Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Gérard Gengembre, Le Romantisme

Michel Arrous
p. 156
Notizia bibliografica:

Gérard Gengembre, Le Romantisme, Paris, Ellipses, 2008, «Thèmes et Études», pp. 202.

Testo integrale

1Dans sa première partie, cette introduction aux problématiques du romantisme, destinée aux étudiants de première année mais aussi au public cultivé, propose une approche historique du romantisme claire et équilibrée, la notion confuse de préromantisme ayant été préalablement évacuée. De la genèse du mouvement, rien n’est omis: d’abord la lente émergence du mot, puis le romantisme comme crise de la conscience européenne, ses principaux thèmes et concepts: le Moi et sa présence au monde, le rêve et la rêverie, le mal du siècle. La spécificité française qui procède de la coupure révolutionnaire est soulignée dans l’Europe des romantismes («L’Allemagne ou l’invention du romantisme», «L’Angleterre ou le romantisme insaisissable») avec le rôle de l’émigration et de l’idéologie contre-révolutionnaire, l’influence du cosmopolitisme, le rôle de Mme de Staël dans les débuts théoriques, les polémiques et les manifestes (un extrait des proclamations antiromantiques eût été utile), le rôle des cénacles, la coupure de 1830.

2Dans la deuxième partie, tout entière centrée sur les formes littéraires du romantisme français, on remarquera le chapitre intitulé «Les métamorphoses du théâtre» (le mélodrame, les tentatives de renouvellement de la tragédie, les scènes historiques, etc…); en revanche, dans le chapitre du «Roman conquérant», on regrettera que le roman stendhalien soit relégué dans «les autres cantons de l’empire».

3Le volume est complété par une anthologie littéraire avec, entre autres extraits ou curiosités, quelques scènes de Cœlina ou l’enfant du mystère et d’Antony, “La chute des feuilles” de Millevoye (élégie qui a disparu des manuels scolaires depuis au moins un demi-siècle!) et une anthologie critique où figurent de percutants extraits du Roman d’aventure de Jacques Rivière (le romantisme comme «monstre dans l’histoire de la littérature») et du «stupide xixe siècle» (le romantisme comme «extravagance, à la fois mentale et verbale»), le tout tempéré par une recommandation de Giraudoux dont G. Gengembre a tenu compte: «Il suffirait évidemment de s’entendre sur le mot romantique».

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Michel Arrous, « Gérard Gengembre, Le Romantisme »Studi Francesi, 160 (LIV | I) | 2010, 156.

Notizia bibliografica digitale

Michel Arrous, « Gérard Gengembre, Le Romantisme »Studi Francesi [Online], 160 (LIV | I) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 14 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7258

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals