Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Françoise J. Lenoir Jamelot, Stéréotypes et archétypes de l’altérité dans l’œuvre romanesque de Stendhal

Michel Arrous
p. 164-165
Notizia bibliografica:

Françoise J. Lenoir Jamelot, Stéréotypes et archétypes de l’altérité dans l’œuvre romanesque de Stendhal, Paris, L’Harmattan, 2009, pp. 322.

Testo integrale

1À partir de la description jungienne de l’altérité (il ne s’agit pas du sentiment d’être parfois comme étranger à soi-même) dont sont bien connus les principaux stéréotypes et archétypes (persona, ombre, dialectique de l’animus et de l’anima, rôle et fonction du Soi), F. Lenoir Jamelot s’est proposé d’étudier l’évolution des héros masculins des romans de Stendhal. La capricieuse Lamiel est donc laissée de côté.

2Dans le prologue de cette thèse de doctorat remaniée (Université Autonome de Barcelone, juillet 2003), F. Lenoir Jamelot reprend l’approche jungienne de la relation du Moi avec les autres, le Moi se structurant par le biais d’archétypes supposés universels: la persona, première forme d’altérité, masque nécessaire à qui se lance à la conquête du monde; l’ombre, le refoulé sous l’effet de la pression sociale; l’anima étant le féminin inconscient de l’homme et l’animus le masculin inconscient de la femme; enfin le Soi, «archétype des archétypes» selon Jung, à partir duquel se développent les autres structures psychiques.

3Avant de procéder à une «relecture» jungienne de l’œuvre romanesque, F. Lenoir Jamelot consacre un chapitre à «Stendhal et les autres dans le Journal. France, Allemagne, Italie». Curieusement, l’auteur passe sur l’égotisme stendhalien revendiqué comme une «sécession» (G. Blin) qui a pour origine une vraie haine des autres (M. Crouzet), pour privilégier le besoin d’autrui qui est plutôt chez Stendhal une obligation de sociabilité. Le Journal offre de nombreux exemples de rapport avec l’Autre et les autres chez ce misanthrope qui a besoin des autres, mais il aurait été nécessaire de mener la même enquête dans les textes autobiographiques, notamment dans la Vie de Henry Brulard où cette relation, difficile, est saisie dans ses commencements. Une autre possibilité d’altérité s’offre au voyageur, mais même si ce dernier préfère la solitude, il y a quelques cas, qu’il aurait été bon d’évoquer, où la présence d’un compagnon ou d’une compagne n’est pas un obstacle au bonheur, car il y a chez Stendhal des rapports consentis, ce qui est partiellement relevé. Si l’Allemagne et les pays du Nord sont trop rapidement présentés comme «une projection de l’ombre», l’Italie peut être considérée comme «la projection de l’anima» ou «un pont vers la réalisation du Soi».

4Suivent quatre chapitres dans lesquels F. Lenoir Jamelot étudie l’évolution des héros des quatre romans dans leur rapport à l’Autre: «Armance: le poids de l’ombre», «Le Rouge et le Noir de la mère à l’anima», «Lucien Leuwen ou la liquidation du père», «La Chartreuse de Parme: Fabrice ou le retour à soi». Dans son évolution, chacun d’eux abandonnerait progressivement ses objectifs de conquête sociale – la phase d’ascension – pour effectuer un retour sur soi-même, une espèce de recentrement. Cet effort du héros qu’on peut assimiler à une quête d’identité s’apparenterait au processus jungien de l’individuation. Le cas d’Octave ou plutôt de l’énigmatique Octave – du moins pour certains – est étudié dans le cadre des rapports société/individu, par exemple dans le conflit qui oppose ce singulier personnage à sa famille et à lui-même, pris au piège de contradictions qu’il ne parvient pas à gérer. Son état psychologique, tel que le voient sa mère, son père, le commandeur, «correspond tout à fait à l’état de confrontation avec l’ombre, qui produit une sorte d’immobilisme, une absence de désir, une impossibilité d’avenir, une sensation de déchirement intérieur». On rejoint les interprétations de G. Blin, P. Barbéris et M. Crouzet. L’analyse de la «mystérieuse Armance» (H.-F. Imbert) et de son rôle de médiatrice paraît plus neuve, quoique son aspect de double féminin et positif d’Octave ait déjà été étudié en 1979 par Pierre Bayard: Octave ne voit d’abord en Armance qu’un autre lui-même, et c’est Armance qui lui révèle son côté narcissique et égocentrique. Mais le héros échoue dans la connaissance de soi: son refus de l’altérité empêche le «processus d’individuation» (des exemples de ce processus ont été présentés par l’auteur lors d’un colloque à Alicante, en mai 2003, «De la claustrophobie d’Octave à la claustrophilie de Fabrice: un parcours stendhalien», http://www.sri.ua.es/​congresos/​Apffue/​resu men/resumenlenoir.htm) d’arriver à son terme, d’où la dérobade du suicide: «Octave préfère mourir plurôt que d’accepter que le féminin naisse en lui». La lecture jungienne du Rouge et le Noir n’apporte rien de neuf sur l’ardeur de Julien, «homme de tous les désirs», en cela l’exact contraire d’Octave, sur son parcours ascensionnel et sa chute qui est en fait un abandon à l’éros  –  Mme de Rênal est la mère «qui [lui] permet d’accéder à une autre voie: celle où il sera réellement lui, une fois débarrassé de tous les rôles qu’il a voulu jouer ou qu’on a voulu lui faire jouer». C’est le Julien qui s’écrie: «Que m’importent les autres!», et pour lequel ne compte plus que Mme de Rênal. Évoquer la «liquidation du père» s’imposait à propos de Lucien Leuwen (de tous les romans de Stendhal, c’est celui où le mot «père» compte le plus d’occurrences). Nous avouerons que le recours à la notion de persona pour expliquer la progressive prise de conscience de Lucien se surajoute, pas toujours utilement, à des interprétations plus cohérentes (l’argent castrateur  –  l’«or funeste» selon G. Durand – le ressentiment). Pour F. Lenoir Jamelot, le héros de ce roman «pas complètement inachevé» poursuivra le «programme du Soi» en Italie: «il se réincarne en Fabrice […] en réalisant l’union amoureuse et l’intégration de l’anima».

5Dans le dernier chapitre, les «enfances» de Fabrice, son expérience de «guerrier innocent» confronté à la fin du mythe napoléonien, qui constituent son bagage symbolique sont retracées avec précision. Fabrice est en quête d’anima: Gina et Clélia «semblent pouvoir être interprêtées comme des figures d’anima», mais à des stades différents puisque Clélia est comme le dépassement de Gina. La première incarnant plutôt l’anima primitive (vitalité, passion, spontanéité, énergie), la seconde révélant Fabrice à lui-même.

6Au terme de son étude diachronique, F. Lenoir Jamelot rappelle que, si les héros stendhaliens poursuivent la même quête, la donne de départ est à chaque fois différente: ainsi «Fabrice est le personnage le plus entouré, le plus riche humainement parlant». Armance serait le roman du conflit avec la mère étouffante «qui empêche de grandir, d’avoir accès à la sexualité», d’où la fuite et le suicide; le Rouge mettrait en scène une quête héroïque mais anachronique, abandonnée in extremis au profit d’une vie intérieure («être deux dans un endroit clos»). Même dépouillement dans Lucien Leuwen: liquidation du père abusif et départ qui permettra l’intégration de l’anima, et dans La Chartreuse de Parme lue comme l’histoire de la «rencontre heureuse avec l’anima».

7Appliquée sans doute trop systématiquement aux romans de Stendhal, l’archétypologie de Jung, parfois modulée par les postulats de Gilbert Durand, contribue néanmoins à une meilleure compréhension de l’évolution des personnages.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Michel Arrous, « Françoise J. Lenoir Jamelot, Stéréotypes et archétypes de l’altérité dans l’œuvre romanesque de Stendhal »Studi Francesi, 160 (LIV | I) | 2010, 164-165.

Notizia bibliografica digitale

Michel Arrous, « Françoise J. Lenoir Jamelot, Stéréotypes et archétypes de l’altérité dans l’œuvre romanesque de Stendhal »Studi Francesi [Online], 160 (LIV | I) | 2010, online dal 30 novembre 2015, consultato il 14 juillet 2020. URL: http://journals.openedition.org/studifrancesi/7276

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • OpenEdition Journals