Dauvois s’occupe du Labyrinthe de Fortune de Jean Bouchet et des Loups ravissans de Robert Gobin (pp. 175-189); Denis Huë étudie un texte fort peu connu, La Chasse d’un cerf privé de Jacques Le Lieur (pp. 305-322); Jelle Koopmans, enfin, peut parler d’«obsession de la figuration du langage» dans les farces et sotties (pp. 323-333, citation p. 326).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « Aa. Vv., «Le Moyen Français» 60-61 »Studi Francesi, 160 (LIV | I) | 2010, 124-125.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « Aa. Vv., «Le Moyen Français» 60-61 »Studi Francesi [Online], 160 (LIV | I) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 13 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7146

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals