Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Koichiro Hata, Voyageurs romantiques en Orient: Étude sur la perception de l’autre

Nicolas Courtinat
p. 159-160
Notizia bibliografica:

Koichiro Hata, Voyageurs romantiques en Orient: Étude sur la perception de l’autre, Paris, L’Harmattan, 2008, «Critiques littéraires», pp. 412.

Testo integrale

1Issu d’une thèse soutenue en Sorbonne en 2005, le livre de K. Hata s’intéresse, comme l’indique son sous-titre, à la perception des peuples d’Orient par les écrivains-voyageurs français de l’époque romantique. Son corpus s’étend de Chateaubriand (1811) à Gautier (publication de Constantinople en 1853), en passant par Lamartine, Nerval, la comtesse de Gasparin et un nombre important de voyageurs moins connus. C’est la période-phare, donc la plus étudiée, du voyage en Orient: de grands représentants de l’intelligentsia française prennent à cette époque la route de ce que nous appelons aujourd’hui le «Proche-Orient» et parcourent  –  avec plus ou moins de bonheur – la Grèce, la Palestine, le Liban, la Syrie, la Turquie. Au niveau de l’écriture, l’impression subjective, comme le rappelle K. Hata (p. 14), prend peu à peu le pas sur le souci objectif de connaissance qui caractérisait le xviiie siècle, même si l’influence de ce dernier continue de se faire sentir dans les récits de Chateaubriand ou de Lamartine. Néanmoins, ce n’est pas l’esthétique propre à ces œuvres qui intéresse K. Hata. Travaillant au ras des textes, l’auteur lit avant tout ces récits comme des témoignages historiques et ethnologiques ou comme des textes d’idées, laissant à d’autres exégètes le soin d’étudier la prose de ces écrivains, capable pourtant de grandes beautés.

2Le sujet choisi par K. Hata ayant déjà donné lieu à une foule de commentaires éclairants, il était particulièrement difficile de dire des choses absolument neuves sur cette épineuse question de la perception de «l’autre» en Orient. Le lecteur un peu au fait de ce sujet préférera donc forcément certaines analyses à d’autres, plus attendues. Ainsi le chapitre III, centré sur Chateaubriand, n’apprendra pas grand-chose au lecteur cultivé, tant il reprend des thématiques connues («voyage vers soi», «turcophobie militante» de l’auteur, attaques contre la doctrine coranique, esprit de croisade…). Même chose pour le chapitre VI consacré à Lamartine, et presque entièrement centré sur une partie un peu marginale du Voyage en Orient, le Résumé politique, dans lequel, comme le dit bien K. Hata, s’expriment les rêves de colonisation de son auteur.
Beaucoup plus original et stimulant nous semble être, par exemple, le chapitre IV, consacré au vêtement. K. Hata montre comment, pour un Européen, le fait de manquer aux usages vestimentaires sur les lieux sacrés de l’islam peut avoir des conséquences fâcheuses, au point de mettre en péril sa propre vie (témoignage de Sarah Belzoni, épouse du célèbre archéologue Giambattista Belzoni, en Égypte, p. 127). Parallèlement, certains voyageurs décident de troquer sur place leur costume européen, devenu vers les années 1850 «la marque misérable de la bourgeoisie moderne» (p. 132), pour des habits locaux, plus chaleureux, plus «exotiques». À travers l’usage de l’habit se perçoit donc avec une acuité toute particulière l’altérité de soi-même par rapport à l’étranger, à «l’oriental», en même temps que le voyageur remet en cause la perception qu’il avait de lui-même et se cherche une identité nouvelle.

3On lira également avec profit le chapitre VII, consacré à ces «individus à identité plurielle» que sont le drogman, ou guide-interprète (p. 240), ou ces résidents français, mi-européens et mi-orientaux, installés depuis longtemps en Syrie ou au Liban (p. 246). K. Hata montre fort justement comment ces personnalités aty-piques contribuent à remettre en cause les classifications habituelles entre individus, à rompre les barrières entre les nations, à découvrir entre les êtres des liens insoupçonnés, brouillant là encore ainsi les modes de perception européens.

4Le chapitre VIII, consacré à la comtesse de Gasparin, a le mérite de mettre en lumière une personnalité et un récit (Journal d’un voyage au Levant, 1848) encore insuffisamment étudiés. On découvre dans ces pages une protestante de choc, prêchant (avec plus ou moins d’efficacité!) l’Évangile chez les Nubiens, s’insurgeant contre le sort réservé par l’islam aux femmes (p. 266), tout en étant nuancée sur cette religion. Les belles pages dévolues à Gautier, «l’enregistreur d’un Orient qui disparaît» (p. 359: le mot «témoin» irait peut-être mieux…), bien placées en fin de volume, auraient sans doute gagné à être rapprochées de Lamartine ou, plus encore  –  en ouvrant un peu les perspectives – de Loti. Les propos sarcastiques de l’écrivain sur l’occidentalisation progressive de l’Orient, sur le fait que les Orientaux se prennent à «singer» aveuglément les manières d’être de l’Occident, au point d’en oublier leur identité propre, font irrésistiblement penser aux pages les plus pessimistes de La Mort de Philae, tout comme cette remarque chagrine de Flaubert qui pourrait servir d’emblème au chapitre terminal du livre de K. Hata: «Ô Orient, où es-tu? Il ne sera plus bientôt que dans le soleil» (p. 380).

5Le gros défaut de ce livre est son caractère trop compartimenté. Chaque chapitre se présente en fait comme une monographie, insuffisamment reliée au reste du volume. Le lecteur regrette l’absence de ces moments où, dans une étude critique, l’auteur prend le temps de synthétiser, de faire le point, même provisoirement, en rattachant étroitement ses remarques au sujet d’ensemble qu’il a choisi. La conclusion elle-même «erre» un peu. Il est vraiment dommage, dans un livre par ailleurs très bien écrit et impeccablement imprimé, que le plan de l’ouvrage soit annoncé de manière aussi scolaire, sous la forme d’un listing des chapitres à venir (pp. 14-15), ce qui, d’emblée, donne l’impression que ces mêmes chapitres sont comme dénoués les uns des autres. Ce défaut mis à part, le livre de K. Hata reste une contribution riche, précise, très bien informée sur le voyage romantique en Orient, et ouvre des perspectives tout à fait intéressantes sur un sujet décidément inépuisable.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Nicolas Courtinat, « Koichiro Hata, Voyageurs romantiques en Orient: Étude sur la perception de l’autre »Studi Francesi, 160 (LIV | I) | 2010, 159-160.

Notizia bibliografica digitale

Nicolas Courtinat, « Koichiro Hata, Voyageurs romantiques en Orient: Étude sur la perception de l’autre »Studi Francesi [Online], 160 (LIV | I) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 11 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7263

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals