Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160 (LIV | I)Rassegna bibliograficaOttocento a) dal 1800 al 1850Le Mythe des Bohémiens dans la li...

Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Le Mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, sous la direction de Sarga Moussa

Philippe Andrès
p. 158-159
Référence(s) :

Aa. Vv., Le Mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, sous la direction de Sarga Moussa, Paris, L’Harmattan, 2008, pp. 384.

Texte intégral

1Ce volume est le fruit de travaux collectifs issus d’un séminaire, entre 2004 et 2006 de l’équipe LIRE, à
l’Institut des Sciences de l’Homme, à Lyon. L’introduction de Sarga Moussa (pp. 7-18) rappelle que, dès le xviiie siècle, la figure du bohémien incarne un type exotique s’érigeant en véritable mythe moderne, qui s’ancrera paradoxalement dans un discours anti-bohémien au siècle suivant ou dans une exaltation de la liberté dont le bohémien est le symbole.

2Dans la première partie du volume consacrée au «Parcours lexicographique» (pp. 21-38) l’unique contribution de Marie Treps, Comment on nomme les Bohémiens et les Tsiganes (pp. 21-38), dresse une nomenclature des différents vocables attribués aux bohémiens. Elle relève, dès les chroniques du xve siècle (p. 23), des termes «géographiques» comme «Égyptien», ou des termes «régionaux», à partir du xviie siècle, liés à la qualité de nomade, à l’habitat, à l’apparence, aux activités, à la réputation. C’est au xixe siècle qu’apparaissent le terme de «tsigane» et d’autres appellations plus ethniques comme «manouches», «roms» ou «gitans». La surabondance de la nomination souligne le rôle fantasmatique que jouent les Bohémiens y compris à notre époque.

3Dans la deuxième partie, «L’émergence d’une fascination» (pp. 41-104), nous avons retenu l’article d’Henriette asseo, Un cosmopolitisme inavouable. Les Bohémiens dans le préromantisme européen (pp. 83-104) dans lequel l’auteur montre que le «développement du mythe littéraire s’est accompagné d’une disqualification morale des familles errantes» (p. 84), au cœur même de l’imaginaire préromantique.

4Dans la troisième partie, « Un mythe littéraire européen » (pp. 107-197), Sarah Al-matary s’interroge sur L’archéologie verbale de Prosper Mérimée: du mythe personnel au mythe scientifique (pp. 127-147) où il est question, dans les nouvelles de Mérimée, d’une langue édénique et fantasmatique parlée par les Bohémiens dont «les termes romani soutiennent la couleur locale» (p. 139). Pierre Michel, dans Altérités /Identité: Lamartine et «la tribu prophétique» (pp. 149-161) souligne que le mythe bohémien «vient sous-tendre secrètement le mythe personnel de Lamartine» (p. 155).

5Olivier Bara inaugure la quatrième partie, «Le bohémianisme dans les arts», (pp. 201-291) en proposant une réflexion riche sur Les Bohémiens à l’opéra au xixe siècle: du spectacle de l’Autre au drame de l’altérité (pp. 201-222). Le modèle se trouve dans La Zingara du compositeur Rinaldo da Capua créé à l’Opéra de Paris en 1753 où le Bohémien est «privilégié dans sa nature théâtrale» (p. 207) soulignant ainsi un pittoresque qui ne quittera plus la figure du Bohémien. Finalement, Carmen représente «une forme d’hyper-altérité qui ne pouvait peut-être se dire que dans un opéra-comique» (p. 222). Sarga Moussa, dans Les Bohémiens de Liszt (pp. 223-242), nous invite à une lecture de l’ouvrage de Liszt Des Bohémiens et de leur musique en Hongrie (1859) qui joua, sauf en France, un rôle important dans les querelles musicologiques européennes. Liszt se révélait «tsiganophile». En effet, les Bohémiens gardent fidèlement leur tradition musicale et leurs mélodies constituent une sorte de terreau de la musique hongroise propre à éveiller «l’aspiration libertaire qui sommeille en chacun d’entre nous» (p. 242). Xavier Du Crest, dans Bohémiens, Gitans, Tsiganes et Romanichels dans la peinture française du xixe siècle (pp. 243-270) décline les différentes forme de la figure errante, notamment à travers l’iconographie, d’Adrien Dauzats à Gustave Doré en passant par Alfred Dehodencq ou Gustave Manet. Six reproductions iconographiques se trouvent d’ailleurs en fin d’article. Delphine Gleizes, avec Les Bohémiens dans les adaptations cinématographiques de “Notre-Dame de Paris”. Entre exploitation de l’altérité exotique et constitution du discours politique (pp. 271-91), souligne, à travers l’analyse d’adaptations cinématographiques françaises ou américaines, la manière dont fonctionnent «les mécanismes de réduplication et de dégradation à l’œuvre dans la diffusion du mythe» (p. 273).

6Dans la cinquième partie, «Bohème intérieure» (pp. 295-343) qui ne contient que deux articles, Vincent Laisney nous entretient De la socialité bohémienne à la sociabilité cénaculaire (Les “Scènes de la vie de bohème” d’Henry Murger). Les termes de «cénacle» et de «bohème» soulignent un glissement métaphorique et ce «basculement sémantique» émerge avec le romantisme, dans les années 1830-1840. Il s’agit à la fois d’une «désacralisation du Cénacle» et d’une «refondation symbolique sur la base de valeurs nouvelles» (p. 311).

7Dans la dernière partie, «Rejet social» (pp. 347-367) réduite à une seule contribution: Des mots pour dire les maux de société. «Tziganes», «Bohémiens» et autres nomades dans la presse auvergnate du xixe siècle de Marc Bordigoni, il est question des différentes appellations des gens du voyage où l’on voit la presse régionale participer aux peurs ancestrales. S’ensuit une très sélective bibliographie critique (pp. 369-370) et un index des noms ne relevant que ceux des écrivains et des artistes (pp. 371-379). Cet ouvrage, même s’il porte quelque déséquilibre dans l’agencement de ses diverses parties, a donc tenté de faire le point sur la présence d’une figure de l’altérité, celle du Bohémien, dans une anthologie restreinte de textes littéraires ou artistiques émergeant dans la première moitié du xixe siècle. Mais cette figure, trop volontiers enfermée dans une dialectique fascination/rejet reste encore à approfondir dans une orientation dénuée de tout a priori axiologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Andrès, « Le Mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, sous la direction de Sarga Moussa »Studi Francesi, 160 (LIV | I) | 2010, 158-159.

Référence électronique

Philippe Andrès, « Le Mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, sous la direction de Sarga Moussa »Studi Francesi [En ligne], 160 (LIV | I) | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/studifrancesi/7261 ; DOI : https://doi.org/10.4000/studifrancesi.7261

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search